3
min

Espoir

Image de Méline Darsck

Méline Darsck

331 lectures

150

Mes yeux scrutent la montre à mon poignet, c’est bientôt l’heure. Plus que trois minutes. Encore trois minutes  !
C’est fou comme le temps peut être élastique. Court ou long, s’amusant de notre patience, obligeant une attente parfois insoutenable.
L’attente d’un signe, d’une parole, d’un bruit, d’un son.
Cela fait des semaines que je suis dans cet espoir et pourtant ce sont ces trois dernières minutes qui me paraissent insoutenables.
Mon cœur s’accélère, ma respiration se fait courte, rapide, presque haletante, mes mains deviennent moites, puis un frisson parcourt tout mon être.
Je me sens fébrile et pourtant ce n’est pas la première fois, ni la dernière, du moins je l’espère.
Ce bruit au loin, ces pistons qui se mettent au diapason, ces soupapes qui dansent en rythme, ces échappements qui crachent ces sons si particuliers. Celui de sa moto, je le reconnaîtrais entre mille.
Les arbres cachent encore la silhouette de sa bécane, la route serpente, il y a même une bosse qui m’empêche de voir le virage dans son entier. Mes yeux habitués à la luminosité détaillent chaque point lumineux, chaque reflet métallique, chaque apparition au loin sans le distinguer lui. Pourtant je l’entends. J’en suis certaine, c’est lui. Ce beau brun à l’allure parfois un peu décalée, aux oreilles percées, à la barbe souvent griffante, aux tatouages nombreux, aux jeans toujours râpés et au blouson de cuir élimé.
Il ressemble aux autres membres de son clan, et pourtant il est le seul à me faire vibrer. Le seul que je regarde, le seul que je veux voir et revoir encore.
J’aime aussi décrypter les étincelles dans ses yeux lorsqu’il me voit, découvrir l’étirement de ses lèvres lorsqu’il me sourit, entendre le son rauque de sa voix quand il me parle, sentir la douceur de sa peau quand il me touche, découvrir le goût de ses baisers que je devine sucrés.
Je l’aime mon motard. Même si je ne le vois peu, peu de temps, trop peu.

Je baisse la tête, mon pied rencontre un caillou sur le bord du chemin, je le bouscule, je m’amuse avec lui quelques secondes puis le grondement se fait enfin plus puissant.
Je me redresse, mes yeux suivent les premiers motards s’approcher. Un hochement de tête, un sourire, un signe de la main, ils ont tous un petit geste pour moi. En retour, je les salue gentiment.
Un jour... moi aussi je les suivrai. Un jour, je m’agripperai à la taille de mon motard. Moi aussi, je porterai un casque noir, un cuir sur les épaules et des pantalons râpés.
Un jour... mais pas aujourd’hui.

Un éclat métallique attire mon regard, le bruit se fait plus fort, mon cœur s’arrête, ma bouche s’ouvre, mes pupilles scintillent. Le carénage reluisant, le guidon haut, les cheveux au vent, le voilà qui sort du virage. Il se dégage sur la gauche, il sait que je l’attends, il ralentit. Lui aussi veut profiter du spectacle que je lui offre.
Son sourire se dessine, ma main se lève dans un salut amical, il incline la tête, lâche le guidon pour m’envoyer un baiser imaginaire. Comme chaque fois, je fais mine de l’attraper. Les yeux dans les yeux, nous ne pouvons qu’être l’un avec l’autre. Les mètres diminuent. Il sera bientôt à ma hauteur, tout va si vite. Je me pince les lèvres, je ne vis plus, je ne respire plus, je suis en attente de cet instant magique, celui où son regard et le mien se parleront.
Cet instant est si intense qu’il ne peut se répéter à l’infini.
Le regard passe, la moto également, il a fini de ralentir, il tourne une dernière fois la tête, avant d’accélérer et de rejoindre son groupe.
Cela faisait un an que je l’attendais. Et comme chaque fois, je me sens heureuse de ces petites secondes de bonheur mais aussi frustrée de ne pas avoir eu plus. Chaque année, j’espère que la moto se gare, que son pied se pose sur le sol, qu’il retire son casque, me sourie, me prenne dans ses bras et qu’il m’embrasse les joues. Chaque année j’espère qu’il reste près de moi, que nous puissions enfin faire connaissance, mais il ne s’est arrêté qu’une seule fois dans ma bourgade. Neuf mois avant ma naissance. Un court séjour, le temps de réparer son bolide et de séduire ma mère.
Elle n’est pas amère de ce souvenir, je ne le suis pas davantage. Je souhaite simplement un jour apprendre à le connaître, ce père qui file plus vite qu’une pluie d’étoiles filantes.

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très courts
150

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Flip
Flip · il y a
l'absence du père et l'espoir. Sans jugement, simplement.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Effectivement la fin est surprenante
·
Image de Marie-Françoise
Marie-Françoise · il y a
Belle écriture à la fin surprenante, on la prend comme une claque bravo je vote
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Une histoire très bien construite dont je n'avais pas anticipé la chute. C'est émouvant et révoltant comme une fuite en avant. Mes voix.
·
Image de Yoann Bruyères
Yoann Bruyères · il y a
Très joliment écrit, c'est touchant et on se demande jusqu'au bout quel est le lien entre ces deux personnes, c'est réussi !
·
Image de Claire Bouchet
Claire Bouchet · il y a
Une fin surprenante qui nous amène à danser une valse hésitation de sentiments : amertume ? espoir ? irresponsabilité ? manque ? amour ? Un texte très bien écrit, haletant, comme l'attente de ce passage éclair.
·
Image de Sandi Dard
Sandi Dard · il y a
Fuite en avant... Très éprouvant. ..
·
Image de Meij Gueï
Meij Gueï · il y a
Hooo ça réveille tellement de choses.. bravo!
Si Jms : une ère d’autoroute c’est mon histoire. ❤️

·
Image de SuperI73
SuperI73 · il y a
Une belle surprise, touchant. Surtout ne t'arrête pas….d'écrire!
·
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Une jolie histoire, je vote maxi !
Je suis en lice avec l'âne et la moto...

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

« Ding Dong ! »Mince ! Qui était-ce ? pensai-je en posant le savon sur le bord de la baignoire.« Ding ! Dong ! »Zut ! J’avais à ...