Brûler pour effacer

il y a
2 min
163
lectures
143
Qualifié

J'aime écrire. C'est un passe temps et un exutoire. J'en ai fait un blog. Sans prétention, j'étale mes pensées au gré de mes humeurs. De façon caustique, personnelle, mais toujours avec  [+]

Image de 2019
Image de Très très court
Je coule. Je vous jure, je coule. Littéralement. Quelle quantité d’eau perdue maximum peut-on supporter ? C’est la question que je me pose. Ça inonde tellement mes pensées, que je perds le fil. On peut mourir de transpiration ? J’en suis persuadée...
10H, 15h, 18h, je n’ai aucune idée de l’heure qu’il est. Elle se termine quand ma journée ? J’attends la sonnerie comme on attend le glas, mais celui de la libération. Pour demain... Chaque chose en son temps. Pour l’instant je pense à maintenant. Et je veux que ça se termine. Je fais tout ça machinalement.
- Plus vite.
Ils nous répètent ça inlassablement. Comme si on pouvait aller plus vite. On a le regard vitreux. On se regarde, on se comprend, on se soutient. Mais tout ça en silence.

Ces flammes... J’ai chaud. Mais je tremble. Je tremble de peur que mon tour n’arrive. Pourquoi y échapperai-je ? Je suis comme elle. Comme lui. Mais pour le moment, je suis de l’autre côté. Je ne sais pas si je préfère. Je pleure en silence. Comme tout le monde ici.
-Toi, réveille-toi ! Dépêche-toi !

On a du travail. Chaque jour un peu plus. Chaque jour leur sourire devient un peu plus menaçant. Ils se sentent forts. Ils le sont. Nous ne sommes rien. Ni pour eux, ni pour nous. Plus rien en tout cas. On l’a été. On était un frère, une fille, une mère, un père. On est maintenant que du bétail. Et encore. Leurs esclaves. Jusqu’à perdre toutes nos forces. Ils nous épuisent, nous essorent, nous enlèvent toute once de vitalité, d’espoir, de lueur. Ils prennent plaisir à nous voir sombrer. Ils nous poussent vers ce fossé dont on ne ressortira jamais.
Mon tour arrivera. Je le sais. Pour l’instant, ils ont besoin de moi. Je les aide. Je me déteste. Je me vomis. J’aimerai me pousser moi-même dans ce fossé. Et ne jamais ressortir. A quoi bon ? Pourquoi revenir ? Pourquoi tenir ? Mais je ne le fais pas, et je reste là. A faire ce qu’ils me disent de faire. A leurs sourire, un peu, en espérant qu’ils seront reconnaissants. Qu’ils ne m’oublieront pas. Qu’ils penseront à moi pour une quelconque récompense. N’importe quoi. Juste un sursis.

C’est lourd. Bizarrement, c’est lourd. C’est vide, mais ça pèse. Ma culpabilité a sûrement remplacé tout ce qui n’est plus là. Putain, j’ai chaud. Heureusement qu’il n’y a pas de miroir, je crois que je me cracherai dessus. Est-ce que seulement je me reconnaîtrai ? Mes traits ont changé, je le sais. Je ne serai plus jamais la même. Plus jamais. Et je n’aimerai pas la personne que je serai devenue. Et je ne veux pas vivre avec ce que je sais. Avec ce que j’ai fait. Et je ne veux pas, je ne veux pas, je ne peux pas, non, je ne peux pas... Je ne peux plus...
-Toi, qu’est-ce que tu fais ?
Mon corps cède. Mes pieds ne me portent plus. Mes jambes se plient. Mon âme est en fuite. Elle me quitte. Je la vois qui s’éloigne. Je lui fais un sourire. Je tends la main, essaye de la retenir... Viens... Je murmure...
-Relève-toi !
J’entends un gros « crac », la cravache s’abat sur ma main. Je n’ai pas mal. Je n’ai plus mal. Je veux ma libération. Je m’effondre complètement sur le sol. Aidez-moi.
-153849 et 145309, ramassez-le. Extermination, jetzt ! Schnell ! Schnell !

Je sens 2 paires de bras sous mes épaules. Ils me soulèvent. Ils sont là pour me sortir de mon cauchemar. Je crois entendre un « pardon. On se revoit vite ». On prend le même train ? Viens, on part en vacances. Je sens le soleil sur ma peau. Il se rapproche de plus en plus. Il est chaud. Il me brûle presque. Je crois que mon salut est là. Désinfection par anéantissement total.
-Arbeitet ! Schnell !
143

Un petit mot pour l'auteur ? 37 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Mon soutien pour cette ambiance de pure épouvante, PourquoiPasMaintenant ! Une invitation à vous imbiber de lumière dans “Gouttes de Rosée” qui est en compétition pour le Grand Prix Automne 2019. Merci d’avance et bonne journée https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/gouttes-de-rosee-1
Image de PourquoiPasMaintenant
PourquoiPasMaintenant · il y a
Merci beaucoup. Je lirai votre texte, soyez-en sûr!
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Merci d'avance et à bientôt, PourquoiPasMaintenant !
Image de Julien1965
Julien1965 · il y a
Un texte fort et qui va loin dans l'horreur connue et absolue... Merci pour cette piqûre de rappel, et je vous félicite pour votre démarche...dans l'écriture.
Image de PourquoiPasMaintenant
PourquoiPasMaintenant · il y a
Merci beaucoup, vraiment.
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
J'ai beaucoup écrit sur ce thème qui m'est cher, et j'ai surtout énormément lu de livres depuis plus de cinquante ans (et je continue). Je vais soutenir votre texte, car tout ce qui contribue à entretenir la mémoire doit l'être.
Image de PourquoiPasMaintenant
PourquoiPasMaintenant · il y a
Merci énormément. Je ne peux être plus en accord avec vous. Oublier, ne pas vouloir en parler, je persiste à dire que c'est les tuer une seconde fois. C'est accepter l'intolérable. Et ça, jamais.
Image de M BLOT
M BLOT · il y a
Vous avez un style et une façon de narrer qui est bien propre à vous ! je confirme !
c'est étonnant de se sentir à la place de cette personne qui n'est plus vraiment humain mais comme un animal que l'on traque et que l'on finit par "libérer" de cette chaleur de peine, de haine, de peur, d'abandon... +5 et bonne chance à vous

Image de PourquoiPasMaintenant
PourquoiPasMaintenant · il y a
Merci beaucoup pour vos voix. C'est vrai que c'est difficile de pouvoir imaginer, ou même essayer, ce qu'ils ont pu ressentir. Le plus simple est de parler d'eux afin de leurs rendre hommage. Ils survivent dans les mémoires.
Image de Florence Defaud-Carabin
Florence Defaud-Carabin · il y a
L'homme est un loup pour l'homme! Ce pan d'histoire commémoré dans votre texte en est bien la preuve! Toutes mes voix! Je m'abonne :)
Je vous invite, si le cœur vous en dit, à une petite escapade dans l'Océan Indien pour y découvrir "L'Auberge de La Fournaise": https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/lauberge-de-la-fournaise
Bonne continuation et à bientôt! :)

Image de PourquoiPasMaintenant
PourquoiPasMaintenant · il y a
Merci beaucoup pour vos encouragements. Je vais tout de suite faire un tour sur votre page. A bientôt
Image de Emilie Bonnas
Emilie Bonnas · il y a
Quelle émotion de lire ce texte ! La même que lorsque je me suis retrouvée entre ses grilles ou ses murs qui ont vu l'inimaginable, l'humanité dans ce qu'elle a de plus inhumain.
Merci

Image de PourquoiPasMaintenant
PourquoiPasMaintenant · il y a
Merci. Exactement, inhumain, incompréhensible et impardonnable.
Image de JD Valentine
JD Valentine · il y a
Un texte fort porté par votre écriture au scalpel. Toutes mes voix.
Image de PourquoiPasMaintenant
PourquoiPasMaintenant · il y a
Merci beaucoup JiJinou
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Une façon haché-menu pour tenter de digérer l'indigérable ! Vous avez mes cinq voix, Pourquoipasmaintenant !
J'ai un sonnet en finale été qui devrait ne pas vous déplaire : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/indian-song

Image de PourquoiPasMaintenant
PourquoiPasMaintenant · il y a
Merci, c'est tout à fait ça... Tenter d'accepter cette partie de notre histoire... J'en suis encore bien loin. Je file voir votre texte.
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Un scénario qui ne s'éteindra jamais . Il brûlera dans la mémoire de l'humanité comme une fournaise éternelle .
Image de PourquoiPasMaintenant
PourquoiPasMaintenant · il y a
Toujours. Oublier, c'est les tuer une seconde fois.
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
Ce texte vous a peut-être été inspiré par toutes les commémorations que l'on nous soumet souvent. Oui, de tels événements ont eu lieu, mais l'humain s'est relevé...Je vote et je m'abonne
Image de PourquoiPasMaintenant
PourquoiPasMaintenant · il y a
Merci beaucoup :) En fait, cette partie de notre histoire me révolte, me dégoûte tellement, que j'y pense assez régulièrement. Sans être négative, pessimiste ou triste, je n'oublie pas, simplement.