Les migrants

il y a
1 min
1 153
lectures
96
Finaliste
Jury
Recommandé

Graveur (au féminin), j'aime écrire de courtes histoires et les illustrer de gravures, en réalisant des "livres d'artiste"  [+]

Image de Hiver 2016
L'enfant a agrippé le maillot de son père
Tout au fond de ses yeux se reflète la mer
Et l'intense terreur de l'immensité noire
La sombre nuit sans fin sans manger et sans boire.

Tout au fond de ses yeux se reflète sa mère
Son sourire éclatant d'avant l'horrible guerre
Un sanglot le secoue au souvenir atroce
De ces hommes venus pour la prendre de force.

Son sourire éclatant d'avant l'horrible guerre
Disparait à jamais, reste l’image amère
De ce temps révolu englouti dans la peur
Au fond de ce bateau, tout au fond du malheur.

Disparait à jamais cette image si chère,
Et restent la terreur, l'impuissante colère
Et aussi cet espoir en une vie meilleure
Dans un pays nouveau qui offre le bonheur.

Et restent la terreur, l'impuissante colère
Les soupirs des mourants, le regard de son père
Les vagues terrifiantes, les odeurs de la mort
Ces cadavres sans vie jetés par dessus bord.

Les soupirs des mourants, le regard de son père
Les sanglots des enfants qui appellent leur mère
Le bruit est terrifiant sous l'immense ciel noir
Mieux vaut risquer la mort que vivre sans espoir.

Les sanglots des enfants qui appellent leurs mères
Retentissent au loin par delà les frontières
Où des rires d'enfants jaillissent sans raison
Sinon la joie d'avoir pour soi une maison

Retentissent au loin par delà les frontières
Les détresses des peuples, aujourd’hui comme hier
La vague de migrants crie de peur et de faim
Implorant les humains de leur tendre la main.

Recommandé
96

Un petit mot pour l'auteur ? 99 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Corry Willis
Corry Willis · il y a
Extraits :
Tant de compassion pour ceux venant de loin
Fait délaisser les gens qui souffrent à nos portes,
La distance n'étant critère du besoin
Pourquoi donc recueillir d'Afrique les cohortes ?

Image de Mod GUY
Mod GUY · il y a
Merci
Image de Thierry LE FLOCH
Thierry LE FLOCH · il y a
J'aime beaucoup votre style ! Triste réalité, malheureusement.
Image de Mod GUY
Mod GUY · il y a
Merci. C'était il y a 5 ans mais c'est hélas toujours d'actualité...
Image de Blackmamba Delabas
Blackmamba Delabas · il y a
Un poème un peu triste mais qui mériterait bien plus que ces 94 pauvres voix!
Image de Blackmamba Delabas
Blackmamba Delabas · il y a
Un poème certes un peu triste mais qui mériterait bien plus que ces 94 pauvres voix
Image de Mod GUY
Mod GUY · il y a
C'est hélas toujours d'actualité...
Image de Claire Dévas
Claire Dévas · il y a
Votre poème mérite mille fois cette recommandation SE ! Humain, juste, tendre... Waouh ! Vous avez croqué avec finesse la souffrance de ces êtres humains qui lâchent tout pour l'espoir, sans certitude autre que celle de ne pouvoir rester dans leur pays. Admirative !
Image de Mikael Poutiers
Mikael Poutiers · il y a
Merci d'avoir attiré mon attention sur votre poème. J'aime beaucoup le rythme de vos phrases, la reprise de la seconde pour en faire la première et la sensibilité intense qui se dégage. Un bel hommage à ces millions de personnes qui vivent ce que personne ne devrait vivre.
Image de Sandra Mézière
Sandra Mézière · il y a
Magnifique et terrible plaidoyer comme un refrain désespéré. Ravie de vous avoir rencontrée et à bientôt !

Vous aimerez aussi !

Poèmes

Dragibus

Mod GUY

Les enfants du camping l’avaient nommé Dragibus.
Il était tout rond, avait un pelage très court et très noir d’où ressortait juste le blanc de ses yeux et parfois un bout de langue rose... [+]