La chanson du vieux loup d’mer

il y a
1 min
181
lectures
26
Qualifié
Je m’arrime à la brume
Au gré de la fortune
L’amer est aux étoiles
Hisse donc la grand-voile
Le lit du vent-arrière
Fait voguer mes prières
Vers les embruns d’opale
Hisse donc la grand-voile

Ainsi chantait un vieux marin
Dans le troquet d’un port perdu.
Et nous on restait suspendus
Quand il entonnait son refrain.

Ça parlait d’filles vêtues d’un rien,
Là-bas tout au loin sur une île.
D’amour interdit, clandestin,
Pis d’un garçon qui prend la quille...

Chaque soir y vidait son sac
Sur l’ardoise, pis sur le comptoir.
Et son trop vieux cœur mis à sac,
Il le vidait sur l’auditoire.

Dans le culot de sa bouteille
Il disait qu’y voyait la mer !
Et que quand il tanguait pareil,
C’est qu’su’l pont tout va de travers...

Je m’arrime à la brume
Au gré de la fortune
L’amer est aux étoiles
Hisse donc la grand-voile
Le lit du vent arrière
Fait voguer mes prières
Vers les embruns d’opale
Hisse donc la grand-voile

Dans l’ventr’ de sa cruche à calva,
Il disait qu’y mettait du rhum.
On n’a jamais bien su pourquoi ;
P’t’être bien qu’il n’aimait pas la pomme...

Avait-il écrit ces paroles,
De qui racontait-il l’histoire ?
Les vieux souvenirs caracolent
Qu’on l’veuille ou non, dans not’ mémoire.

Avait-il vécu dans ces îles
Dans l’pacifique, tout là-bas ?
Il est parti, toujours est-il ;
Et pis on ne le revit pas...

Dans la lie du fond d’sa bouteille,
J’crois qu’il a mis son cœur en bière.
Pis j’crois qu’il l’a jetée au ciel,
Et qu’elle vogue vers l’étoile Polaire.

Je m’arrime à la brume
Au gré de la fortune
L’amer est aux étoiles
Hisse donc la grand-voile
Le lit du vent arrière
Fait voguer mes prières
Vers les embruns d’opale
Hisse donc la grand-voile

De sa voix forte et rocailleuse,
Sa bell’ mélodie à trois temps,
Les soirs de veilles merveilleuses
J’crois bien qu’j’l’entends de temps en temps...

Y doit bien s’marrer d’où qu’il est !
À nous voir chanter sa chanson ;
On sait même pas d’qui ça parlait !
Mais on y met de l’émotion...

On a changé un mot ou deux,
Je sais qu’y nous en veut pas trop.
On a la mémoire qu’on peut !
C’qui compte c’est l’cœur dans les bistrots !

Ch’uis sûr qu’il est pas rendu seul ;
Qu’sa chanson y s’la chantent à deux !
Moi quand j’la chante à ceux qui veulent,
Ça m’plait de m’dire qu’il est heureux...

Je m’arrime à la brume
Au gré de la fortune
L’amer est aux étoiles
Hisse donc la grand-voile
Le lit du vent arrière
Fait voguer mes prières
Vers les embruns d’opale
Hisse donc la grand-voile
26

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de JLK
JLK · il y a
Si ce texte a une mélodie et qu'elle est à la hauteur des paroles, alors, c'est du tout bon!
Image de Alexis F...
Alexis F... · il y a
ah merci beaucoup ! non, pas encore de mélodie ... qui sait un jour !? merci en tout cas et puis "bon vent" à ce texte ! ))

Vous aimerez aussi !