Alzheimer - Mon père mon disparu

il y a
1 min
398
lectures
46
Qualifié

Enfant, j'aimais les châteaux de sable. Je les bâtis aujourd'hui avec des mots. Je m'y installe avec ma femme et mes chats pour regarder la marée montante  [+]

Image de Hiver 2015
Tu me regardes tu ne me connais pas
Suis-je méchant suis-je bon
Suis-je venu te tourmenter
Te saisir par le bras
Te conduire à la douche
Suis-je venu pour t'emmener
Dans le couloir aux portes noires

Tu m'écoutes tu ne me comprends pas
Les noms que je te jette
N'atteignent pas ton coeur
Ils tombent dans tes yeux
Cailloux gris dans un puits
Ils ne font pas un bruit
Pas une ride à la surface

Tu me souris tu ne me connais pas
Tu me souris comme un enfant
Qui craint la punition
Et demande pardon
Sans être sûr du mal qu'il a pu faire

Je te regarde je te connais
Tu es celui qui souvent me manqua
Celui que j'espérais quand j'avais peur la nuit
Celui qui habitait une terre étrangère
Dont je ne savais pas traverser la frontière
Celui qui me donna si peu que j'ai gardé
Ces quelques braises comme un feu

Je t'écoute et je t'entends
J'entends les mots qui ont perdu leurs feuilles
Les mots de bois brûlé que les oiseaux désertent
J'entends le froid la faim la question et la peur
La fuite et le désir de se cacher sous terre
Comme une bête en terrain découvert
Comme un enfant perdu qui appelle sa mère

Je te souris je te connais
Tu es celui qui fuit sur le chemin
Que je prendrai demain
Quand tu l'auras quitté

Tu es celui qui a donné
Tout ce qu'il possédait
Et que la mort déçue
Observe avec dédain

Tu es celui que j'aimerai
Jusqu'à l'heure dernière
Tu es mon disparu
Ma souffrance
Mon père
46

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !