Le Petit déjeuner est prêt !

il y a
4 min
1 477
lectures
53
Qualifié

Ecrire pour mieux partager... voyager à travers les émotions... mais si vous votez pour mon texte, merci de ne le faire que s'il vous plaît vraiment, et sans attendre un retour... CHEZ  [+]

Image de Hiver 2021

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

— Le petit déjeuner est prêt ! cria Loïc depuis la cuisine, en déposant sur le plateau une petite rose rouge dans un verre en cristal ciselé.

Il espérait qu’Amanda apprécierait ses efforts, d’autant plus qu’il y avait passé du temps : il avait préparé les ingrédients idéaux pour elle, après s’être enquis discrètement de son poids et de sa taille. À vrai dire, il avait jeté un coup d’œil sur le mobile d’Amanda, hier soir, au moment où elle consultait son application « Sport&nature » après une marche dans la forêt d’automne, lui indiquant son nouveau rapport taille-poids après une demi-heure d’efforts…
Amanda avait encore cinq kilos et quarante-cinq grammes à perdre pour être dans les clous, mais elle s’approchait peu à peu de cette perfection tant recherchée et si… nécessaire.

Loïc avait parcouru le même chemin et y était parvenu sans encombre : à raison d’une heure de sport par jour et d’aliments choisis, tous cuisinés selon le protocole indiqué par la nouvelle application « Perfectforyou », Loïc avait désormais la masse musculaire idéale pour son poids et sa taille. L’application l’avait récompensé de ses six mois d’efforts en lui offrant un séjour de rêve dans les îles tropicales de son choix.

Il avait opté pour les Maldives, afin d’échapper au crachin breton qu’il aimait mais dont il commençait parfois à se lasser, malgré un bord de mer magnifique. Ses vacances avaient été paradisiaques, mais il les avait passées seul… C’est là qu’il avait compris que les choses devaient changer, que sa vie toute entière devait prendre une autre direction. Alors, il avait accepté de rencontrer Chloé, Shana, puis Amandine.


Avec Chloé, les choses n’avaient pas duré longtemps : à peine quelques phrases lui avaient permis de repérer un discours négatif et hésitant, émaillé de « je ne sais pas », « oui, peut-être… pourquoi pas… », « pas trop le moral, hier », « je n’aime pas le sport ». « À bannir ! » avait-il aussitôt pensé, en trouvant une excuse pour mettre un terme à l’entretien. En plus, si son poids semblait correct à vue d’œil, son teint était terne, et de légers cernes alourdissaient son regard.

Shana était parfaite, tout simplement parfaite : en plus de mensurations idéales, ses longs cheveux auburn brillaient à la lumière du soleil, et son regard franc et bleu avait conquis Loïc. De plus, tout comme lui, elle aimait les longues randonnées en montagne et les soirées entre amis. Les choses s’étaient brusquement gâtées quand ils avaient eu tous deux un fou rire incontrôlé : c’est là qu’il avait aperçu les dents de Shana, grises comme celles d’une fumeuse… même si ses vêtements ne sentaient pas le tabac, et malgré son haleine fraîche, légèrement mentholée. Loïc ne voulait pas prendre le risque… même pas celui de lui poser la question, car après tout, elle pouvait tout aussi bien lui mentir.

Et puis, il y avait eu Amandine : un peu gauche, à peine potelée, presque timide mais optimiste et pleine de charme. Amandine, au teint aussi frais qu’une rose, au sourire timide mais éclatant. Un joli brin de fille, avait de suite pensé Loïc, saine et sans chichis.


Alors, maintenant qu’il tenait Amandine, cette fille saine et positive, il n’allait sûrement pas la lâcher pour quelques kilos en trop ! Il posa le verre de jus d’orange sur le plateau et se dirigea vers la chambre où Amandine était en train de s’échauffer avant la séance de cardio-training matinal.

Elle s’interrompit en voyant Loïc arriver, lui demanda si cela ne le gênait pas de faire des miettes en mangeant le petit déjeuner dans les draps du grand lit où ils venaient de passer une nuit plutôt délicieuse.
— Aucun souci, répondit Loïc. Comment fais-tu, d’habitude ?
— Je prends mon premier repas en forêt ! répondit-elle, en souriant de ses dents blanches.

Loïc pensa aux odeurs d’humus, aux couleurs chatoyantes de l’automne, ce jaune doré et ces rouges orangés, les feuilles craquant sous leurs pas. Il embrassa Amandine, posa délicatement le casque « lunettes-oreillettes » sur ses cheveux, la laissant l’ajuster à sa guise, plaça le sien et appuya sur la touche « forêt d’Europe ».

Ils déjeunèrent en écoutant le chant des oiseaux, en respirant l’air frais sous le ciel d’automne, et Amandine finit ses portions : vingt-cinq grammes de pain complet ; un verre de jus de fruits multivitaminé, quarante grammes de fromage blanc non sucré, dix amandes de taille moyenne avec leur peau, et une petite banane. Ni thé, ni café : ces excitants étaient déconseillés par l’application « Perfectforyou », que Loïc avait payée au prix fort mais qui s’avérait efficace. L’enjeu était de taille, il le savait : ce n’était pas qu’une question de solitude… Il devait trouver une épouse.

Depuis quelque temps, les messages s’accumulaient dans sa messagerie privée, le rappelant à l’ordre : « Le Ministère de la Santé vous rappelle que la vie de couple est un atout majeur puisqu’il vous permet de vivre plus longtemps et en meilleure santé » ; « Ne tardez pas à trouver votre épouse et à enregistrer votre mariage dans la Mairie la plus proche de votre domicile » ; « Le Ministère de la Santé peut vous aider dans vos démarches : il suffit pour cela de télécharger l’application “Couple-santé” et de vous laisser guider. »

Le dernier message était le plus inquiétant : « Il vous reste trente jours, cinq heures et douze minutes afin de trouver une épouse et de valider votre union. Si vous dépassez ce délai, des sanctions s’appliqueront. »

Loïc craignait la pire sanction, celle qui tombait au-delà de l’anniversaire des trente ans pour celles et ceux qui refusaient de se plier aux injonctions du Ministère de la Santé. Il pensa à son ami Samuel, la joyeuse fête qu’il avait organisée dans le sous-sol de sa petite maison, pour fêter ses trente ans : le champagne avait coulé à flots, les petits-fours gras et sucrés lui avaient rappelé son enfance, cette époque où on mourait trop jeune parce qu’on ne se souciait pas de sa santé. Cette époque où on fumait des cigarettes blondes ou brunes, sans même prendre la peine de se cacher !
Cette nuit-là, ils avaient fait la fête « comme avant », pour de vrai et sans écran. En criant et en chantant, en buvant du champagne et en avalant des choses malsaines.
Et puis, surtout, ils avaient dû faire trop de bruit. Sans s’en rendre compte…

Quand Loïc était retourné voir son ami, quelques semaines plus tard, parce qu’il ne parvenait plus à le joindre, ni par mail ni par téléphone, il sursauta devant sa petite maison : elle avait été entièrement repeinte en blanc cassé, le jardin s’était transformé en un « potager pédagogique », et un homme posait des petits plants de salade dans la terre brune tandis que sa femme les arrosait.

C’est alors qu’il avait compris : malgré de nombreux rappels à l’ordre, son ami avait désobéi. Et la première sanction était tombée : la confiscation de ses biens et l’éloignement de la vie sociale…

Une disparition, une mise à l’écart. Loïc ne voulait pas en arriver là, il fallait que ça marche, avec Amandine. Et qu’elle perdre ses kilos superflus, sans quoi, la Mairie refuserait de valider leur union dans la catégorie « Union saine ».
Et ils seraient fichés, et ils devraient rendre des comptes… Or, Loïc ne voulait pas rendre de comptes au Ministère de la Santé, et il ne voulait pas disparaître non plus.

En regardant Amandine finir les dernières gouttes de son jus de fruits multivitaminé, un immense sentiment de gratitude l’envahit : si ce n’était pas tout à fait de l’amour, ça y ressemblait presque, et ils s’en contenteraient tous les deux…

BREST, juillet 2030
53

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Zalma Solange Schneider
Zalma Solange Schneider  Commentaire de l'auteur · il y a
Triste que tous les commentaires aient été effacés suite à la cyberattaque... 😪

Vous aimerez aussi !