J'ai dix ans

il y a
1 min
1 544
lectures
222
Finaliste
Jury

J'écris pour le plaisir des nouvelles et des romans. J'essaie de partager mes émotions et mes réflexions en m'inspirant du monde qui m'entoure. Voici mon nouveau site personnel ... [+]

Image de Grand Prix - Automne 2021
Image de Très très courts

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Shooter dans les marrons. Les regarder filer, rouler, rebondir. Viser les pigeons qui ne m'ont rien fait. Les dégommer. Sourire. Rire. Lorsque les volatiles s'envolent pour se poser plus loin.
J'avise une flaque d'eau croupie, me laisse tenter, saute dedans à pieds joints. Floc. Floc. Les gerbes m'entourent. Les gouttes s'éparpillent sur le macadam.
À une femme qui me zieute de travers, je tire la langue. Elle s'éloigne, outrée, entraînant sa fille dans son sillage. Pauvres créatures qui ne savent pas ce qu'elles perdent.
Je m'amuse. Je m'éclate.
J'ai dix ans.
Et je me fous des grincheux, des rabat-joie, des adultes. Je fais ce que je veux. Je crie. Je chante. Quoi qu'ils en pensent. Quoi qu'ils en disent.
En toute innocence. En toute insouciance. Je profite de l'instant présent.
Mais bientôt, le devoir m'appelle.
Je quitte ma flaque à regret. Le pantalon trempé. Les chaussures inondées. Je traverse la rue.
Mes pieds font un drôle de bruit. C'est trop marrant.
J'envoie valdinguer les marrons qui se trouvent sur mon chemin. L'un d'eux rencontre une portière. Bong. Pas grave. Un autre s'arrête au pied d'un homme qui marche en sens inverse sans rien remarquer. Lui arrive-t-il seulement d'ouvrir les yeux sur le monde qui l'entoure ? Sur les marrons. Sur les pigeons. Sur ces inconnus qui sautent dans les flaques. N'a-t-il jamais envie de quitter cette trajectoire qu'il suit chaque matin ? A-t-il peur du ridicule ? Il ne me voit pas. Suis-je transparent ?
J'entre dans le bâtiment, salue l'hôtesse d'accueil, sors mon badge, pointe, passe le portique.
La porte de l'ascenseur s'ouvre. J'hésite. Une fraction de seconde. L'instant décisif. La journée qui m'attend défile sous mes yeux. Le couloir. Le bureau. Les collègues. Les banalités. L'ordinateur. Le téléphone. Le vide.
Dans un souffle, je tourne les talons, bouscule une femme, m'excuse, repasse le portique, bondis à l'extérieur, respire. Je cours. Mes pas me guident vers la flaque d'eau, vers les marrons, vers mon enfance.
J'ai dix ans. Depuis quarante ans aujourd'hui.
222

Un petit mot pour l'auteur ? 112 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Michel Dréan
Michel Dréan · il y a
Comme un petit air de Souchon ...
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Hélas, maintenant, avec le télétravail, plus moyen de faire le trajet dans les flaques et de partir du bureau en sautillant 😰
Je compatis et je paie le nettoyage du pantalon avec cinq éclats de rire attendris.
😂😉😂😉😂

Image de Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Merci Fred
Je pratique le télétravail.
Une flaque qui se trouverait entre la chambre et le bureau serait synonyme de fuite. Le texte s’en trouverait forcément bouleversé.

Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Ah oui là en effet, assurances, syndic, voisins, plombier, tout cela est une tout autre paire de manches, j’aime mieux ne pas y penser ! 😵‍💫
Je vous souhaite un bon 31 et une bonne glissade vers 2022, pas sur une plaque de verglas quand même 🙂 🎄

Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Je renouvelle avec grand plaisir mon soutien et bonne finale Olivier !
Image de Olivier Vetter
Image de Christian VALENTIN
Christian VALENTIN · il y a
A ma mère qui me reprochait d'être toujours dans mes rêves, j'avais répondu qu'ils étaient plus intéressants que la réalité. Quarante ans plus tard, ça n'a pas changé !
Image de Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Merci Christian.
Je suis d’accord à 200%.
Les rêves sont plus intéressant que la réalité. Ils devraient nous inspirer dans notre quotidien. Heureusement, la littérature existe.

Image de A. Sgann
A. Sgann · il y a
Nostalgie du temps de l'innocence et de l'insouciance !
Image de Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Merci A. Sgann
Un temps qui ne demande qu’à être retrouvé.

Image de Myriam Boscaro
Myriam Boscaro · il y a
Il paraît d après un certain poète qu après l enfance tout est fini, votre texte confirme que nous nous sommes absenté depuis longtemps
Image de Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Merci Marie.
On croit que c'est fini. Mais il suffit d'oublier les contraintes de la vie d'adulte. Laissons notre imagination s'envoler. Libérons la.

Image de DOMINIQUE LEVIGNY
DOMINIQUE LEVIGNY · il y a
Des marrons au goût de madeleine !!!
Image de Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Merci Dominique.
La madeleine aux marrons. Quelle bonne idée ! Ça changera de la dinde.

Image de Poli Gyronnase Auteur
Poli Gyronnase Auteur · il y a
Bravo pour ce texte 🤞🤞🤞
Image de Olivier Vetter
Image de VERONIQUE PECHENET
VERONIQUE PECHENET · il y a
Moi, j'ai douze ans, je suis un peu plus évoluée que toi !!!
Image de Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Merci Véronique
À douze ans et demi, c’est normal d’être plus évoluée

Image de Armelle Fakirian
Armelle Fakirian · il y a
La liberté de l’enfance dans l’immédiateté de la vie. Bravo
Image de Olivier Vetter
Olivier Vetter · il y a
Merci Armelle
Vive la liberté

Vous aimerez aussi !