L’art de la vie et de la réussite

il y a
4 min
16 302
lectures
5392
Lauréat
Public

Auteur, Économiste et financier en devenir, il entend contribuer au développement de l'Afrique. Participant au Crossroads Emerging Leaders Program de l'université de Harvard, il est actuellement  [+]

Image de 2021
Image de Très très court

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

« Moi je suis différent. Je l'ai toujours été. Pour ma mère, c'est comme si j'étais un extra-terrestre. » Elle pense, depuis toujours, qu'elle m'a mis au monde pour briser la chaîne de la pauvreté dans notre grande famille majoritairement peuplée d'agriculteurs et d'illettrés. Mon professeur du primaire aussi y croit dur comme fer. Comment peuvent-ils penser la même chose à mon sujet ? Veulent-ils tout simplement me pousser à me surpasser ? Je ne sais pas. Ont-ils lu mon avenir à travers une boule de cristal ? Je l'ignore. Peut-on donner un sens à tout cela ? Est-ce que la vie a un sens ? N'est-ce pas à nous de lui en trouver un ?

Né sans cuillère d'argent dans la bouche, en République populaire et très très démocratique des Rivières du Sud, je deviens assez vite, maître dans l'art de la débrouillardise. A partir de douze ans ou treize ans peut-être, j'analyse les besoins de mon quartier et mets sur pied un petit commerce de vente de bougies et d'allumettes pour pallier au manque d'électricité ; je donne des cours à domicile aux jeunes gens de niveau d'étude inférieur au mien ; je ramasse du bois et collectionne des morceaux de fer et d'aluminium pour ensuite les revendre. Le but est clair : me faire un peu d'argent pour m'acheter des livres, m'abonner aux bibliothèques les mieux dotées en ouvrages dans la ville de Nakry, et aider financièrement mes parents.

Chez nous, aider les parents s'apparente à chercher de la bénédiction auprès d'eux. Et cette bénédiction est tout aussi importante que la richesse. La raison ? La richesse sans une once de bénédiction, c'est comme un gratte-ciel sans réel soubassement : elle est très fragile et peut s'écrouler à tout moment.

Je pars chaque semaine à la bibliothèque française de Nakry. Et lorsque je n'ai pas d'argent pour le transport, ce qui est assez souvent le cas, je marche près de neuf longs et fastidieux kilomètres aussi bien à l'aller qu'au retour. Mais je ne m'en plains pas du tout. Je suis toujours euphorique à l'idée d'y aller et d'y avoir accès à tous ces ouvrages que je ne peux m'acheter avec des espèces sonnantes et trébuchantes.
J'y vais pour emprunter et me plonger dans des œuvres de tout genre : roman, économie, histoire... Aussi, de temps à autre, je cherche à trouver des éléments de réponse à deux questions quasi-existentielles qui m'obsèdent : pourquoi certaines personnes réussissent leur vie mieux que d'autres ? Comment se fait-il qu'à ressources égales, certains pays s'en sortent mieux que d'autres ? Bien malin qui peut répondre à ces interrogations !

La connaissance, pour moi, est le seul outil dont je dispose pour changer ma condition de précarité. Elle n'a pas de prix. Même si elle en a, elle coûte certainement moins cher que l'obscurantisme.

Je me perds. Revenons à nos moutons !
Un vendredi après-midi, alors que je suis assis dans la grande salle de lecture de la bibliothèque française, la pluie menace sérieusement de pleuvoir. Chacun, dans la salle, se précipite pour rentrer chez soi en taxi, en transport en commun, ou en voiture personnelle. Pour moi, c'est différent. Je n'ai pas un centime sur moi. Je suis venu à pied. Je vais rentrer à pied. Je me résigne donc à rester dans la salle de lecture, croisant les doigts pour que ce mauvais temps passe rapidement afin que je puisse rentrer à la maison.

La salle est vide. On peut entendre le vacarme des gouttes de la pluie torrentielle qui s'abat sur la ville. Des éclairs jaillissent avec force. La peur me gagne, mes maux de ventre refont surface.
Et soudain, un éclair plus intense que les autres jaillit. Une des fenêtres de la salle se brise. Pendant que je m'apprête à prendre mes jambes à mon cou, je vois un étrange personnage venir vers moi. C'est un vieil homme un peu courbé sous le poids de l'âge, avec sa barbe qui lui descend jusqu'à la taille. Il porte un costume tout blanc et doit être un sexagénaire ou peut-être un octogénaire, je ne sais pas. Je n'ai pas le compas dans l'œil.

Plus il avance vers moi, avec un pas assuré et un regard imperturbable, plus je sens ma respiration s'accélérer, mon regard s'écarquiller et des sueurs froides dominer le contour de mon visage. Il arrive à la table où je suis assis.
-Bonsoir jeune homme, dit-il d'une voix apaisante et rassurante.
-Euh, bonjour vieux-père...Enfin, bonsoir monsieur, ai-je répondu, tremblotant.
Je ne sais pas ce que me veut cet inconnu, me suis-je dis intérieurement. Tout d'un coup, il pose sa main sur mon épaule. À cet instant précis, mes émotions prennent le pas sur ma raison.
-Je m'appelle Ange, Ange Lee. Je suis envoyé par Dieu là-haut pour t'aider, précise-t-il.
-Moi c'est Kaly Ba. Je suis lycéen et passe le Baccalauréat l'année prochaine, ai-je enchaîné sur un ton qui cache mal mon double sentiment de peur et de surprise du moment.
-Rassure-toi, je ne te veux que du bien. En réalité, depuis trois ans maintenant, je te vois toutes les semaines ici, à la bibliothèque. Ce faisant, primo, je tiens à saluer ton courage et ton sérieux. Secundo, j'ai un précieux présent pour toi. Tertio, ne parle jamais de notre rencontre à quelqu'un, sinon personne ne te croira. On est bien d'accord ?
Je hoche la tête en signe d'approbation.

Il ouvre sa mallette blanche. J'y vois un livre et une quantité effrayante de billets de banque neufs. Il sort le livre et referme la mallette. Le titre de l'œuvre est éloquent : "L'art de la vie et de la réussite. Tout ce que vous n'apprendrez jamais à l'école." Ma curiosité est piquée au vif. Monsieur Ange Lee me fixe du regard.

-Kaly, voici dans ma main droite une grosse mallette remplie d'argent, et dans ma main gauche, ce vieil ouvrage qui date de plusieurs siècles. Bien des leaders et grandes personnalités de ce monde l'ont certainement déjà lu. Dans ma famille, ce livre s'est transmis de génération en génération. Plus important encore, toutes mes grandes réalisations et toute ma fortune, estimée à plusieurs milliards de nos francs, ont pour source les enseignements tirés de ce vieux bouquin. Il est temps pour moi de le léguer à quelqu'un d'autre. Mais je n'ai malheureusement pas d'enfant, donc pas d'héritier. Ma proposition est simple : tu peux soit choisir ce livre ou uniquement choisir la mallette d'argent et améliorer ta vie avec.

Pendant que je tente d'opérer un choix, un enseignement de mon père me traverse l'esprit : « tout acte intelligent doit tenir compte du futur. », aime-t-il à me répéter bien souvent. Je fais vite mon choix. C'est une décision grave, mais je l'assume.
-Je prends le livre, dis-je avec un peu d'hésitation.
-D'accord, jeune homme. C'est très bien ! Maintenant je vais devoir te quitter. Bonne chance dans ta quête.
Il me tend le livre que je m'empresse, en quelques secondes, de ranger dans mon cartable. Quand je me retourne pour le remercier, monsieur Ange Lee n'est plus là. Aucune trace !
Quel événement surréaliste, ai-je murmuré.


Entre-temps, dehors, le temps est redevenu beau. Je rentre à la maison. Dans les semaines suivantes, le mystérieux ouvrage devient mon livre de chevet. Je le lis, le relis, le résume, le décrypte, le chantonne.
Fort des enseignements que j'en retire, l'année d'après, je passe le bac que je décroche avec brio. Mieux encore, je finis parmi "Les premiers de la République" dans les sciences-mathématiques-compliquées. Ce qui me donne droit à une bourse méritocratique pour étudier dans un pays arabe. De là, je réussis les concours les plus prestigieux et accède à de grandes écoles. Ensuite, je prolonge mes études dans une contrée lointaine, chez le Toubab tout blanc, où je travaille avec l'un des plus importants organismes mondiaux qui lutte contre la pauvreté.
En deux ans, mon salaire est quasi équivalent à ce que mes parents ont gagné pendant toute leur vie de travail acharné.
Comme quoi, on n'a pas forcément besoin de naître sous une bonne étoile pour aller très loin dans la vie. La pauvreté est d'abord mentale, la prospérité aussi !
5392

Un petit mot pour l'auteur ? 990 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Dija Bah
Dija Bah · il y a
Bonne chance à nous ….s donne conseil
Image de Daisy Reuse
Daisy Reuse · il y a
Un prix amplement mérité pour ce texte écrit avec talent !
Image de Firmin Kouadio
Firmin Kouadio · il y a
Bravo pour ce prix !
Image de Pierre-Hervé Thivoyon
Pierre-Hervé Thivoyon · il y a
Bravo à vous !
Image de Romane Claren
Romane Claren · il y a
J'avais lu, aimé.. je relis, aime encore,... et m'abonne !
Image de Mohamed Soumah
Mohamed Soumah · il y a
Excellent mon confrère bonne chance à nous
Image de Issa Diallo
Issa Diallo · il y a
Bonne chance frère
Image de Saber Lahmidi
Saber Lahmidi · il y a
Bonne chance Sékou !
Image de Thierno Ibrahim Bah
Thierno Ibrahim Bah · il y a
Je vote pour sekou
Image de Yatus Camara
Yatus Camara · il y a
Bonne chance frère