Un papillon sur l'épaule

il y a
1 min
3058
lectures
297
Lauréat
Jury
Recommandé

J'écris pour inventer des libertés, pour m'approprier les pleins pouvoirs, pour (m'auto)critiquer, pour (me)sauver, pour (me)venger...mais aussi pour déterrer et dompter les monstres (intérieurs)  [+]

Image de Eté 2016

Disponible en :

Mon père avait coutume de dire que les papillons ne se posaient que sur les plus jolies fleurs. Et sur les personnes qui possédaient une belle âme.
Lorsque j’étais enfant, les papillons se posaient souvent sur moi. Et cela me rendait fière aux yeux de mon père.
Dans ce petit bout de jardin qu’il louait, il entretenait avec soin plantes et fleurs sauvages. Instinctivement. Ce coin de verdure sauvage et atypique lui ressemblait. Le samedi ou le dimanche, nous nous entassions donc tous dans la Simca pour nous y rendre, car il était situé en dehors de la ville. Là-bas, à même le sol, sur des nappes de fortune, ma mère dressait pique-nique et goûter. Puis, au son des cigales, nous nous y endormions après manger.
Mon père travaillait la terre avec et pour le plaisir. Sans but. Histoire de la retourner et de l’aérer, nous expliquait-il, à ma sœur et moi. Puis il l’oubliait parfois une saison entière. Pour qu’elle se reposât, se justifiait-il.
Au printemps, c’était dans cette ambiance intimiste que les papillons m’élisaient en se déposant sur mes épaules. Ils repliaient leurs ailes et se tenaient aussi immobiles que moi. Doucement, de peur de briser cet enchantement, je tournais la tête et les observais. À loisir, je détaillais le savant graphisme de leurs ailes. Avec l’envie de les caresser. Mais je me retenais : je savais la fragilité du papillon. Alors je leur confiais mes secrets par télépathie. Et souvent, ils ne prenaient leur envol que lorsque j’avais fini de m’épancher.

Aujourd’hui, dans mon jardin, lorsque les beaux jours paraissent et que les papillons volettent autour de mes enfants, je pense à mon père. Et si, par hasard, l’un d’eux se pose sur une de leurs épaules, je leur raconte notre légende familiale. Puis, par télépathie, je demande au papillon de rapporter à mon père que j’ai retrouvé auprès de ses petits-fils ma belle âme d’enfant qu’il aimait tant.
Avant.



À mon père, ce papillon trop éphémère.

Recommandé
297

Un petit mot pour l'auteur ? 516 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Cyrille Conte
Cyrille Conte · il y a
Quelle belle légende et joliment raconté. Je crois que je vais à mon tour guetter sur qui se posent les papillons. Celui sur votre épaule vous à soufflé un très beau texte. Bravo Sylvie.
Je vous invite à une petite escapade, à quelques battements d'ailes de papillon, près de Grenoble : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/une-promesse-d-evasion
Au plaisir de vous lire à nouveau.

Image de Joan
Joan · il y a
Une minute de lecture savoureuse. Les joies les plus simples sont celles qui nous marquent le plus, souvent.
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
C'est joliment dit, merci Joan !
Image de Isa
Isa · il y a
Mais que c'est joli....... J'adore votre légende familiale... Je suis émue. Tout simplement. Le pouvoir des mots. De vos mots. Merci Sylvie !
Image de Laurence Delsaux
Laurence Delsaux · il y a
Pour toutes les âmes-papillons
Image de Armand Armandl
Armand Armandl · il y a
Léger et un peu nostalgique.
Je voyage avec J'aime et Photocoplines 666.
Armand

Image de Liam Azerio
Liam Azerio · il y a
Simple et émouvant
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci Aurélien !
Image de LES HISTOIRES DE RAC
LES HISTOIRES DE RAC · il y a
Très tendre, joli symbole!
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci RAC !
En effet, c'est un peu le signe de l'autonomie de l'enfant au final...

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Les papillons se posent aussi sur les pare-brises, et ceux-là ne sont pas beaux :)
Lu avec gourmandise, merci.

Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
J'ai essuyé une larme à la lecture de votre histoire, elle me rappelle bien des souvenirs... Merci
Image de Gisny
Gisny · il y a
Transmettre ce que nous avons connu de beau, de bon, de meilleur, il en restera toujours quelque chose !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Clément

Sylvie Loy

La chambre ne sent pas bon. Un mélange de sueur, de confiné et de tabac froid. Elle est sombre, les rideaux sont toujours tirés. Mais je l’aime. Parce que je la partage avec Nathaniel, mon... [+]