2
min

Parfum d'orchidée

Image de Yves Le Gouelan

Yves Le Gouelan

1386 lectures

155

LAURÉAT
Sélection Jury

Recommandé
Disponible en :
La sonnette, un coup bref, presque hésitant. Un second en écho, plus long, plus affirmé.
— Papa, on sonne !
Je sursaute, la douce léthargie du salon s’estompe rapidement. L’écran de la télé s’agite tout seul. Un regard à la montre, 22 heures passées. Une question se pose naturellement.
— C’est qui, Papa ?
Si je savais.
Le pas traînant et chancelant, je traverse l’appartement. Qui risquerait quelques deniers sur l’identité du visiteur du soir ? Ignoré, le judas.
En fait de visiteur, c’est une visiteuse. Un visage familier s’illumine dans l’entrebâillement de la porte. J’identifie tout de suite son parfum et le rouge de ses lèvres.
— Mais qu’est-ce que tu fais là ?
Le ton n’est pas aimable, je l’avoue.
Elle tortille ses doigts autour de la ceinture de son manteau.
— Tu as vu l’heure qu’il est ?
Des mèches de cheveux lui mangent les yeux. La peau mate de sa gorge avive les souvenirs.
— Et puis je ne suis pas tout seul, tu le sais bien. Et ton mari ?
Des lueurs plus sombres dans le regard.
— On s’est disputés, très fort.
— Ah… (Et comme je suis très loquace, j’ajoute, en devinant la suite :) Et ?
— Il m’a mise à la porte.
Comme un aveu, sur un ton boudeur et agacé.
— Dis plutôt que tu as profité de l’occasion pour prendre tes cliques et tes claques.
Je dis n’importe quoi, et elle reste digne, pas de larmes, pas de sanglots.
— J’ai besoin de toi, cette fois-ci, c’est sérieux.
— Mais, Lan, ce n’est pas possible, ce n’est pas… possible.

Nous en avions toujours convenu, surtout moi, finalement. Et pas maintenant, tout de suite. C’est un pacte tacite entre nous, amis, amants, rien de plus. Quand les sentiments se mêlent aux fils de ma vie, ça ne tricote rien de bon. Elle le sait. Ce n’est pas possible, vraiment, cela tourne en boucle dans ma tête.

Elle est toute proche, à présent, les senteurs fleuries de son eau de parfum m’envahissent. Trouble et bouffées d’angoisse se disputent, et une voix intérieure résonne en s’éloignant : On l’a toujours dit, elle était prévenue, ce n’est pas possible, je ne veux pas.
— Alors, Papa, c’est qui ?
Elle a encore des accents de petite fille dans la voix. Je ne parviens même pas à lui dire que c’est une amie, qu’elle ne fait que passer.
La minuterie dans le couloir coupe la lumière. Ma fille se faufile entre nous ; elle sait où trouver l’interrupteur, elle a l’habitude de jouer dans l’obscurité avec ses copines.
Le seuil s’éclaire de nouveau.
— Oh ! là, là ! Toutes ces valises !
Je sors dans le couloir. Son grand sac marron et une valise à roulettes que je ne connais pas sont alignés avec d’autres sacs fourre-tout. Je fronce les sourcils.
À ma fille qui me dit : « Il est lourd ce sac », je suis tenté de répondre : « Laisse, Lan va repartir pour un long voyage. » Je me contente de l’observer.
Alors s’opère une sorte de mouvement général, le sac est traîné à l’intérieur de l’appartement. Comme un signal, Lan empoigne fermement la valise et le reste des bagages et emboîte le pas de ma princesse, comme aspirée vers une porte des étoiles imaginaire.
— Tu t’appelles comment ?
— Lan, Huong Lan, ce qui veut dire parfum d’orchidée, dans mon pays.
— C’est trop beau !
Et pour sceller les présentations, la porte d’entrée se referme doucement. Un claquement léger, enfermant des promesses de bonheur, à l’intérieur. Et moi, dehors.
Le silence soudain sur le palier. Je suis là, pieds nus, bientôt plongé dans l’obscurité car la lumière est minutée, tout comme ma vie. De l’autre côté, la maison semble battre d’un cœur nouveau. Elles vont m’ouvrir et m’accueillir, sûrement, enfin je crois.
Je sonne, un coup bref, presque hésitant, puis un autre coup, plus long, impatient.

PRIX

Image de Printemps 2016
155

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Parfumsdemots
Parfumsdemots · il y a
Pas mal ,j’aime beaucoup!
·
Image de F. Gouelan
F. Gouelan · il y a
La voix des enfants est souvent la voie à suivre.
Je découvre par hasard.

·
Image de Florent Paci
Florent Paci · il y a
Tombé par hasard sur votre texte. Je ne suis pas un habitué à lire ces instants de vie, mais celui-ci m'a retenu jusqu'à la fin. Vos dialogues sont efficaces et cette chute bouleverse toute la psychologie du personnage. Bonne continuation dans cette voie ;)
·
Image de Antoine Finck
Antoine Finck · il y a
Un joli parfum d'amour. Elles ont fini par ouvrir ?!
·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Qui peut dire ?
·
Image de Arlo
Arlo · il y a
A L'AIR DU TEMPS d'Arlo est en finale du grand prix été poésie. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bonne soirée. Cordialement, Arlo
·
Image de Marie No
Marie No · il y a
Je viens de découvrir votre texte, je l'aime beaucoup. Il raconte cet instant de vie avec beaucoup de délicatesse et de justesse. Et il offre une nouvelle preuve que la spontanéité des enfants est chose précieuse. Merci pour ce parfum d'orchidée et ce vent de fraîcheur :-)
·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Je découvre votre commentaire et merci pour l'intérêt que ce parfum suscite encore.
·
Image de Bertrand
Bertrand · il y a
félicitations^^
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Je découvre; je savoure, tout simple, si vrai. Je vote en décalé...
·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
J'aime les "décalés".
·
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Votre texte est magnifique . Le futur ou l'avenir appartient aux enfants . Une petite fille qui prend en main le "bonheur" pour que son père soit heureux . Tilee vous donne son vote et vous invite si vous le souhaitez à découvrir son poème Transparence en finale été(j-2) voire plus si vous appréciez. Mercià vous
·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Merci pour avoir apprécié autant.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Tourne-toi de l’autre côté, tu ronfles trop fort. De l’autre côté je te dis, la planche se visse de l’autre côté, regarde le plan, de l’autre côté le plan, vraiment tu n’es pas ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Les paroles de la comptine lui revenaient sans cesse à l'esprit, mais il ne parvenait pas à se souvenir de la dernière strophe.Un, deux, trois, nous irons au bois.Ce n'était pas le moment ...