L'Île muse

il y a
5 min
1191
lectures
247
Lauréat
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Éloge de la vie, ce texte irrévérencieux a énormément plu au Jury qui a été agréablement surpris par la puissance de cette nouvelle. Sous la

Lire la suite
Image de 2020
Image de Très très court
« Suis-je dans le noir ou ai-je les yeux fermés ? Peut-être les deux. » Franchement, je m'en fous. L'obscurité, ça me connait. Elle fût témoin de ma naissance. Le jour où je suis né, trois personnes sont mortes au bloc opératoire à cause d'une coupure de courant. La génératrice sensée prendre le relais dans ces cas là était en panne sèche depuis une semaine. Là je parle du plus grand hôpital universitaire du pays. Ces coupures mortelles sont monnaie courante ai-je fini par apprendre en grandissant. Et tout ce qui se fait trop souvent et pendant longtemps finit par être vu comme normal. Ce n’est pas un hasard si cela ne choque presque plus personne que toutes les cinq secondes la faim tue un enfant dans le monde. C'est simple, on s'y est habitué.

Comme je disais, l'obscurité, je m'y connais. Par contre, ce que je trouvais étrange c'est l'endroit où je venais de me réveiller. J'étais à l'entrée sud de la capitale, à Portail-Léogane en face du Village de Dieu, zone réputée pour être le bastion de bandits armés à Port-au-Prince. Une zone de non-droit comme aiment le spécifier nos dirigeants. À part cette silhouette phosphorescente debout en face de moi, il n'y avait pas âme qui vive. Mais c'est toujours ainsi surtout quand les bandits notoires-analphabètes-crèves-la-faim de la zone viennent de braquer un conteneur de riz ou quand ils viennent de prendre en otage un bus bondé de passagers qu'ils relâcheront, quand et s’ils le veulent bien. J'étais tout nu, je ne comprenais rien à ce qui se passait, mais il y' avait une forte odeur de souffre qui m'indisposait. Cela venait probablement de la pile d'immondices qui brûlait à quelques pas de nous.

Cette chose debout en face de moi, qu'est-ce que cela pouvait bien être? Me suis-je demandé. Je ne me souviens pas de m’être endormi, cela ne pouvait être un rêve. Je me suis dit que c'était probablement l'effet de l'une de ces boissons ultra chères que m’a fait gouter Lyne, ma nouvelle amie. C’est une haïtienne qui ne connait rien au pays. Elle est là juste pour deux semaines après quoi elle rentrera Canada. Je l'ai rencontré mardi dernier à un concert de Jazz à l'Institut Français. Je vais souvent à ce genre d’activités, j'y vais autant pour l'ambiance que pour les filles. Bref, depuis qu'on s'est rencontré elle ne me lâche pas d'une semelle. Elle m'a même proposé d’aller au palais national pour rencontrer son père. C’est surement un homme important, mais je n'en avais rien à faire. Donc, je ne lui ai demandé ni son nom ni ce qu'il y faisait comme boulot.

Lyne est un peu collante mais je ne m'en plains pas. Bien au contraire, depuis tantôt une semaine je roule en Range-Rover avec deux gardes du corps, ceux de Lyne. Je fais le tour des restaurants chics et je fréquente des endroits normalement interdits aux Pauvres-Sans-Noms couleur ébène comme moi. Sans un sous en poche, grâce à elle, j'avais accès à tout cela. Et tout ce qu'elle voulait en retour, c'était d'inoubliables parties de jambes en l'air. Ce que d'habitude j'offre gratuitement à toutes les jolies filles qui en veulent. Alors j'en profitais au maximum.
Comment ai-je pu atterrir jusqu'ici? Peut-être aurais-je été drogué ? Pensai-je. Je ne pouvais jurer de rien. Tout ce dont je me souvenais, c'est que Lyne et moi étions en route pour la plage. Peu à peu, mes yeux s'habituaient aux scintillements de l'être en face de moi. Je pouvais voir un homme en costard. Je l'ai trouvé très élégant mais je ne pouvais voir à quoi il ressemblait, son visage scintillait comme ces jeux de lumières dans les boîtes de nuits.

Bonsoir et Bienvenue. me dit-il d'une voix grave.
-Bienvenue? C'est quoi ce cirque? Qu'est ce que je fous ici? Lançai-je tout de go à cet étrange personnage qui se tenait en face de moi
-Ton amie et toi avez eu un accident. Répondit-il.
-Ah bon? Où est-elle ? Elle va bien? Demandai-je avec inquiétude.
-Ne t’inquiète pas pour elle. C'est ton état qui a été le plus critique. Et c'est pour cela que tu es ici et pas elle.
-Etat critique? Pas tant que ça sinon je serais à l'hôpital mais pas ici. Lui répondis-je avec ironie.
-Mais tu y es. Enfin, ton corps y est.
-Comment cela? Qui êtes-vous bon sang? Tout cela commençait sérieusement à m'énerver.
-Je suis le prince de la mort, petit fils du diable. Et je suis là pour te faire visiter.
-Prince de quoi? Je n'arrivais pas à croire à mes oreilles. Ma mère est chrétienne certes, mais ces histoires de vie après la mort, cela m'a toujours paru insensé. Alors Je n'étais ni effrayé ni quoi que ce soit du genre. J'étais juste intrigué. Et puis, avais-je péché tant que cela pour que l'enfer envoie un prince en personne pour me recevoir ? Le mensonge et la fornication seraient donc si graves aux yeux du Bon Dieu ? Est-ce que je suis... ?
-Mort? Dit-il en riant comme s’il lisait dans mes pensées. La mort, c'est un privilège réservé à ceux qui ont vécu. Là d'où tu viens, à part les politiciens et "les vendus" ce petit groupe qui ne représente que 5% de la population et qui possèdent 95% des richesses du pays, Vous ne vivez pas, vous trompez la mort. Dans un monde où tout est marchandise, avec moins de deux dollars américains par jour on ne vit pas, on vivote. Là-bas, vous ne vivez pas, vous existez et c'est tout. En passant, Ne te crois pas spécial du fait que je vienne t'accueillir. Je voulais juste voir de près à quoi ressemblait un habitant de l’île muse.
-L’île muse? Mais pourquoi vous appelez ainsi mon pays?
-C'est plutôt évident, non? Nous les dirigeants de l'enfer, on s'inspire des méthodes des dirigeants de ton pays pour rendre notre royaume plus infernal, si je peux me permettre ce pléonasme. Depuis quelques temps ce sont eux nos modèles. D’ailleurs si à cet instant tu ne fais que visiter notre royaume, c’est juste parce que lors de l’accident, tu étais accompagné de la fille de l’un de nos plus grands consultants. Sans quoi tu serais resté ici avec nous pour l’éternité. Sinon « île muse » Ce nom ne te plait pas? Me demanda-t-il sur un ton moqueur.

Je ne lui ai pas répondu, mais je me suis dit que ce nom était bien plus poétique que "Shithole country" Puis c'était surement vrai qu'ils s'inspiraient de Port-au-Prince. Car de là où l'on se trouvait, le décor, on aurait dit une réplique exacte de la rue du bicentenaire. Il ne manquait que des bandits lourdement armés assurant la circulation, quelques cadavres en décomposition sur l’asphalte, un embouteillage monstre, des mendiants et les sirènes de voitures officielles pour compléter le tableau.

J’allais lui demander qui était donc ce consultant quand un bruit sourd nous interrompit. Le bruit provenait de sa veste, il en sortit une boule de cristal lumineuse. Puis une voix de femme retentit de la boule en disant "Votre Majésté, votre grand-père vous demande de le rejoindre en toute urgence pour qu'on puisse commencer la réunion avec les Grands 20"
-Les Grands 20? Questionnai -je.
-Oui, ce sont les vingt assistants et bras-droits de grand-père. Ils ont le plein pouvoir sur le monde. Ils décident de qui vit et qui meurt.
Il me laissa jeter un coup d'oeil dans la boule pour voir par moi-même. J'ai vu une poignée d'hommes sortir de leurs limousines respectives, suivis de leurs gardes du corps. Leurs têtes me disaient bien quelque chose mais je n'arrivais pas à les identifier, ils portaient tous un masque chirurgical.
- On va devoir reporter la visite à une autre fois. C'est moi qui préside la réunion d'aujourd'hui. Ajouta t-il.
À ces mots, il posa sa main sur ma poitrine. Mon coeur s'est mis à battre à toute vitesse. C'est alors que je remarquai que depuis le début de notre conversation je n'avais pas ressenti mon cœur palpiter. Soudain, Je ressentis une sensation comme si je venais de me faire percuter par un éclair. Et quelques secondes plus tard, je m'étais réveillé en sursaut dans une ambulance assisté de Lyne et d'un médecin au visage inquiet muni de son défibrillateur.
Bon retour à la vie champion, arrivai-je à lire sur ses lèvres.
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Éloge de la vie, ce texte irrévérencieux a énormément plu au Jury qui a été agréablement surpris par la puissance de cette nouvelle. Sous la

Lire la suite
247

Un petit mot pour l'auteur ? 150 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Félicitations Peterson Désir pour votre Prix du jury !
J’avais soutenu votre texte et je viens de le relire, je comprends pourquoi il m’avait beaucoup plu et pourquoi il a séduit le jury.
Un Prix très mérité !

Image de Lépi
Lépi · il y a
Que de vie dans cette petite mort ! la visite au prince des enfers donne une dimension surréaliste à votre texte que j ai lu avec impatience. Bravo et merci
Image de Peterson Desir
Peterson Desir · il y a
Merci Lépi.
Heureux de vous compter parmi mes lecteurs.
Encore merci.

Image de François Paul
François Paul · il y a
Votre texte est puissant, très bien écrit, il relate précisément la vie a Haiti. C'est fait avec un certain détachement enfin j'aime beaucoup cette plume. les dialogues arrivent a point nommé et ça cause pas avec n'importe qui !! ;)
Image de Peterson Desir
Peterson Desir · il y a
Merci Paul.
Merci d'avoir fait le tour de l'île.

Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Je découvre votre texte seulement maintenant, et je l'apprécie beaucoup. Irrévérencieux certes, mais tellement réaliste... concernant Haiti sans aucun doute, que je ne connais pas assez pour juger, mais concernant le monde entier dans le contexte actuel...
Image de Peterson Desir
Peterson Desir · il y a
Mornas, j'ai réalisé que parfois pour dessiner le monde tel qu'il est, il faut enlever ses gants de velours ou l'on risque de le dessiner tel qu' on le souhaiterait et non pas comme il est. Merci d'avoir lu et ça me fait plaisir que vous ayez apprecié.
Image de François B.
François B. · il y a
Je découvre et apprécie beaucoup.
D'autant plus que le thème m'avait aussi inspiré une nouvelle comparable (hors concours : L'Accident). La vôtre est inscrite dans un contexte géographique, politique, social qui lui donne une grande force. Bravo

Image de Peterson Desir
Peterson Desir · il y a
En passant, ça me plairait enormement de lire votre texte,si c'est possible evidemment.
Image de François B.
François B. · il y a
C'est possible, il est en ligne sur le site : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/laccident-8
Bonne lecture

Image de Peterson Desir
Peterson Desir · il y a
Merci d'avoir fait le voyage François.
Merci beaucoup.

Image de said MEZIANE
said MEZIANE · il y a
Déjanté! Mais bien sur les jambes.
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Félicitations Peterson pour ce prix du jury. Un beau texte que j'avais soutenu.
Image de Peterson Desir
Peterson Desir · il y a
En effet Alice, Vous avez été l'une des premieres personnes à le soutenir. Merci beaucoup
Image de Stevenson Mervil
Stevenson Mervil · il y a
Simple et efficace.
Merci et bravo.

Image de Rose Sadelie Nouvelle Celeny
Rose Sadelie Nouvelle Celeny · il y a
Peterson Vanse vanse😊😍
Image de Medjina Jean Charles
Medjina Jean Charles · il y a
Un texte qui nous parle et nous interpelle ....merci beaucoup Pet et bonne continuité.

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Le mauvais ouvrier

Malik Nahassia

— Hier, en faisant ma ratatouille, rien à faire, ça accrochait. Il va falloir que je change la cocotte.
— Le mauvais ouvrier a toujours de mauvais instruments.
— Comment ça ?
— Eh... [+]