Le petit balayeur

il y a
2 min
852
lectures
111
Lauréat
Sélection Jury
Recommandé

J'écris à mes heures perdues, sur trois bouts de papier au terminus de mon bus pendant la pause de petites histoires du soir, et j'aime partager ces petits textes avec vous  [+]

Image de Hiver 2017
Il est six heures du mat’, Paris s'éveille avec la gueule de bois. C'est son moment, au petit balayeur, il a sauté dans le premier métro. En passant l'tourniquet, il n'a pas oublié de saluer le poinçonneur des Abesses. Dans la rue, tous les néons sont blafards, voilà l'aube crade qui pointe le bout de son nez, timidement, comme un rat d'égout qui furette. À l'entrée, tout transi, fatigué, dans son bel uniforme, c'est le portier, les yeux gris, qui se boit un petit café. Dans le bouge, la salle est vide, il reste une odeur de fumée tenace. Les derniers fêtards sont partis – sauf André, l'apollon des bals pop. Allongé sur le sofa, l'André il ronfle fort, son galurin de travers, enfoncé sur le crâne, il cuve encore son absinthe, cette tisane qui finira par le rendre cinglé.
Sur le parquet, des traces de gomme, ils ont encore bien dansé, les flonflons, les froufrous, les couples enlacés. Les gigolos, les midinettes, leurs bas de soie, habits rouges et cols noirs, leurs mains baladeuses sous les jupons des filles, les regards fripons, les rires surfaits des entraîneuses, des aguicheuses. Sur la scène, dans le coin, traîne l'accordéon du gars Léon. Le gars, il est monté, sur le coup de 4 heures, chez la patronne. Il doit moins faire le fanfaron, à l'heure qu'il est ; elle est grincheuse la daronne, et quand on y monte il faut durer...
Le petit balayeur, lui, il s'en fout de tout ça, sur lui, les belles ne se retournent pas. Tout ce qu'il peut reluquer, ce sont ces traces de pas, sur le parquet abîmé, putain, il va falloir bien astiquer !
Faut dire qu'ils ont bien dansé, tous ces vauriens, leur belle sous le bras, oui, lui il est loin de tout ça. C'est un rêveur, ce balayeur. Ce soir après le turbin, il montera ses sept étages, ça l'éloignera du caniveau. Il sera seul dans sa mansarde et tout Montmartre, là, sous ses yeux, brillera un peu rien que pour lui. De sa fenêtre, il regardera s'enfuir l'ombre du Chat Noir sur les toits.
Parfois il se prend à compter sa petite monnaie. Oui, il aimerait bien l'inviter, la douce Damia, cette petite chanteuse des ruelles qui l'ensorcelle. Il aimerait bien l'emmener là-bas, à la campagne, avant qu'un bel endimanché des beaux quartiers vienne lui faire un brin de causette, pour la charmer, ou bien qu'un hidalgo d'pavé, avec ses beaux souliers vernis, vienne lui conter la sérénade pour l'embobiner et la poser sur les trottoirs d'la rue Mouffetard.
Lui, Damia, il l'emmènera plus loin, ils prendront l'train, ce tortillard du bonheur, destination les bords de Marne, et les guinguettes. Il placera dans son panier un de ces petits vins blancs bien frais. Tous les deux ils s'en iront guincher sous la tonnelle, en habits du dimanche, en saluant les péniches. Pour le moment il est loin de tout ça, et il a intérêt de s'y mettre, la patronne redescend l'escalier. Elle est en haut et pourtant, déjà, il l'entend gueuler : « C'est pas l'moment d'lâcher le balai, je te paye pas encore pour rêver, j'en ai connu des tas d'fainéants qui savent à peine remuer l'manche. Toi mon bossu si tu veux rester, va bien falloir que tu t'y mettes ! Frotter, reluire, bien m'astiquer... ce beau parquet. »
Il s'en fout de tout ça le petit balayeur, car ce dimanche il ira guincher, ils prendront l'train de 33, et ça sera pas du cinéma. Il sait qu'il partira un jour, à Santiago ou à Cuba, Valparaiso, loin de la grisaille mal famée, des marlous du Paris canaille. Il se verrait bien embarquer sur un de ces paquebots de grand luxe, comme balayeur de première classe. Il ira promener ses galons tout neufs sous la statue de la Liberté – ça l'fait rêver un peu plus loin, de s'imaginer. Il en a marre de ce vieux parquet, à quatre pattes toute la journée, pour encaustiquer, en long, en large et en travers. Ces frimeurs, ces gogos, ces danseurs de tango, ceux qui se défient du regard comme coqs en foire, ils pourraient moins, ces traîne-savates, rayer l'parquet ! Il s'en fout ce petit balayeur, et pour la petite histoire, il s'appelait René.

Recommandé
111
111

Un petit mot pour l'auteur ? 165 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Habituellement, le train de 33, " c'est pour aller manger des frites chez Eugène... ", comme disait Brel.
Image de Johan Jacqueline
Johan Jacqueline · il y a
Oui, j'aime bien faire des petits clins d'oeuil à des artistes célèbres qui ont pu tous nous inspirer...Merci de votre lecture
Image de Silvie DAULY
Silvie DAULY · il y a
Un total dépaysement au parfum des rues du vieux Paris et des des boui-boui où l'on guinchait. En arrière-plan, un hommage aux petits métiers et à la belle Damia, Le tout servi par une écriture très musicale.
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Il est chouette ce texte. C'est vif, poétique... du bon Johan ;-).
Image de Johan Jacqueline
Johan Jacqueline · il y a
Merci à toi, oui j'ai une série de textes dans ce genre là, celui là a inspiré "le petite ramoneur" et "La nonchalante", qui ont des personnages communs...Bon je vais te lire aussi
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Déjà lu " le petit ramoneur ", je passerai pour " la nonchalante ".
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Belle fresque.Reconnaissance bien méritée,tant pour vous que pour René.
Image de Evinrude
Evinrude · il y a
Très sympa et sujet très original !
Mon vote vous est acquis.
Puis-je vous inviter à découvrir deux de mes écrits en lice pour le grand prix d'automne : http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/le-marteau-et-les-etoiles et http://short-edition.com/oeuvre/poetik/prends-ma-main-porte-ma-peine

Image de Arlo G
Arlo G · il y a
A L'AIR DU TEMPS d'Arlo est en finale du grand prix été poésie. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bonne soirée. Cordialement, Arlo
Image de Yoann Bruyères
Yoann Bruyères · il y a
Super style, original et personnel, on est bien immergé dans l'esprit du balayeur et l'ambiance du lieu, c'est très réussi
Image de Johan Jacqueline
Johan Jacqueline · il y a
Merci beaucoup! Je ne sais pas ou loger tant d'éloges!
Image de Yoann Bruyères
Yoann Bruyères · il y a
D'autant que la place est chère dans la capitale ;-)
Image de Yann Jean Eon
Yann Jean Eon · il y a
C’est sympa d’écrire, mais encore mieux d’être lu ! J’aime ton texte et je vote. Si tu en as le courage va voir mon Le magot de Joe Pépin-de-pomme en lice pour le Prix Lucky Luke !
http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/le-magot-de-joe-pepin-de-pomme
Merci et bonne route Yann Éon

Image de Mister Iceberg
Mister Iceberg · il y a
Félicitation pour votre prix et ce beau moment de partage.
Si le temps vous le permet n'hésitez pas à découvrir ma "découverte anodine"
Bonne continuation

Au plaisir de vous lire

Benoit

Image de Charlotte Talon
Charlotte Talon · il y a
J'ai valsé musette en lisant l'histoire de ce balayeur et j'ai même entendu Yves Jamais la chanter sa chansonnette
Bonne chance à René !

Image de Johan Jacqueline
Johan Jacqueline · il y a
Merci pour lui...

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Forclusion

Clément Paquis

Lorsqu’on me dit que j’exerce un métier de fou, je ne ris jamais parce que c’est à moitié vrai.
À vrai dire, à force de voir défiler des malades mentaux dans mon cabinet, j’en viens à... [+]