Le coup du lapin

il y a
2 min
2936
lectures
561
Lauréat
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Entre torture physique et torture mentale, ce texte met en parallèle le dépeçage d’un lapin et les premiers émois amoureux. La construction est

Lire la suite

"La seule certitude que j'ai c'est d'être dans le doute ! " Pierre Desproges  [+]

Image de Automne 19

— D’abord, c’est qui cet Antoine ? demanda la vieille dame en accrochant un lapin par les pattes arrière à un clou du poteau en bois soutenant le préau. Tu m’en parles tous les jours, mais je ne le connais pas.
— Bah, c’est un copain, répondit Pauline. On se voit souvent.
— De la maison là-bas ? Les citadins qui ne viennent que pour les vacances ? poursuivit la grand-mère.
Elle se tenait face à sa petite-fille, un gourdin dans la main.
— Oui, il est drôlement gentil.
— Hum… fit la vieille dame dubitative. Il a quel âge ?
— 10 ans et demi, répondit fièrement Pauline.
— Et qu’est-ce que vous faites ensemble ?
— On s’amuse quoi. On vise les vaches avec un lance-pierre et des petites pommes, répondit-elle en pouffant.
La vieille dame haussa les épaules :
— Pas malin ça. Ça les stresse. Ce n’est pas bon pour le lait.
— Bah oui, mais les oiseaux, on n’y arrive pas !

Le lapin s’agitait dans tous les sens, la tête en bas, les yeux fous, exorbités. Il savait ce qui allait lui arriver.
Le clapier n’était pas loin. La scène se répétait chaque fois qu’il y avait une commande. La grille qui s’ouvre, un lapin attrapé par les oreilles : « Viens par ici toi ». Le bois du poteau devenait sombre. Le sang. L’odeur.

Moi, j’étais caché à côté du portail de la maison ; je n’osais pas entrer à la vue du spectacle et de la discussion centrée sur moi. Je ne ratais rien de la scène, la tête penchée, un petit papier plié en quatre tenu précieusement dans la main.
— C’est tout ce que vous trouvez à faire ?
— Bah, on se raconte des histoires. On se balade. On fait du vélo. On joue au cerf-volant, quand il y a du vent.
— Il ne te demande rien d’autre ? Tu sais, je suis responsable de toi pendant les vacances. Tes parents me font confiance.
— Non, mamie, répondit Pauline. Il me raconte des histoires drôles aussi.
— Faudrait pas qu’il t’embrasse celui-là. Hein ? Tu m’entends ? Parce qu’il passerait un sale quart d’heure. Crois-moi. Tu n’as que 8 ans.
Sur ce, elle leva son gourdin et en assena un violent coup sur le crâne du lapin. Il eut un soubresaut puis resta inerte. Elle avait la main, la vieille, et moi, j’avais la frousse. Je m’imaginais à la place du pauvre animal, pendu par les pieds, subissant le même sort.
Je commençais à trembler, la boule au ventre.
La grand-mère posa le gourdin sur la petite table de camping attenante et saisit un couteau. Elle approcha la lame luisante, fine et acérée des yeux de l’animal.
— Il ne t’a pas embrassé, dis ?
— Non, mamie !
Ouf ! Elle savait mentir.
— Hum…
Elle énucléa alors prestement le lapin. Du sang coula. Mon estomac se retourna. Le cidre bouché bu en cachette à la fin du déjeuner n’arrangeait pas mes affaires.
— J’ai peur qu’il profite de toi.
— On ne fait rien de mal mamie ! supplia Pauline. Je peux le rejoindre ? En plus, il repart tout à l’heure. C’est la rentrée demain.
La grand-mère effectua une fine entaille dans la peau du lapin à la base des pattes – un geste méticuleux mille fois exécuté –, puis reposa le couteau sur la petite table. Elle tira alors lentement sur la peau et dépeça complètement le lapin encore chaud.
Un orage éclata dans mon ventre ; coups de tonnerre et éclairs le traversèrent. Je courus jusque chez moi et me réfugiai dans les toilettes.
Jamais je ne connus la réponse finale de la grand-mère. Nous prîmes la route dans la Citroën DS chargée à bloc. Le soir, je me couchai sans dîner. Mes parents mirent cela sur le compte de la rentrée scolaire. J’avais glissé le petit papier sous mon oreiller. J’allumai la lampe de chevet un peu plus tard dans la soirée – impossible de trouver le sommeil –, et l’attrapai. De mon écriture maladroite et tremblante, j’avais écrit : « Pauline, je t’aime ».

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Entre torture physique et torture mentale, ce texte met en parallèle le dépeçage d’un lapin et les premiers émois amoureux. La construction est

Lire la suite
561
561

Un petit mot pour l'auteur ? 183 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de DEBA WANDJI
DEBA WANDJI · il y a
Très beau texte, Antoine!
j'adhère par mes voix et je vous invite à découvrir mon texte en course pour le prix jeunes auteurs https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/etoile-perdue-2
N'hésitez pas de laisser vos impressions en commentaires. Merci!

Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Félicitations pour ce prix, Antoine ! (Il n'est jamais trop tard pour bien faire)
Je profite de mon passage pour vous inviter à lire un tri-triolet sur ma page en compétition printemps si vous avez un peu de temps.
Bonne journée à vous.

Image de Naima BEK
Naima BEK · il y a
Très bien écrit !Le titre est aussi très bien trouvé !
Image de Mohamed Laïd Athmani
Mohamed Laïd Athmani · il y a
Très joli texte que j'ai aimé !
Bonne narration réaliste et très riche en expérience humaine .

Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
Une histoire toute mignonne. Enfin excepté le sort du lapin qui me rappelle de vieux souvenirs...
Image de Antoine Finck
Antoine Finck · il y a
Merci Abi !
Image de Plumette P
Plumette P · il y a
Un texte saisissant de réalisme.
Les dialogues sonnent justes, les occupations des mômes aussi.

Image de Michu Brochel
Michu Brochel · il y a
J'ai vu moi aussi, cette mise à mort.
Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
Re-Re-Bonjour Antoine.
C'est la troisième que je lis d'affilée.
Une trilogie: Poulet, canard, lapin.
Je ne serais pas étonné que vous ayez passé votre enfance à la campagne :-)
J'aime beaucoup vos histoire courte qui en disent beaucoup plus que ce qui est écrit :-)

Image de Alain Maréchal
Alain Maréchal · il y a
Excellent...
Image de Diego JORQUERA
Diego JORQUERA · il y a
Bravo !

Vous aimerez aussi !