3
min

Entre les gouttes

Image de Thomas Trombetta

Thomas Trombetta

1238 lectures

120

LAURÉAT
Sélection Jury

Recommandé
Les gouttes commencent à tomber sur le sol sec des rues de Sfireh. Voilà des semaines qu’il n’a pas plu sur cette petite ville aux portes d’Alep. Yara se tient là, debout au milieu de la rue, fille du peuple, enfant des pavés, souveraine de ses baskets sans lacets. Son jean sale, jauni par le sable fin et chaud des ruelles lui colle aux jambes, imbibé de sueur. Au-dessus de sa tête, le couvercle noir chargé d’humidité qui s’est installé sur la ville parvient à grand-peine à apaiser la chaleur étouffante de l’été.

Toute son enfance, Yara l’avait passée à arpenter les étroites allées de sa ville. Elle les connaissait par cœur. Chaque rue, chaque ruelle, chaque impasse.
Elle avait mis les pieds des centaines de fois dans chaque boutique, chaque bar, chaque épicerie. Les moindres recoins, elle les avait découverts ; les moindres trous, elle s’y était faufilée. Et plus encore. Jusqu’aux toits poussiéreux donnant sur le grand lac Jabbûl, jusqu’aux cours interdites débordant de plantes vertes et grasses et d’agrumes juteux.
Elle avait passé son enfance à courir après les pneus usés et les ballons de foot rapiécés d’Ahmed et de Sayid, ses grands frères furieux. Elle avait flâné entre les bâtiments ocre, les cafés miteux et les lampadaires crépitants.
Traînant des pieds, elle s’est rendue à l’école, a remonté les allées marchandes et s’est baladée les dimanches en compagnie du vieux Selim, arborant, aussi longtemps qu’elle l’avait connu, sa longue tunique aussi blanche que ses cheveux.
À treize ans, elle chassait encore les garçons à grands coups de pierres, sous les éclats de rire d’Iman, sa mère, revenant du marché, pendant que Majd, son père, fumait le narguilé, assis sur une chaise en plastique à la terrasse d’en face, parmi l’assemblée des hommes au regard dur.
À quinze ans déjà, elle rêvait d’être médecin. Comme ces femmes américaines qu’elle voyait dans Docteur House ou Grey’s Anatomy, à travers la lucarne animée du cybercafé de la rue Al-Moataz.
À dix-sept ans, elle rêvait de voyager, de découvrir la vie londonienne, les quais parisiens et les buildings de Manhattan.

À dix-huit ans, elle est là, debout, immobile, le regard dans le vide. La pluie s’abat partout autour d’elle, sans pour autant la mouiller.
Ils ont frappé plus tôt dans la matinée, aussi soudainement que l’orage. Leurs balles sifflant à travers la rue, traçant des lueurs dorées dans l’air. Leurs armes lourdes, sombres comme leurs tenues, semant la mort sans autre forme de procès et récoltant la peur et les cris parmi la foule des implorants. Dans l’indifférence la plus totale, les êtres se sont écroulés, hommes, femmes, enfants, tous des pantins retrouvant la poussière.
Yara s’est tenue là, debout, paralysée par la peur au milieu de la rue, les balles pleuvant autour d’elle, éclatant, perforant et brisant les vitres, les briques et les os. Les éclairs luisants de la mitraille ont fusé devant ses yeux, foudroyant les âmes agitées sans pour autant la toucher, elle. Elle n’a pas bougé, le tonnerre des cris et des armes écrasant ses tympans, l’odeur âpre de la poudre lui piquant les narines.
Puis ils se sont retirés aussi vite qu’ils sont apparus, laissant derrière eux un amas de débris, de douilles et de corps.
Ses grands yeux marron et vitreux sont maintenant écarquillés par le tableau terrible dont elle est le centre. Son souffle est court, étouffé par la chaleur et le nœud au fond de sa gorge. Elle a les mains qui tremblent, mais le reste de son corps reste léthargique, coupé du monde.
Son regard se plonge alors sur cette scène calme, brisée par le froissement des gouttes d’eau fendant l’air. Lentement, elle tourne la tête vers les masses inanimées, face contre terre, bras en croix. Ils sont si nombreux, salis par la haine et le sable, rougis par la chaleur étouffante et le sang écarlate.
Éparpillés, chaotiques et grotesques, les corps sont emmêlés. Selim, Ahmed, Sayid, Majd, Iman, et tant d’autres. Toutes ces têtes, elle les connaissait, avant que l’horreur ne vînt tordre leurs visages.

La pluie commence doucement à laver la poussière de ce charnier fumant. Le visage d’un enfant lui apparaît à travers ce rideau gris. Fathi. Elle lui a offert quelques dattes, hier, sous l’ombre en damier des arcades de la mosquée. Il gît là, ses traits sont encore crispés par la terreur et la violence, le dos contre la terre battue, a moitié recouvert par le sinistre drapeau noir frappé du chahada et du sceau sacré blanc. Son regard brouillé et absent contemple la chape de plomb recouvrant le ciel d’été.
Yara lève alors la tête vers le ciel, suivant le regard de l’enfant. Le nuage s’épaissit doucement, toujours plus noir, toujours plus menaçant, recouvrant la ville d’un inquiétant silence. Elle ferme les yeux, et des larmes chaudes commencent à couler sur ses joues rouges.
Elle se tient là, debout, seule, sous les hydrométéores tombant autour d’elle sans la toucher. L’averse des balles a laissé place à une pluie fine. Il ne pleut pas entre les gouttes d’eau.

PRIX

Image de Automne 2016
120

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Arlo
Arlo · il y a
A L'AIR DU TEMPS d'Arlo est en finale du grand prix été poésie. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bonne soirée. Cordialement, Arlo
·
Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
Histoire poignante comme l'est l'horrible réalité...
·
Image de Arlo
Arlo · il y a
Triste réalité mêlée aux rêves d'une enfant. Très beau. Vous avez le vote d'Arlo qui vous invite à venir découvrir et soutenir son poème Découverte de l'immensité en finale de la matinale en cavale qui s'arrête dans 24 h. Merci d'avance et bonne chance à vous
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Très beau texte, sensuble et émouvant, décrivant malheureusement une bien triste réalité... Une ville comme Alep, autrefois magnifique, est aujourd'hui détruite, vidée de son âme et de ses habitants... sans doute pour longtemps !
·
Image de Louisa
Louisa · il y a
Quand finira cette guerre qui ne dit pas son nom ! Pensées émues pour ces enfants et leurs souffrance.
·
Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
Magnifiquement écrit, émouvant et pur !
·
Image de Magalie F.
Magalie F. · il y a
C'est un écrit qui ne laisse pas indifférent. Vous avez réussi à nous faire prendre de la distance par rapport à cette scène, comme si nous étions Yara, contemplant le désastre. Cette lecture m'a vraiment touchée !
·
Image de Thomas Trombetta
Thomas Trombetta · il y a
Merci, c'est votre commentaire qui me touche également :)
·
Image de Leyka
Leyka · il y a
Bravo, pour oser dire, témoigner de ce que vivent ces personnes qui nous deviennent grâce à vous plus proches, moins étrangères .Et en rêvant un peu...j'espère que votre texte donnera l'envie d'accueillir les survivants à cette barbarie.Tout simplement...Merci!
·
Image de Thomas Trombetta
Thomas Trombetta · il y a
J'espère aussi, de tout coeur. Merci à vous :)
·
Image de Sophie Balastre
Sophie Balastre · il y a
La pluie et les larmes... Très beau.
·
Image de Louisa
Louisa · il y a
Alep et ses horreurs vécues par une enfant. Le drame n'épargne personne ! Merci de nous ouvrir les yeux et le coeur. Paix à eux vite.
·
Image de Thomas Trombetta
Thomas Trombetta · il y a
Malheureusement encore et toujours d'actualité...
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Il ne se passe rien. Le temps s’étire, il se tord, il se crispe ; il est le seul à qui il arrive effectivement quelque chose. J’ai oublié de mettre des chaussures. Chaque pas sur le pavé...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Comment te dire qu’à trente ans je ne t’envisage toujours pas, que j’hésite à te remplacer par un animal de compagnie, un husky, un chihuahua, je n’ai pas encore fait mon choix. ...