5
min

Le combat d'Armani

Image de Merina Biwoni

Merina Biwoni

848 lectures

549

Toute histoire commence un jour, quelque part fut-il lambda. La sienne débuta entre l'Alpha et l'Oméga dans un petit village nommé Kadir.
Armani était une fillette qui venait à peine d'entrer dans l'adolescence, de corpulence maigre, elle était toutefois belle et charmante comme une vénus. C'était l'une des seules à avoir son CEP dans le village malgré la pauvreté qui l'entourait. En effet, elle vivait dans une case en terre battue, usée par de nombreuses intempéries. Orpheline de mère depuis sa naissance, elle était la cadette d'une fratrie de cinq garçons tous plus fainéants les uns des autres. Sans moyens financiers, elle ne pût continuer ses études à la capitale, parce qu'en plus, son père accro à l'eau de vie s'était endetté dans tout le village. Face à cette situation précaire, la petite Armani était une autodidacte qui apprenait de tout et de rien, battante, elle s'acquittait de certaines tâches pour survivre. Chaque soir après avoir nourri la maisonnée, elle s'en allait en clopinant vers la mission catholique où la soeur Antoinette lui apprenait certaines notions de la vie: amour, entraide et partage. Elle était aussi intelligente que déterminée, prompte à se battre pour réussir. Hélas, la vie en a décidé autrement.

Un soir que la nuit fut tombée, le vieux Kitoro qui avait entendu parlé d'une déesse qui peuple Kadir, vint à la rencontre du père d'Armani; il voulait obtenir l'objet de sa convoitise. Arrivé chez ce dernier, il se présenta comme le sauveur de cette famille miséreuse. Un dilemme fut posé : donner sa fille en mariage contre une énorme somme d'argent ou alors demeurer dans la pauvreté. Le choix fut vite fait, il avait besoin d'argent et Armani était une fille appelée à se marier puis à fonder une famille, c'est le cycle normal de la vie. Il aurait un poids de moins sur les épaules. Les deux hommes scellèrent leur alliance autour d'un bon vin blanc puis le mariage de la jeune Armani fut programmé le samedi qui suivait, jour de son anniversaire. Pour éviter toute suspicion de la part de l'enfant, l'on lui fit croire que son oncle Désiré revenu de l'étranger, avait décidé de fêter ses douze ans comme il se doit. Le jour dit, le fameux samedi, Armani s'était levée à l'aurore, impatiente et insouciante ; elle n'imaginait point ce qui l'attendait. Fière de ces douze années de vie sur terre, elle s'attelait à rendre la fête tant belle qu'époustouflante. Si et seulement si, elle savait qu'elle perdrait son innocence ce jour. Vers quinze heures, le vieux Kitoro se gara devant la case, des tambours annoncèrent sa venue, des hommes lui firent une ligne d'honneur qu'il emprunta fièrement. Trois longues heures s'écoulèrent sans relâchement, au cours desquelles les anciens offrirent la main de la jeune fille au vieux père. Lors de la cérémonie, elle jeta sans cesse des regards tristes à son père qui détourna aussitôt son visage. A la fin, elle s'agita, pria son géniteur de ne point la laisser s'en aller mais rien n'y fit. Elle avait douze ans et était mariée. Voilà sa réalité ! Son sort était scellé !
- Papa ! Papa ! Je veux rester avec vous, pleura la jeune fille lorsqu'on l'amena à la voiture.
- Tu es une femme maintenant, sois soumise à ton mari et tout ira bien, tonna son père avant de récupérer la mallette pleine de liasses de billets de banque.
Assise sur la banquette arrière à côté de son époux, elle vit les maisons défiler, la tête adossée sur la vitre, elle pensait à la suite. Elle n'avait guère prévu cela. Comment pouvait-elle s'en sortir ? Oh ! Si ce n'est que se plier à sa nouvelle condition, maintenant elle était une épouse. La vie est imprévisible, elle qui était si ambitieuse, la voilà mariée de force à un vieux. Des larmes roulèrent de ses iris, Armani sentit son âme rester à Kadir, l'endroit qui l'a vu naître, l'endroit qui l'a muselé, l'endroit qui lui a volé son avenir. Au petit matin, ils arrivèrent à Bali, la ville où tout est chic et choc. La voiture de luxe se gara devant une immense villa, la jeune fille ébahie, descendit suivie de près par son époux. Quel luxe ! Il y avait quand même un bon côté, elle n'était plus pauvre. Elle se complaisait à idéaliser sa nouvelle vie. Las, le conte de fées prit rapidement fin.

À la tête d'un grand réseau de prostitution et de traite d'enfants à Bali, le vieil homme fit d'elle une roulure. La petite Armani était contrainte à faire des choses des plus immondes. Qu'avait-elle fait au bon Dieu ? Elle l'ignorait, sa foi en pâtissait. Un jour, elle vit trois gaillards débarquer à la maison, ils venaient se soulager avec la petite. Ecoeurée, elle se débattit de tout son être mais les hommes l'empoignèrent puis la frappèrent sous les ordres du vieux Kitoro pour la rendre docile. Il lui dit avec froideur :
- Tu es mienne par conséquent tu dois te plier à mes conditions. Messieurs, continuez. Il lui cracha au visage.
Lasse de se battre, elle s'abandonna à leurs gestes, dégoûtée, désabusée. Cela a duré de longs mois au cours desquels elle perdait un petit bout d'elle chaque jour. Des coups, pour tout, toujours. Elle mourrait petit à petit. Puis un soir, elle eût un déclic, se battre ou abandonner ? La vie ou la mort ? Le choix fut rapide, elle voulait vivre.
Une semaine passa, la jeune fille avait tout planifié, son mari ayant un "voyage d'affaires", elle devait s'enfuir le soir même pour disparaître. Après son départ, les portes furent scellées par le gardien, instructions du patron. Heureusement qu'elle y avait pensé ainsi, lorsque les ténèbres recouvrirent le ciel, elle s'en alla vers le gardien avec quelques douceurs.
- Bonjour Cissé, j'ai préparé du poulet avec du riz. J'espère que tu vas aimer !
Le gardien alléché, se jeta sur le délicieux repas ignorant qu'il y avait du somnifère à l'intérieur, il s'assoupit sans demander son reste, la jeune fille en profita pour déguerpir. Liberté ! Liberté ! Elle courait vers sa liberté. Dans la pénombre de la nuit, elle se hâta rapidement vers l'arrêt de bus, prit le dernier à destination de Santana, la ville du renouveau. Des rayons de soleil frappèrent le front de la jeune fille, elle venait d'atteindre le Saint Graal : la liberté. Elle erra dans les rues de Santana quemandant quelques restes de repas. Elle le fit pendant une semaine, était-ce là le prix de la liberté ? Ne fallait-il pas qu'elle rentre chez son mari ? Lessivée, elle s'adossa sur un portail bleu qui s'ouvrit sur une dame à la peau d'ébène. Contre toute attente, la dame la porta pour la coucher dans un lit douillet où Armani se reposa. Quelques heures plus tard, elle se réveilla dans ce lieu inconnu.
- Bonjour ma fille, je m'appelle Zola et toi ? se présenta-t-elle.
La jeune fille se recula, effrayée par la dame.
- N'aies pas peur, la rassura Zola en lui caressant le dos chaleureusement.
Rassurée, elle se présenta puis lui raconta son histoire. Sous le choc de ces révélations, Zola prit Armani sous son aile se comportant comme une mère. Au fur et à mesure, elle pansa ses peines, lui redonna un second souffle.

Vingt ans s'écoulèrent depuis le mariage d'Armani, les séquelles étaient certes encore présentes mais la jeune fille lutta pour être épanouie. Devenue sénatrice, elle s'engagea dans la lutte contre le mariage précoce et la prostitution des jeunes filles. Elle monta de nombreux ateliers pour édifier les populations des risques et conséquences de ce genre de pratiques. Ce fut d'un franc succès, l'initiative prit de l'ampleur et de nombreux réseaux furent démantelés.
Un soir, assise sur la véranda, elle conta à sa fille l'histoire de sa naissance, la rassurant qu'elle ne regrettait point sa venue au monde car Lemba était son bien le plus précieux. Elle lui dit:

<< Notre histoire a commencé un jour, quelque part à Kadir. Elle fut triste, douloureuse mais elle devait se passer ainsi car nous devions nous réunir. Carpe Diem mon enfant, croit en la vie. >>

PRIX

Image de 2019

Thème

Image de Nouvelles
549

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Merina Biwoni
Merina Biwoni  Commentaire de l'auteur · il y a
Bonjour à tous, bonne et heureuse année !
J'ose espérer que le combat d'Armani vous plaît et vous édifie sur le sort des jeunes filles dans plusieurs régions du monde. C'est un sujet qui me tient à coeur et j'ai voulu le partager avec vous.
Je tenais aussi à apporter quelques éclaircissements parce que certains ne cernent pas bien ce que je souhaitais dire.
Concernant la naissance de sa fille, Armani s'est rendue compte qu'elle était enceinte juste après sa venue chez Zola, avec son aide, elle a gardé la grossesse et a élevé sa fille.
Concernant le mari, il est mort depuis le temps, je n'ai pas voulu m'éterniser avec lui donc j'ai fait le choix de ne plus en parler.
De nouveau, merci pour vos commentaires, critiques et encouragements, c'est ainsi que j'apprends et m'améliore, c'est une première pour moi dans ce registre d'écriture et j'avoue que j'hésitais énormément.
Prenez soin de vous et à la prochaine !

·
Image de JACB
JACB · il y a
C'est une très belle histoire de celle qui finissent bien et surtout c'est parfaitement écrit, bravo je suis ravie de vous avoir lu(e).*****
Ma cavale est en jaune et bleue mais surtout j'ai un texte qui me tient à coeur comme à celui de toutes les femmes:
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-femme-est-l-avenir-de-l-homme#
Bonne chance

·
Image de Merina Biwoni
Merina Biwoni · il y a
Merci JACB, je vais découvrir votre texte
·
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
C'est tout ému que je sors de cette lecture. Je retiens la pudeur que vous manifestez, pas évident au regard du sujet traité et de l'héroïne maltraitée. Un hymne à la vie, envers et contre tout. Merci Merina.
·
Image de Charlie Norach
Charlie Norach · il y a
Bonsoir ! Je n'ai personnellement pas eu d'interrogations à propos de la naissance de l'enfant, qu'elle soit tombée enceinte à la suite de ses mauvais traitements ou d'un second mariage plus heureux, l'important est qu'elle ait trouvé une raison de vivre et une part de bonheur. L'histoire est bien racontée, quelques phrases (pas beaucoup) sont un peu maladroites, mais le sujet est si difficile à aborder, et la fin si positive (c'est rare, les happy ends pour ce genre d'histoire), que je n'ai pu que donner mes voix. Bravo, continuez à écrire !
·
Image de Merina Biwoni
Merina Biwoni · il y a
Merci Charlie pour ces quelques mots.
·
Image de anonyme
anonyme · il y a
Bravo pour cette dur et bien écrit nouvelle qui aurait mérité tout un film. Bravo, je m'abonne!Je vous invite à lire ma TTC en concours, merci d'avance et bonne journée.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/les-inventions-naissent-mais-les-hommes-meurent-1
Yasmine.

·
Image de Cathy Cherrak
Cathy Cherrak · il y a
Extrêmement touchant.
·
Image de Samia.mbodong
Samia.mbodong · il y a
Bravo Merina,
et merci pour ce texte magnifique et bien écrit. Je te soutiens et j'espère que tu iras loin.
Je t’invite également à lire un texte que j’ai écris et à le soutenir si tu le trouves à ton goût.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/zohra-ma-cherie
Samia

·
Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Beau texte et belle plaidoirie qui aurait aussi pu concourir dans le prix sur les droits de l'homme! Je suis désolée de ne le découvrir qu'uajourd'hui et de n'avoir pas pu le soutenir avant. En tout cas je te trouve bien écrit, intéressant et émouvant. Bravo !
Je vous propose de venir découvrir sur ma page un texte beaucoup plus léger et souriant : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/comment-devenir-celebre-quand-on-s-appelle-johnny

·
Image de Dimaria Gbénou
Image de Personae
Personae · il y a
Un texte engagé, dénonçant les atteintes à la dignité des êtres humains, porteur d’espoir.
Des soubresauts littéraux qui nous bouleversent.
Merci d’avoir osé aborder ces sujets sensibles, mais dont la divulgation se révèle nécessaire, pour croire à une amélioration prochaine du monde.

·
Image de La  luciole
La luciole · il y a
c'est une histoire très touchante, Armani est une personne remarquable!
·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Belle écriture, qui touche.
·
Image de Christ-Al
Christ-Al · il y a
Mes Felicitations!!!Merci pour le message que tu fais passer a travers ton texte!
Tres beau texte!!!
Je vous invite a plonger au Coeur d'une histoire marquee par la Folie et le Desespoir
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/folie-et-desespoir-2

·