L'extraordinaire voyage de Timothée

Cette œuvre est
à retrouver dans nos collections


Histoires Jeunesse :
  • 8-11 ans (cycle 3)
Collections thématiques :
  • Au collège - Jeunesse
  • Aventure & suspense - cycle 3
  • Histoires de cœur et d'amitié - cycle 3
  • Les monstres - cycle 3
Tout commença par un exercice de style que mademoiselle Joyeuse, la maîtresse des CM2, avait donné à ses élèves...
 
J'ai vu le loir à Zanzibar
Fui le Yéti en Sibérie
Cherché Nessie jusqu'à Dundee
Défié le gnou à Katmandou
Sauvé le toucan au Liban
Coursé des biques à Reykjavik
Dompté des yaks à Aurillac
Prié le lama à Lima
Mais je n'ai jamais rencontré
Le fameux ours des Pyrénées !
 
— Bravo, Timothée ! C'est une très jolie comptine ! Je te mets 20/20 !
Timothée se tortilla sur sa chaise. Il était impatient d'annoncer sa bonne note à ses parents !
En quittant la classe ce jour-là, il fit un détour par les toilettes de l'école avant de rejoindre sa mère qui l'attendait derrière le grand portail. Mais lorsqu'il verrouilla la porte des WC, une sensation étrange l'envahit, et tel un personnage de dessin animé doté de pouvoirs extraordinaires, il disparut. Comme ça, psscchhtt...
 
* * *
 
Assis au sommet d'une montagne enneigée, Timothée regarda autour de lui. Tout était si blanc qu'il ne parvenait même pas à faire la différence entre la terre et le ciel. Quel endroit splendide !
« Brrrr », grelotta-t-il, « je dois rêver ! Où suis-je ? Et où sont les toilettes ? L'école ? »
Tandis que Timothée se levait d'un bond, une énorme chose blanche sauta de derrière un sapin et, en une enjambée, vint se planter devant le nez gonflé par le froid du jeune garçon :
— Ah ! Chouette !
La chose avait une voix rauque, une bouche impressionnante, de grands yeux noirs, de longs poils blancs, mais surtout, elle était gigantesque !
— Chic ! enchaîna l'étrange créature, ma formule a marché !
Timothée demeura interdit, ne sachant trop s'il devait hurler à pleins poumons ou se réjouir d'une telle apparition. Il n'avait pas été aspiré par le siphon des toilettes de l'école, non, il avait simplement été téléporté vers une charmante contrée par une créature en mal de compagnie qui avait deux mots à lui dire au sujet de sa comptine...
— Essaie un peu de te mettre à ma place deux minutes ! grogna la bête. Quelle tristesse lorsque ce chameau de Yéti et cette peste de Nessie, mes pires ennemis, m'ont envoyé par ultrasons ta comptine en insistant lourdement sur LEUR renommée, tellement fiers que tu les cites dans ta comptine et surtout que tu m'oublies, moi !
— Mais... je n'y comprends rien, vous... vous n'êtes pas le Yéti ? Vous lui ressemblez comme deux gouttes d'eau ! Vous... vous n'allez pas me faire de mal ? murmura Tim apeuré.
— Enfin, Tim ! Si j'avais voulu te manger, ce serait déjà fait ! Non, si je t'ai fait venir, c'est parce que je m'ennuie souvent tout seul dans mes montagnes ! C'est vrai que je ressemble au Yéti, c'est d'ailleurs tout le drame de ma vie, il n'y en a que pour lui dans tous les livres de légende. Et moi ? Tu n'as jamais entendu parler de moi ? Je suis le grand, le célèbre Big Foot !
Timothée, toujours médusé, trouva tout de même le courage d'articuler :
— Jamais entendu parler.
— Et voilà ! C'est toujours pareil ! soupira Big Foot. Tu es un bon élève, tu sais faire des rimes rigolotes ! Tu pourrais écrire sur moi ! implora-t-il.
— Mais c'est difficile de trouver un mot qui rime avec « foot » ! Je ne suis pas Shakespeare !
— C'est vrai, reconnut Big Foot. Mais pourquoi n'utiliserais-tu pas mon nom français ?
— Grand Pied ?... Oui, c'est une idée ! Laisse-moi réfléchir... croisé Grand Pied... au Paraguay ! Qu'est-ce que tu en penses ?
Big Foot éclata de rire :
— Oui, c'est drôle ! Mais sais-tu où nous sommes, ici ?
Bonne question ! Timothée n'en avait pas la moindre idée !
— Euh... en Sibérie ?
— Voyons ! Je ne suis pas Russe ! Je suis d'Amérique du Nord !
— Amérique du Nord... alors je suis au Canada ?
— Raté, mais tu chauffes !
— Bon... donc je suis en Amérique, dans un endroit très froid... ça y est, je sais ! Je suis en Alaska !
— Bravo ! Tu vois, tu as trouvé ! Nous sommes en Alaska ! Est-ce que tu connais des villes en Alaska ?
— Non, désolé, avoua Timothée penaud.
— Alors, laisse-moi t'apprendre quelque chose : en Alaska, près de Juneau, la capitale, il y a un lieu nommé Glacier Bay.
— Glacier Bay ! Génial ! Comme ça je peux écrire : j'ai croisé Grand Pied à Glacier Bay !
— Tout à fait ! Bravo ! Tu es le meilleur créateur de comptines du monde !
— Mais, Big Foot, interrogea Tim, puisque que tu ressembles au Yéti et que tout le monde a toujours eu une peur bleue de cet abominable homme des neiges, comment ça se fait que toi, tu sois si gentil ?
— Tu sais, mon petit Tim, les légendes sont souvent faites pour entretenir la peur des humains. Quand tu étais petit, je suis sûr que tes parents te racontaient des histoires épouvantables d'ogres dévoreurs d'enfants, ou de loup mangeur de grand-mère...
— Oui, et j'adorais ça !
— Tu vois, tu le dis toi-même, tu adorais avoir peur ! Pour ne pas les contrarier, j'ai laissé les humains entretenir le mythe selon lequel je serais un effroyable glouton bouloteur d'enfants ! Et finalement, ça m'arrange plutôt de laisser le monde entier croire que je suis très dangereux. Ainsi, je reste tranquille dans mes montagnes et mon espace de vie n'est pas envahi par des hordes de touristes venus observer l'animal de foire que je suis à leurs yeux.
Big Foot se laissa lourdement tomber dans la neige.
— Seulement voilà, continua-t-il l'air soudain plus sombre, la tranquillité a un prix : celui de la solitude. Alors de temps en temps, lorsque je m'ennuie trop, j'utilise ma formule magique pour faire venir à moi un enfant dont je sais qu'il ne dévoilera jamais mon secret ! 
 
* * *
 
Après deux fabuleuses journées passées à découvrir les beautés de l'Alaska, et malgré son enthousiasme face aux splendeurs cachées d'une Nature préservée, Timothée commença tout de même à s'inquiéter :
— Et mes parents ? Qu'est-ce que je vais leur dire quand je vais rentrer ?
— Pas de panique ! J'ai non seulement le pouvoir de te téléporter, mais aussi celui de geler le temps, de sorte que lorsque je te renverrai chez toi, tu reviendras à l'endroit exact où tu te trouvais lorsque tu as disparu, dans les toilettes de ton école, et le temps se remettra alors en marche comme si de rien n'était. Il faut juste que je fasse attention lorsque je prononcerai les mots magiques. La dernière fois, j'ai confondu deux mots et j'ai renvoyé le petit Ti'an chez lui avec les grosses bottes en poils de Big Foot que je lui avais fabriquées !
— En tout cas, je te promets de parler de toi aussi souvent que possible et j'entretiendrai le mythe de l'abominable Big Foot ! Le Yéti et Nessie en seront vert-pomme-glacée de jalousie !
 
* * *
 
Quelques semaines plus tard, à l'école.
Mademoiselle Joyeuse allait enfin rendre les contrôles de géographie, et Tim n'en pouvait plus d'attendre.
La maîtresse se tourna vers le jeune garçon :
— Très bien, Timothée. Non seulement tu as bien appris ta leçon sur l'Angleterre, mais quelle surprise, tu l'as en plus rédigée dans un anglais parfait ! Je ne savais pas que tu étais bilingue !
Moi non plus, songea Timothée un peu confus... probablement une erreur dans la formule de Big Foot ! Merci, mon BFF secret, le meilleur ami de tous les temps ! Mais alors...s'interrogea soudain le garçon, if one day, je retourne voir Grand Pied, qui sait, je reviendrai peut-être champion de hockey ! That's amazing ! Oups ! C'est génial ! ;-)

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Image de L'extraordinaire voyage de Timothée
Illustration : Mathilde Ernst