Image de Olivier Jacquemin

Olivier Jacquemin

Je gribouillais des histoires courtes à 7 ans :o)

Puis commençais mes délires dans les textes libres de mon adolescence ...

1979 je laissais enfin aller mes élans poétiques jusqu'en 1993 où ma vie privée prit le dessus sur mes écrits.

Je me suis finalement remis sérieusement à l'écriture en 2005 en travaillant sur des ateliers où est né LeR@miou.

voilà :o)

362 abonnés


À LA UNE
Nouvelles

Tour Niqué (intégral)

- La folie, comme tu dois le savoir, c’est comme la gravité : ça réclame qu’une petite poussée, et là tout bascule, l’immatériel devient réel. Vois-tu ?
- Quoi ? qui est... [+]


Nouvelles

Loup y es-tu ?

La brise agite doucement la cime des arbres de la forêt, quelques cris de coucous tentent de fracturer le bruissement du feuillage.
Il fait bon et frais sous cette protection végétale et les... [+]


Très très courts

Boucle d'ours

Trois ours assis sur un promontoire observent la pleine lune de leurs gros yeux ronds.
Le plus grand d’entre eux se met à pousser un hurlement guttural, très vite entonné en écho par ses deux... [+]


Poèmes

Le grand gentil loup

Que voulez-vous que je vous dise ?
Je suis victime des circonstances,
De toutes ces paroles qui médisent,
De toutes... [+]


Très très courts

Les petits doigts rouges.

Lucie regarde avec ravissement le bout de ses doigts rouges, tout rouges...
La douce saison s’est avancée et souffle le chaud sur son jardin gelé.
Elle écoute au loin le chant des oiseaux au... [+]


Qualifié Grand Prix Eté 2016
Poèmes

Il sourit

L’homme avance dans ce rai de lumière,
il sourit. Sa vie d’errance coincée en bandoulière,
il sourit. Sa famille... [+]


Poèmes

Horizons perdus

Il n'y aura pas d'autre chance
Ton temps s'est perdu dans la nuit,
Comme un sacrifice infini,
Une douce victime des... [+]


Poèmes

Mélancolie séraphique

J’aime la part sombre des choses
J’aime que les roses soient noires
J’aime quand votre air morose
Prend le pas su... [+]


Très très courts

Conte à rebours

P - Bon, ben voilà une bonne chose de faite.
T - Moi je n’aurais jamais osé.
G - Normal, tu es toujours incapable de prendre la moindre décision.
D - A la voir comme cela, ça me donne... [+]


Poèmes

Pensées obliques

Se dresser comme on abandonne
Un manteau râpé au levé du soleil.
Crier sans peur pour que l’air raisonne
D’un éclat... [+]


Nouvelles

Cash machine

Malgré un soleil éclatant, l’air reste très frais par cet après-midi de novembre.
Pierre farfouille au fond de sa sacoche pour y dénicher son portefeuille.
A chaque fois qu’il s’en... [+]


Poèmes

Echo à Pelot…

Bienvenues aux senteurs du soir.
Dans les rues pavées de miroirs,
Il y a un vent qui murmure un nom,
Comme s’il fleurait... [+]