Image de Alexis Garehn

Alexis Garehn

Qu'importe le medium pourvu qu'on ait l'ivresse !

159 abonnés


À LA UNE
Très très courts

Un don

Quand je réponds au téléphone, mes interlocuteurs restent muets de surprise. Ma voix les interpelle. Ils la reconnaissent à peine. Un jour, ma belle-mère avait été si étonnée, qu’elle... [+]


Qualifié Grand Prix Été 2020
Très très courts

Des mains

Quand j’étais petit, ma grand-mère me disait que j’avais des mains de pianiste. Si elle les voyait aujourd’hui, elle serait bien déçue. Elles ressemblent à des serres, crispées autant... [+]


Qualifié Grand Prix Été 2020
Très très courts

Sur le mur

Un soir, je remarquai une tâche sombre sur le mur. Je m’approchai et tâtai la tapisserie. Il y avait un creux derrière. Pas plus d’un centimètre de diamètre. Après tant d’années, je ne... [+]


Très très courts

La prison

Il flotte comme une odeur d’encre et de graphite. Le carbone a envahi les lieux, laissant l’air gris de poussière et de cendres. Difficilement, les rayons du soleil percent les vitres voilées... [+]


Nouvelles

Au milieu des frelons

Les portes s’ouvrirent et je sortis de l’hôtel. La climatisation s'éclipsa, laissant la place à l'air chaud et brûlant de l'extérieur. Une chape de plomb me tomba dessus. En un instant, mes... [+]


Nouvelles

Au milieu des brumes

Une tâche de gras sur un vêtement de soie, voilà ce qu’était la ville d’Ha Long. La baie éponyme, jadis si splendide, avait été souillée par les viols répétés des entreprises du... [+]


Nouvelles

Au milieu des Géants

C’était comme une photographie en noir et blanc. Les couleurs avaient déserté, laissant la place aux ombres. Des nuages blancs. Des rochers gris. Des idées noires. J’étais en surimpression... [+]


Nouvelles

La nudité

La première fois que je l’ai vue nue, j’ai été déçu. Son corps, si élégant lorsqu’elle était habillée, se révélait enfin à mes yeux. Mais quelle difformité ! Ses jambes... [+]


Poèmes

Le professeur

Tout était si calme dans l’antre de la bête
Aucun son n’osait jouer les trouble-fêtes
Mais sonna le tocsin, angoissante... [+]


Très très courts

Le cobaye

Il était dans son laboratoire, penché sur son grimoire, mélangeant toutes sortes d’ingrédients aux noms exotiques. Ils les broyaient et en jetaient des pincées dans le récipient bouillonnant... [+]


Qualifié Livres en Tête 2014 - Les savants fous
Poèmes

A titre posthume

Y’a-t-il un paradis, pour les anges déchus
Qui, du jardin d’Eden, sont si vite descendus ?
La torture de l’Enfe... [+]


Très très courts

Mon premier amour

Nous avons commencé notre relation il y a bien longtemps. Elle s’appelait Calysta. Elle était belle. Trop belle pour moi certainement. J’avais du mal à réaliser la chance de l’avoir. Surtout... [+]