Les règles du haïku

les règles du haïku

Le haïku est un poème minimaliste de tradition japonaise qui révèle un mouvement intérieur, une sensation qui ne fait que passer. Sous son aspect léger et simple, le haïku est toutefois très exigeant et plusieurs règles précises doivent être respectées.

Règles générales

  • Un haïku est composé de trois vers.
  • La métrique doit respecter le rythme 5, 7, 5. A Short Edition nous aimons nous approprier les concepts classiques à notre manière, nous comptons donc en pied/syllabe et non en more/son.
  • Le haïku ne comporte aucune ponctuation si ce n'est une majuscule en début de poème.
  • Un haïku n'a pas de titre, il se suffit à lui-même ! Inutile donc de donner un titre à votre haïku. Le premier vers de celui-ci sera reporté en titre afin qu'ils puissent tous se différencier les uns des autres.

La règle démoniaque du « e caduc »

Cette règle du e caduc est la grande responsable de toutes les difficultés qu’on peut rencontrer quand on décide d’écrire un haïku (ou tout autre poème à forme fixe). Alors pour éviter l’hécatombe, soyez attentif… N’ayez pas peur, tout va bien se passer.

  • Le e final d'un mot est muet (ou s’élide) devant une voyelle.
  • Le e final d’un mot se prononce devant une consonne.
  • A l'intérieur d'un vers, le e final d’un mot, accompagné des marques du pluriel -s ou -nt, se prononce et donc compte toujours pour un pied, quoi qu'il précède.
  • Le "e" final d'un mot ne se prononce jamais lorsqu'il est placé en fin de vers et cela même s'il porte les marques du pluriel ou féminin.
raisins

Exemples

Toujours pas clair ? Pas de panique, on sort la calculatrice, le boulier ou simplement les doigts de la main… et c’est parti avec quelques exemples tirés des éditions précédentes du Prix Haïkus.

Sou/ve/nir/ d'en/fance : le e final de enfance ne se prononce pas car il est en fin de vers
à/ l'om/bre/ du/ noi/se/tier : le e final de ombre se prononce car il est suivi d’une consonne
grand/-pè/re as/sou/pi : le e final de père s’élide car il est suivi d’une voyelle

Flam/me/ blon/de et/ nue : le e final de blonde s’élide, puisqu’il est suivi d’une voyelle
souf/flée/ par/ la/ cru/au/té
d’hom/mes/ af/fa/més : le e final de hommes se prononce parce qu’il a la marque du pluriel s

Sur/ le/ lac/ ge/lé
le/ ciel/ a/pai/sé/ pa/tauds
des/ ca/nards/ pa/tinent : le e en fin de vers ne se prononce pas