3360 lectures

832 voix


15 mai 1992 : première entrée

Je ne pouvais plus garder tout ça pour moi. C'est le désastre, elle n'a que 13 ans. Quelqu'un se rend compte de l'âge que c'est, 13 ans ?

J'aurais pu aller voir un spécialiste, mais un spécialiste de quoi ?

C'est son anniversaire aujourd'hui, je l'avais laissé inviter des « copines de classe ». Je voulais lui montrer que j'étais encore là, encore un peu. Je n'en peux plus de gueuler.

Alors je voulais lui montrer qu'elle pouvait encore passer des bons moments avec moi dans le décor. Puis ça a gueulé, encore.

Fallait voir qui elle avait ramené. Leur tronche. Des camés. Des voisins ? Et alors ? On n'est pas obligé d'être copain avec les voisins... Ils sont partis vite et elle n'est toujours pas rentrée...

Je m'inquiète. Peut-être... Je sais même plus.

Sale gosse.

17 mai 1992

Les flics ont appelé, à deux heures du mat'. Pour une fois que je m'étais endormie... Ils ont passé deux nuits dans un squat pas trop loin d'ici, ils ont bu, trop bu... Les autres ont appelé les secours et ils se sont sauvés.

Elle a 13 ans.

15 mai 1993

On ne se parle quasiment plus. Elle repasse se nourrir de temps en temps, puis chercher un peu d'argent. Où est-ce qu'elle trouve le reste ? Elle ne maigrit pas...

J'ai croisé une de ses copines en bas, y a quelques semaines. Alors je lui ai demandé. Apparemment, elle passe toutes ses journées dans un sous-sol, à faire du rap, avec une autre... « Sweet'n'sour » que ça s'appelle, le groupe. Ça plaît, qu'elle me dit. Oui, mais ça plaît à qui ? Le papillon n'a pas encore d'ailes qu'il se les brûle déjà.

15 mai 1994

J'ai abandonné l'idée des anniversaires. Je suis juste contente quand elle végète autour du frigo sans hurler. Elle reprend des couleurs, j'ai l'impression qu'elle boit moins. Mon Dieu, quelqu'un sait ce que ça coûte à une mère d'écrire ça ? 15 ans...

Quinze toutes petites années de rien... Et qu'est-ce qu'on fait ?

Son copain a envoyé une démo à Universal. Ça plaît. Elle a rendez-vous. Il faut de l'argent pour aller jusque-là. Je ne crois plus à rien. Rien. Mais elle a souri.

15 mai 1995

Elle a largué le seul mec qui ait un peu pensé à elle, à sa vie... Elle fait de la musique, y a même eu un CD ; je le sais, je l'ai écouté. Elle est passée une fois à la télé, c'est là qu'on la voit le plus souvent depuis qu'elle a rencontré un type. Un taulard. Quelqu'un y croit ?

15 mai 1996

Quand on la croise, elle est couverte d'hématomes, par-dessus tous ses tatouages – elle est marquée comme un bovin. Je ne dors plus. Elle a des cicatrices sur les bras. J'attends. On fait quoi maintenant ?

Elle revient un temps, puis elle repart. Je ne sais pas d'où elle sort son argent, elle reste collée aux alentours du frigo des semaines entières, elle part le soir et revient quelques jours plus tard. Elle maigrit encore. Elle ouvre parfois le frigo. Elle boit.

15 mai 1997

On l'a emmenée de force dans un centre. Spécialisé, même. Elle est sortie trop tôt. Elle ne tient pas. Elle s'en fout. Elle veut voir l'autre, mais il est en taule, là. Alors, elle patiente comme elle peut. Elle ne fait même plus de musique.

15 mai 1998

Elle a sorti un album. Les gens aiment, elle chante un peu partout. C'est horrible. Avec son père, on a lancé un appel aux fans : s'ils achètent un CD, ils lui offrent une dose ! Ça me fout tellement en rogne, elle gaspille tout... Faudrait l'enfermer cette sauvage !

15 mai 1999

Ça y est, elle a franchi la dernière étape. C'était la photo centrale de tous ces ramasse-misère qui traînent chez le coiffeur. Elle ouvre à peine les yeux, ses jambes ont l'air de craquer sous le poids de ses cheveux, et puis elle a la robe qui lui arrive au nombril. Pn voit ses nouveaux seins, ces trucs immondes. Je me suis enfuie. Et j'ai pleuré. Et puis pleuré encore. Je me suis même fait mal en frappant le mur de cet immeuble de merde, dans ce quartier de merde.

15 mai 2000

J'essaie de l'écrire le plus calmement du monde. Je me suis levée et c'est écrit partout. Elle est hospitalisée pour une overdose d'ecstasy, d'héroïne, de cocaïne et d'alcool. Et on ouvre les guillemets pour la citer : « Je suis addict au sexe, à la drogue et à l'alcool. »

Mes jambes ne me portent plus. Mes doigts parviennent à peine à écrire. J'ai vomi aussi.

15 mai 2001

Elle a vendu tellement d'albums, elle a tellement d'argent... Mais elle se tuera à force de tout s'injecter, de tout ingurgiter. Les gens n'ont pas de compassion, ils ne comprennent pas qu'ils la tuent un peu plus à chaque nouveau CD qui sort du magasin...

15 mai 2002

Elle a été mise en examen, avec lourdes amendes. Elle s'en fout, elle paie.

15 mai 2003

J'ai profité d'un moment de lucidité pour lui dire que c'était la honte suprême de se vautrer en plein concert, de se faire huer par des gens qui ont payé pour la voir, de sniffer entre deux chansons. La colère débordait, elle a dit qu'elle savait, qu'elle n'y pouvait rien. Puis elle s'est retournée et elle est partie. Les médecins ont dit qu'elle aurait bientôt besoin d'un masque à oxygène si elle continuait à fumer du crack. De la drogue de pauvre en plus, avec tout ce qu'elle gagne... Cette fille, c'est la peste et le choléra !

16 mai 2003

Des trucs m'échappent parfois. Je n'y peux rien, je ne vis plus. Je ne dors plus. Tout est autour d'elle. Et elle ne s'en rend pas compte. Elle est dans son monde. Et je suis pas sûre que ce monde soit habité...

15 mai 2004

J'osais à peine le penser. J'ose à peine l'écrire. Mais pourquoi est-elle ici ? Y a-t-il quelque chose de bon en elle ?

15 mai 2005

J'ai honte, que Dieu me pardonne.

15 mai 2006 : dernière entrée

Elle a 27 ans. Pour toujours.

Je regrette ce que j'ai écrit ici. Je vais tout brûler.

Elle est la plus belle chose qui me soit arrivée. Elle est ma pépite.

Éternelle.

832 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Tania Markovic
Tania Markovic · il y a
J'ai moi aussi pensé à Amy Winehouse. En tout cas j'aime beaucoup!
·
John-Henry
John-Henry · il y a
Yam - Amy - May - Yma - Mya, tout était possible
·
Envoldemots
Envoldemots · il y a
Superbe... j'ai beaucoup aimé vous lire, me laisser emporter par ce journal qui laisse peu à peu appréhender la fin...
·
Mirgar
Mirgar · il y a
Un vote tardif mais je n'ai pas pu résister ...Une belle récompense méritée..
·
Le Goupil
Le Goupil · il y a
Amy W. ? On pense au début à une réponse de la mère de "Moi, Christiane F." ... Du dérapage et de l'impuissance, vous décrivez très bien cette lente descente aux enfers "sans coupable et sans victime".
Je viens d'arriver sur ShE donc mon vote n'a plus trop de poids, mais je vous le donne quand même ! Merci pour ce texte :) !
·
Chan Tal
Chan Tal · il y a
La vie n'est pas un jeu pour se foutre en l'air mais pour s'envoyer en l'air le plus longtemps possible. La première rencontre est primordiale dans cette histoire pour la suite.
Un texte fleuri à la rencontre de caractères.
·
Cajocle
Cajocle · il y a
J'ai pensé tout de suite à Amy Winehouse.
Trop tard pour le vote, mais il est encore temps d'aimer.
·
Tom Tixry
Tom Tixry · il y a
Émouvant et joliment orchestré !
·
Wictorien Allende
Wictorien Allende · il y a
fort bien balancé...
Bravo.
·
Enzo Bonnal
Enzo Bonnal · il y a
Très beau texte, félicitation !
·
Søkswen
Søkswen · il y a
Ah ! John-Henry, croisé hier matin à la Matinale, déjà parti à l'heure du champagne. Bravo pour votre succès d'hier, et pour celui-ci.
·
John-Henry
John-Henry · il y a
ah, c'était du champagne ? Corse ? éé
j'aurais bien aimé rester, j'avais beaucoup aimé la soirée l'an passé.
C'est toujours un plaisir de croiser des shorteurs orange !
·