1099 lectures

88 voix


Disponible en :

Quand je remonte les files de voitures, je me sens le roi du monde. Je me faufile dans le moindre espace et, aux heures de pointe, je suis plus rapide qu’une Porsche. Mais là, allongé sur le côté, dans ce parking inconnu, comme une pauvre carcasse écorchée, carénage compressé et l’une de mes roues totalement voilée, je ne suis plus grand-chose… Juste un petit scooter venu jouer parmi les grands, et qui a payé cher son incartade. Vous voyez la trace brune, là ? C’est un peu d’huile qui est restée à cet endroit, un peu de moi.
Celui qui m’a renversé s’est arrêté un instant, a regardé en arrière dans son rétroviseur et est parti tranquillement dans sa belle et sécurisante Mercedes. Pour l’assurance, je ne suis qu’une épave, de toute façon, et il n’y a pas mort d’homme.

Mano, mon propriétaire, devra repartir de chez sa conquête de la veille en transports en commun, il sera en retard pour la quatrième fois, ce mois-ci. Son chef le réprimandera encore et aura des propos si blessants que la seule réponse que Mano trouvera sera de lui asséner un coup de poing violent. Il n’y aura pas mort d’homme… juste le chômage, encore.
Dommage, car c’est à Courrier Express – qu’il quittera sur-le-champ – qu’il aurait dû rencontrer Joanne…

Joanne rêve de voyager, comme tout le monde, mais est personnel au sol à Roissy-Charles-de-Gaulle. Elle a passé sa matinée au téléphone avec un petit chef désagréable de la société Courrier Express. Elle devait recevoir par coursier les documents dont son client avait besoin pour voyager avec son chien guide d’aveugle. Un peu usante, cette matinée, mais… il n’y a pas mort d’homme. Ce moment passé avec son client marquera le début d’une relativement longue histoire d’amour sans heurts, mais qui lui laissera au soir de sa vie un petit goût de « Je n’ai pas vécu très intensément ».
Dommage.

Mano et Joanne se seraient aimés, passionnément, dès le premier regard. La première fois que leurs mains se seraient frôlées, ils auraient ressenti au même instant un petit frisson dans tout leur corps. Tout dans leur vie aurait eu le petit goût épicé du bonheur, celui qui nous fait traverser le temps et ses épreuves sans douter un seul instant d’être avec le bon compagnon de route. Il y aurait eu un enfant, puis un autre, puis un autre, deux maisons, une en région parisienne, l’autre sous le soleil du Portugal, un rhododendron rose lilas et une rivière au fond du jardin, des mois difficiles au moment du décès du père de Joanne, des mots et des gestes de tendresse, des tables pleines d’amis et de victuailles, des regards entendus, la maladie de la petite dernière dont on ne trouverait pas la cause pendant longtemps, la rencontre inespérée avec docteur Chance, quelques nuages, mais surtout, de vrais rayons de soleil…

Mano et Joanne. Joanne et Mano. Leur couple aurait été une évidence.
Mais ils n’ont pas pu se rencontrer, car moi, j’ai rencontré une Mercedes.

Vous saviez qu’il m’avait donné un nom ? Cheval de trot, que je m’appelle. J’aurais bien aimé connaître Joanne. Ensemble, ils m’auraient bichonné parce que j’aurais été témoin de toutes leurs premières fois : premier baiser volé, premier voyage serrés l’un contre l’autre, premier cinéma en plein air… Même leur fils aîné aurait pris soin de moi, amoureux comme il l’aurait été de vieux scooters. J’aurais été remisé dans le local du fond du jardin avec deux autres copains et, de temps en temps, nous serions partis en voyage avec d’autres passionnés de Vespa.
Cette vie-là m’aurait bien plu, mais je ne l’ai pas connue. Oh, il n’y a pas mort d’homme, pas même de scooter puisque j’attaque ma seconde vie : je suis une compression hommage à César dans la salle d’exposition dont Mano est l’artiste principal. Je suis sa pièce maîtresse et je ne suis pas à vendre. Posé tout près de l’entrée de la galerie, c’est moi qui accueille chaque client potentiel ou le simple passant venu s’abriter de la pluie…

C’est fou ce qu’elle sent bon, cette femme qui effleure mes creux et mes bosses du bout des doigts ; sa main est chaude et légère, et un frisson me parcourt toute la carcasse. Nous nous connaissons bien, je crois. Ne la rate pas cette fois-ci, Mano : c’est Joanne.

88 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Arlo
Arlo · il y a
J'étais passé à coté de votre excellent TTC et je vote avec un peu de retard. A L'AIR DU TEMPS d'Arlo est en finale du grand prix été poésie 2017. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bonne soirée. Cordialement, Arlo
·
Image de Renise Charles
Renise Charles · il y a
Joli copier/coller. J'apprécie. :)
·
Image de Patrick Barbier
Patrick Barbier · il y a
J'ai adoré l'ambiance douce amère des amours perdues avant même d'avoir commencé. Bravo Renise...
·
Image de Renise Charles
Renise Charles · il y a
Oh ! merci Patrick, c'est sympa d'être passé. Au plaisir de te lire... souvent. ;)
·
Image de Zaza des montagnes
Zaza des montagnes · il y a
Le hasard de la vie fait bien les choses, la preuve je suis tombée sur votre nouvelle !
·
Image de Renise Charles
Renise Charles · il y a
Oui, il faut y croire. Merci à vous Zaza. :)
·
Image de Julie GDRL
Julie GDRL · il y a
Oh ! Tout en sensibilité !
·
Image de Renise Charles
Renise Charles · il y a
Merci Julie. À bientôt.
·
Image de Eric Chomienne
Eric Chomienne · il y a
Votre visite a excité ma curiosité. Après la lecture de votre haiku sur le thème du blizzard, j'ai découvert ce joli et intéressant texte, d'ailleurs récompensé. Cela ferait un excellent scénario pour un court métrage. Je vous félicite donc tardivement mais chaleureusement. Ra...vi(e)+1
·
Image de Renise Charles
Renise Charles · il y a
Oh c'est vraiment gentil d'être passé. Non non non, il n'est jamais trop tard pour déposer un commentaire si sympathique. Merci à vous. Au plaisir de vous lire Éric.
·
Image de Emma
Emma · il y a
On peut jouer avec la chance, le destin et les mots... vous le faites ici avec brio. Short propose des lectures recommandées.. c'est ainsi que j'ai pu avoir le plaisir de découvrir votre joli texte.
·
Image de Renise Charles
Renise Charles · il y a
Merci à vous d'avoir suivi la suggestion de Short alors. Et merci pour votre message. Au plaisir de vous lire à nouveau (votre photo me dit quelque chose, je suis déjà sûrement passée).
·
Image de Faylila
Faylila · il y a
Un texte très original ! La chute est plaisante, on est rassuré que leurs chemins puissent se croiser à nouveau. C'est quand même dingue toutes les opportunités qui peuvent nous passer nous le nez sans qu'il y ait mort d'homme. Bravo pour votre travail, +1 !
·
Image de Renise Charles
Renise Charles · il y a
Merci pour ce commentaire qui arrive après tant de temps écoulé. C'est dingue oui, tous ces destins parallèles qui auraient pu exister si jamais on avait été au bon moment au bon endroit ou si on avait ouvert les yeux. Heureusement, la vie nous donne parfois d'autres chances. Enfin, c'est ce en quoi je crois.
Je signale à ceux qui passeraient par ici que vous-même avez évoqué d'autres destins plus tristes dans un très joli texte intitulé "Des briques rouges". http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/des-briques-rouges
Au plaisir de vous suivre Faylila.

·
Image de Faylila
Faylila · il y a
Du temps écoulé peut-être, mais le texte n'en a pas pour autant perdu en valeur !
C'est très gentil à vous de partager mon texte, je vous remercie chaleureusement.

·
Image de Prijgany
Prijgany · il y a
+1 pour cet humour totalement décalé ; j'aime bien sûr étant un peu, beaucoup, dans le même trip... Ca me fait penser qu'il serait grand temps que je change ma "bagnole"... à + et merci (je crois que j'ai été moi aussi voiture, dans une autre vie)...
·
Image de Nabelle
Nabelle · il y a
plutôt pas mal ! j'aime bien.
si le coeur vous en dit, faite un mini tour au pied de mon arbre : http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/au-pied-de-l-arbre-1?all-comments=true#js-

·
Image de Renise Charles
Renise Charles · il y a
Avec plaisir Nabelle.
·
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Je découvre avec bonheur dans Short n° 13 cette nouvelle fascinante qui me rappelle Paul Guimard, et ses vies qui auraient pu être mais qui ne seront pas ou seront tout autres par un caprice du destin. J'ai moi-même écrit sur ce que les choses d'une vie sont, pourraient ou auraient pu être dans « Querelle d'amoureux » et que je soumets à votre aimable lecture (http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/querelle-d-amoureux).
·
Image de Renise Charles
Renise Charles · il y a
Un grand merci à vous Guy pour votre commentaire, votre soutien et pour la découverte d'un auteur que je ne connaissais pas. J'avais adoré le film Les choses de la vie quand je l'ai vu adolescente et je ne m'étais jamais penchée sur la question d'en savoir davantage... Bref. Merci.
Je viens vous lire au plus vite. À très bientôt.

·