1
min
Sylvie Loy

Sylvie Loy

474 lectures

454 voix

Quelquefois, je soulevais le rideau de la petite fenêtre de ma cuisine pour les regarder. Leur baie vitrée me faisait face.
C'était un spectacle qui m'hypnotisait. J'étais fascinée par ce théâtre d'ombres. La mise en scène de ce couple ressemblait à une danse parfaitement chorégraphiée. Sans faux pas. Millimétrée.
Or, devant mes yeux, se jouait une tragédie funeste.
Car les ombres sont libres d'interprétation. Derrière un voilage, la folie n'est pas détectable. Ni les intentions des mains des hommes : elles caressent la peau des femmes autant qu'elles peuvent la meurtrir.
Car les ombres n'ont pas de voix derrière une vitre. Je sus plus tard qu'il criait beaucoup sur sa femme. Il aboyait, gueulait, vidait une rage infinie dans laquelle sa folie se mêlait à un chagrin sans fond.
Puis, il la menaçait : il levait sa main large et dure.
On m'a rapporté que malgré sa propre détresse, elle rendait les insultes. Même quand il l'attrapait par les cheveux pour la soumettre.
C'est seulement lorsque ses hurlements devenaient trop aigus qu'il commençait à la frapper. De toutes ses forces d'homme dominé par ses démons.
Comment aurais-je pu penser qu'il battait sa femme ?
Car inlassablement, ils répétaient le même scénario d'un jeu d'ombres que je pensais romantique. Enchanteur...
Un jour, l'ombre de la femme s'est brisée. Devant son absence de résistance, et parce qu'il était épuisé de lever la main, il l'a portée à bout de bras pour mieux la jeter au sol.
C'est à ce moment-là que je réalisai que depuis tout ce temps, j'assistais à une lente mise à mort.

en compét' !

454 VOIX


CLASSEMENT Très très courts

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Lain
Lain · il y a
J'y vois une interprétation caché : l'impuissance du spectateur qui se voile la face, qui préfère n'y voir que des ombres. Bon après c'est peut être que moi. En tout cas bravo pour ce triste récit
·
Ciccone Laurent
Ciccone Laurent · il y a
Une approche originale de la tragédie ordinaire...c'est très bien maitrisé. Bravo ! +5
·
Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci bien Ciccone !
·
Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Les apparences sont parfois trompeuses et l'interprétation trompée. Que se serait-il passé si la narratrice avait compris dès le début ?... . voté.
·
Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Je crois que je voulais, par ce récit, laisser un note de soupçon mais de manière inconsciente chez la narratrice...
Les apparences sont parfois travesties par nos inconscients...je pense.
Merci Lange !
·
Lustucru
Lustucru · il y a
Porter ombrage peut aller loin, très loin. Bravo
·
Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci Lustucru pour ce commentaire qui dit beaucoup. A bientôt !
·
Hamza DIB
Hamza DIB · il y a
Texte décrit de façon remarquable. J'ai apprécié et j'ai voté
·
Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci bien Hamza !
·
Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
A glacer le sang. Bravo, Sylvie, reine du très court, pour ce théâtre d'ombres entretenant l'ambiguïté ! +5
·
Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
"reine du très court" ! Jean, vous me gâtez ! (merci)
Merci pour votre lecture !
·
Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
C'est sincère, chère Sylvie !
·
Sam
Sam · il y a
J'ai aimé la montée du drame. J'ai voté.
·
Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Merci bien Sam !
·
Jocelyn
Jocelyn · il y a
Terrible théâtre d'ombre auquel vous nous demandez d'assister, impuissants. Le style est simple, l'expression limpide, l'effroi palpable à chaque mot. Vous décrivez l'insoutenable avec la maestria du Philippe Djian de "Bleu comme l'enfer" . Bravo, mes votes...
·
Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Que c'est flatteur comme référence ! D'autant plus que j'aime Djian mais n'ai pas lu Bleu comme l'enfer que je vais m'empresser de lire donc !
Merci Jocelyn !
·
Violette
Violette · il y a
Les mêmes gestes, vus de loin, peuvent avoir différents buts et là c'était le pire !
·
Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
C'est l'interprétation qui se fausse selon le contexte en effet. Merci Violette !
·
Prijgany
Prijgany · il y a
J'entends encore les gémissements des lattes du parquet. A Bricomarché on en trouve à 7.50 € le mètre. Excuse-moi pour l'humour très noir, Sylvie. Le pire, si elle parvient à porter plainte, cette femme, elle devra faire appel à un avocat au parquet. Bravo une fois encore, Sylvie.
·
Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Hey Mon Yves préféré !
L'humour permet de mettre à distance l'horreur. Ne t'en prive pas.
Et tu es si juste dans tes commentaires sous couvert d'humour que ce serait dommage de s'en priver.
Merci d'être passé !
·