111 lectures

7 voix

J’ai plongé.
Silence.
D’abord, rouvrir les yeux.
Voilà.
Le turquoise m’envahit et son épaisseur cloue mes bras, mes jambes, mes mains, mes doigts. Je suis entrée dans le vide et la plénitude réunis.
Où regarder puisque tout est à voir ?
Pourtant, rien, pas un poisson, pas une algue, pas même un courant.

Mon corps se meut lentement, hésitant, coupable presque de déranger le ventre bleu de la mer. Difficile de lutter pour rester ici.
Tenir encore.
Mes poumons comptent le temps malgré mon corps et mes yeux. L’eau m’entoure, m’allège, me porte et c’est elle, finalement, qui me ramène là - haut.
La lumière s’éclaircit, le turquoise meurt...

Ma bouche s’ouvre de nouveau sur l’air.
J’attendrai encore avant de remonter sur le bateau.

Rien n’est grave puisque demain, je replongerai.

7 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Grenelle
Grenelle · il y a
J'ai le souffle coupé, un goût de sel dans la bouche et je me laisse emporter par la vague que tu as soulevé.
Merci Sirène
·
Yves Gheysen · il y a
J'aime cette sensation de plénitude et d'espace coloré. Bravo pour les images en phrases courtes mais tout juste 'au coeur' de l'émotion.
·
Claude Vallet · il y a
De belles sensations pour une courte mais bonne plongée dans le grand turquoise...
·