1586 lectures

182 voix


De toute façon, ce matin je ne suis pas partie d’un bon pied. Je veux dire, aujourd’hui particulièrement, ça ne devait pas être un bon jour.

Pour commencer, le blondinet rencontré la veille avait, au petit-déjeuner, l’allure d’un arapède, ce mollusque inutile qui colle au rocher. Pourtant j’avais été claire dans cette boîte de nuit. Pas de relation de longue durée. Du « one shot ». Un point c’est tout. À prendre ou à laisser. Il prit la nuit. Mais à la lumière du jour, il ne voulut plus laisser. Enfin, à neuf heures, en promettant un contact que je ne donnerai jamais, je réussis à le faire déguerpir. Ouf ! Bon débarras, exultai-je quand le téléphone vibra. Sur le coup, je me suis dit : non, Miléna, ne réponds pas, va te remettre au lit. C’est une galère en perspective. Malheureusement, l’intuition n’a pas dû être assez forte, j’ai décroché.

Bingo ! Le boulot. Fallait que je vienne en urgence. Un jour de congés ? Oui, les serveurs avaient planté, le téléphone explosait. Voilà ce que Jean-Paul, le secrétaire, réceptionniste, homme à tout faire, me grasseya de sa voix nasillarde avant de préciser que le chef m’avait demandée en personne. À la lumière de cette information, je courus sous la douche, puis enfilai jean et tee-shirt avant de prendre mon sac. Sauf que mon magnifique Grandpré dernier cri n’était pas à sa place habituelle. Évidemment, mes clefs de voiture étaient rangées à l’intérieur avec mes papiers, mes cartes bancaires, mon maquillage, les photos en compagnie de Justin, mon ex, celles de ma mère du temps où elle avait du temps, mon couteau à cran d’arrêt, enfin, toute ma vie ! Et là, en cet instant précis où je jouais peut-être ma carrière – le patron, par l’intermédiaire de Jean-Paul, m’avait appelée à la rescousse alors que je n’étais que le numéro 40 de la boîte ! – plus de sac, plus de clefs, plus rien !

Heureusement, en rentrant hier soir avec le bellâtre, j’avais extrait mon e-pomme du fourre-tout luxueux qui contient toute ma vie. En effleurant les touches pour appeler le boulot afin d’annoncer mon retard, je tombai sur les dix textos que le blondinet de la veille m’avait envoyés depuis son départ, une heure plus tôt. Encore un qui ne comprenait pas le français. Pourtant « one shot » c’est clair, non ?

Dans l’urgence de la situation, je ne pris pas le temps de les effacer et encore moins d’y répondre. Je devais contacter mon patron pour lui prouver mon incompétence. J’allais en prendre plein mon grade et bien plus que cela vu les échelons atteints en dix ans chez Backbock. Mon cœur battait la chamade quand, au lieu d’entendre sa voix rauque et nerveuse, j’atterris sur son répondeur. L’annonce n’était même pas personnalisée. Incroyable ! Le directeur commercial n’accueille pas ses clients ! Malgré mon étonnement, je laissai un message bredouillant ma mésaventure et mon arrivée différée mais imminente avant de sortir à la recherche d’un taxi.

Je passai à côté de mon véhicule lorsque je vis, derrière la vitre, ma besace de luxe sagement posée sur le siège passager. C’était trop bête ! À croire que l’autre hurluberlu m’avait fait perdre la tête hier soir au point d’oublier l’objet qui m’est le plus cher, le plus indispensable ! Je songeai à arrêter les fêtes. Puis je décidai de casser la vitre. Je n’allais quand même pas payer un taxi alors que mes clefs se trouvaient, certes derrière cette vitre, mais surtout sous mes yeux !

Forcément, la sirène tonitruante du système antivol se mit à résonner dans tout le quartier sans que je puisse fracasser le verre, introduire ma main, récupérer mon sac et les clefs de ce maudit véhicule hermétique à mes coups. Les voisins, alertés par les décibels aigus et lancinants, sortirent les uns derrière les autres dans ce coin résidentiel où la moyenne d’âge dépasse largement soixante-cinq ans. Souvent absente, je ne les avais jamais rencontrés jusqu’à ce jour. Peut-être est-ce pour cela qu’ils m’invectivèrent, me demandant de lâcher cette voiture, voleuse que j’étais. L’un deux, le plus costaud, s’approcha même à deux ou trois centimètres de moi, menaçant, un bâton à la main. Pour éviter le pire, je lui hurlai que c’était ma voiture et que j’en faisais ce que je voulais. Je devais être très rouge, très déterminée, très explicite car le vieux recula, m’invita à me pousser puis avec son bâton, donna un puissant coup dans la vitre qui éclata enfin en morceaux. Ma main s’introduisit prestement dans l’habitacle afin de prouver à tous ces charmants petits vieux que j’étais bien la propriétaire de cette Citroën. Désolés en même temps que ravis de faire ma connaissance, ils me laissèrent partir, tout sourire, promettant de m’inviter très prochainement à leur petite fête annuelle. J’avais bien fait d’oublier mon sac sur le siège passager. Mon avenir se traçait dorénavant en soirées gériatriques que je devrais poliment refuser.

Pied au plancher, je rejoignis l’artère qui me menait chaque matin depuis une décennie chez Backbock. Une demi-heure plus tard, je franchis les hautes portes vitrées de l’immeuble. Jean-Paul m’accueillit avec un grand sourire. Un peu stressée, je lui demandai où je devais retrouver le boss pour l’urgence serveurs. C’est alors qu’il me tendit un énorme bouquet de roses rouges tout en ajoutant, ravi :
— Poisson d’avril, Miléna ! L’urgence, c’est moi !
Je ne répondis pas.

Depuis, je roule vers le Sud, mon sac planqué sous le siège passager. Heureusement, il n’a aucune éraflure. Il faudra que je songe à m’arrêter sur une aire d’autoroute. Histoire de nettoyer ces vilaines taches de sang. C’est fou comme les hommes peu séduisants peuvent s’épancher... sous les coups d’une saccagne dont le cran d’arrêt s’est malencontreusement déclenché.

182 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Alouette
Alouette · il y a
En voilà une qui sait ce qu'elle veut et surtout ce qu'elle ne veut pas ! Bravo pour cette histoire haletante ! Et merci pour être lecture !
·
Merlin28
Merlin28 · il y a
Bon j'avoue, il l'a bien mérité....
Je vous invite à lire, voter et commenter "flegme grand ducal" et mes autres histoires si le coeur vous en dit.
·
Maryse
Maryse · il y a
Hou la la ! ... ça ne rigole pas ! ... (Enfin si ; en fait ... )
·
JPB
JPB · il y a
Vaut mieux pas l'embêter cette nana là... Je vous invite à me lire si vous le souhaitez, vos remarques seront les bien venues. A bientôt. Je vous promets je ne m'accrocherai pas...
·
Elodie Torrente
Elodie Torrente · il y a
Il faut se méfier des apparences... :) Je viendrai vous lire. Quant à vous accrocher, je ne suis pas inquiète ;-)
·
Lammari Hafida
Lammari Hafida · il y a
J'aime , je vote !
·
Ancre
Ancre · il y a
Saccagne, ça castagne...
·
Décar
Décar · il y a
faut que ça saigne!
·
Arlo
Arlo · il y a
J'avais déjà aimé et voter. Arlo vous invite à soutenir son poème Découverte de l'immensité dans la finale de la matinale en cavale. Bonne chance
·
Villefranche
Villefranche · il y a
faut il vraiment être aussi dure avec un homme amoureux?
N'étant pas naturellement séduisant, j'ai peur des saccagnes. J'aurais aimé un peu d'indulgence...
Mais je me suis régalé à la lecture.
J'ai publié ma toute première nouvelle très courte hier. Merci de me donner votre avis.
http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/samarcande-deux-mille-et-une-nuits
·
Elodie Torrente
Elodie Torrente · il y a
Bien sûr qu'il faut être indulgent avec une personne amoureuse, quel que soit son sexe d'ailleurs. Mais le ton de cette micro nouvelle ne s'y prêtait pas. Ce qui n'est pas le cas de deux autres nouvelles nouvellement sorties ici pour short aux accents doux de l'amour telles que Le cahier à spirales et Sur la ligne 135. Enfin il y a aussi et encore de quoi rire avec Ecploration dernier cri rédigé pour la Matinale en cavale et élu finaliste depuis hier. J'irai bien évidemment lire votre premier texte avec plaisir ce week-end. Merci pour votre passage, votre lecture et votre appréciation de cette sacrée Saccagne !
·