1
min

 Instant de vie

L'odeur de l'ail sur ses mains

Qualsevol Nit

Qualsevol Nit

992 lectures

77 voix


Disponible en :

Elle attrape une tête d'ail dont elle détache, d'un geste sec et précis, une gousse. Un froissement de soie cassante entre les doigts, un couteau qui surgit et incise la gousse dénudée : l'odeur jaillit, puissante, envahissante. Le couteau s'active, clac clac clac, l'ail est divisé en cubes minuscules, tout s'imprègne de ce parfum fort, épicé, invasif : la planche de bois, le torchon, et surtout ses mains.

Plus tard, alors que l'ail saute dans une huile brûlante et diffuse une chaude et appétissante odeur qui se mêle à celle du plat, elle continue à porter machinalement ses mains devant son nez, appréciant la fragrance, agressive puis plus discrète, qui imprègne sa peau. L'odeur perd peu à peu en puissance ce qu'elle gagne en subtilité. Il exprime le côté cru du petit bulbe, sa fraîcheur, sa franchise surgie de presque rien. Sa ténacité n'est pourtant pas appréciée à l'unanimité.

C'est donc avec un peu de regret qu'elle inspire une dernière fois la senteur familière et rassurante, avant de s'emparer du savon d'acier, dont l'odeur tranchante et inexistante à la fois mettra un terme brutal et définitif à la brève floraison.

Demain, elle fera frire des oignons.

77 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Ibon
Ibon · il y a
J'ai obtenu cette oeuvre à une borne ShortEd. dans une gare SNCF! Mon vote tardif.
·
Qualsevol Nit
Qualsevol Nit · il y a
Qui aurait cru qu'un jour je ferais de la littérature de gare! Haha. Non, je plaisante, ça me fait très plaisir de savoir que ce petit texte est sorti sous forme de papyrus et a été apprécié. Merci.
·
Euriel
Euriel · il y a
Bravo, mon vote. Je suis en finale de la matinale des lycéens avec Les mots ravageurs, si vous en avez envie, passez voir cette oeuvre : http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/les-mots-ravageurs
·
Barbara V.
Barbara V. · il y a
L'odorat est un des sens les plus négligés dans la littérature (à ma connaissance. Évidemment "Le Parfum" réduit à néant cette observation, mais quand même, je trouve qu'il est souvent absent des descriptions). C'est certainement parce qu'il est difficile d'écrire à son sujet. Pour ma part en tout cas. Alors chapeau bas pour ce TTC tout en effluves, sur l'ail en plus, et qui a largement mérité son prix ! ;)
·
Qualsevol Nit
Qualsevol Nit · il y a
Merci! Je rougis, ail ail ail...
·
Mapie
Mapie · il y a
J'ai été élevée au biberon à l'air et oignons fris dans l'huile d'olive!!! Oui oui je vais continuer à te lire!
·
Qualsevol Nit
Qualsevol Nit · il y a
Là je suis en train de faire de la compote de pommes ( du jardin ) au miel ( de nos ruches ) et au gingembre ( du magasin)... Je t'en garde un peu? ;-)
·
Mirgar
Mirgar · il y a
J'avais manqué le texte qui a déjà un an mais je n'étais pas sur le site alors...Je suis contente de voir que les lecteurs ont élu un hymne à une sensualité olfactive qui parle à tous et toutes et qui nous rappelle que les plaisirs ainsi magnifiés sont simplement à portée de nous...
·
Qualsevol Nit
Qualsevol Nit · il y a
Et moi j'avais manqué ce commentaire, alors, avec un peu de retard, merci.
·
Jacky
Jacky · il y a
Joli texte. En le lisant, je sentais l'ail.Il n'y a que les vampires qui repousseront ce texte.
·
Qualsevol Nit
Qualsevol Nit · il y a
:-) merci, Jacky!
·
Mireille Renaud-Garnier
Mireille Renaud-Garnier · il y a
...beaucoup de plaisir avec si peu de mots : merci.
·
Qualsevol Nit
Qualsevol Nit · il y a
Je découvre tardivement ce commentaire, certainement paru pendant la période "sans notification"...
merci de votre passage et de cette belle appréciation.
·
Zabelou
Zabelou · il y a
Toujours aussi gourmand et sensitif... Merci à la front page de Short de nous faire redécouvrir de telles pépites.
Mais bon, pour mes chocolats, je les préfère sans ail si ça ne t'ennuie pas ! ;-)
·