1
min

 Instant de vie  Société

Impact du dégoût sur l’amoral

Th. de Saint-Val

Th. de Saint-Val

293 lectures

313 voix


L’impact des gouttes sur le métal... En fusion, l’acier rend un bruit mat. Combinaison aluminisée, casque-cagoule doublé de coton Proban, visière en polycarbonate, l’épais harnachement protège Clément de la chaleur hurlante du métal. Le haut-fourneau crache son atmosphère de création du monde.

Chabert, le contremaître, avait prévenu. Pas de tracts. Il ne faisait que relayer les ordres de la direction. Pas de tracts dans l’enceinte du haut-fourneau. Ça suffisait de dénigrer les actionnaires. Le repreneur, un Indien, avait sauvé la boîte. On produisait désormais le meilleur acier européen. Il fallait comprendre : le coût du travail... Les gars disaient, c’est pas un coût, le travail. La richesse, c’est eux qui la produisaient. À trois, bravant l’interdit, ils avaient distribué. Question de sécurité. Question de dignité.

Intérieur nuit. Jaillissements d’étincelles. Impact des gouttes sur le tablier. À la prise du poste, Clément avait croisé le regard du contremaître. Un mouchard avait dû parler. À l’heure de la coulée, le voilà qui se pointe. Clément crie en direction du pont : affale ! Le pontonnier soulève l’énorme cuve. La gueule rouge laisse échapper le métal dans la rigole. Ça gicle. Bruit mat des gouttes sur les parois de la lingotière. Et Clément qui tisonne pour faciliter l’écoulement. Putain, Chabert, qu’est-ce que tu fous ! Le contremaître s’était avancé, sous prétexte de contrôler la qualité. Trop près ! Trop près, Chabert ! Une saillie de gouttes. Chabert avait fait un écart. Merde, Chabert ! Clément s’était élancé pour le retenir. Est-ce qu’il avait buté ? Glissé ? Ça a été comme un cri de bête. Puis plus rien.

Extérieur jour. Noir de monde. Les camarades sont là, poings serrés. Le drapeau du syndicat devant la gueule noire du caveau de famille. L’épouse. Les enfants. Un représentant de l’usine pour la gerbe.

Intérieur jour. Il était adroit de ses mains, ce Chabert. C’est lui qui avait posé la belle poutre du salon, le plafond à la française. Lui aussi, le tabouret en bois sculpté. Il avait commencé comme fondeur. Son père lui avait dit : si tu veux monter, pas de syndicat ! Il s’était retrouvé seul soudain, sans les copains. Il lui avait fallu en avaler, des couleuvres. Et là, la couleuvre... Il s’était mis le corps un peu en porte-à-faux. Et hop, le tabouret ! Il avait un peu gigoté. Et puis plus rien. Que le cri de bête de Mme Chabert, à son retour des obsèques de Clément.

313 VOIX


Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Storia
Storia · il y a
Je cherchais quelque chose à lire, et je suis tombée sur votre TTC recommandé par Short Édition. Et vraiment, je n'en suis pas déçue! C'est vraiment bien, alors je vote, même si c'est un peu tard...
·
Th. de Saint-Val
Th. de Saint-Val · il y a
Merci. Il n'est jamais trop tard pour aller lire. Les votes sont accessoires.
·
Arlo
Arlo · il y a
A L'AIR DU TEMPS d' Arlo est en finale du grand prix été poésie. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bon après-midi.
·
Th. de Saint-Val
Th. de Saint-Val · il y a
Étonnant commentaire !
·
Mome
Mome · il y a
Saisissant... puissant... poignant
En murmure de fond, j'entendais la chanson de Bernard Lavilliers " '.. Travailler encore, forger l'acier rouge avec mes mains d'or"
Votre passage par chez moi, m'a donné envie de passer par chez vous.
Je ne le regrette pas. C'est magnifique !
Je vais imprimer ce texte.
Je goûte mieux sur papier...
·
Th. de Saint-Val
Th. de Saint-Val · il y a
Je ne vous avais pas répondu. Il n'est jamais trop tard. Que deviendront-ils s'ils n'ont même plus la protection du Code du travail ?
·
Marie Hélène Peneau
Marie Hélène Peneau · il y a
Un petit coup de pouce pour la dernière ligne droite, entre concurrents...
·
Laurette
Laurette · il y a
j'aime la couleur de ce texte à une journée des élections ;-) un univers de métal pour montrer ceux qui travaillent et qui payent chair ... mes 5 votes pour vous
·
Th. de Saint-Val
Th. de Saint-Val · il y a
Chair. Beau jeu de sens. Merci.
·
Lel03
Lel03 · il y a
2 votes pour ce style haché que j'aime beaucoup et qui sied parfaitement au récit, glacial. Bravo !

Si le cœur vous en dit, n'hésitez pas à jeter un coup d'œil à ma nouvelle participant au Grand Prix, Comptine. Peut-être vous plaira-t-elle...?
·
Juju
Juju · il y a
une écriture à la hache, pour un résultat brut.
·
Th. de Saint-Val
Th. de Saint-Val · il y a
On a parlé très différemment de ce texte : nouveau point de vue que celui du bûcheron qui traduit la grande diversité des lectures. Merci.
·
Camille G
Camille G · il y a
subtile analyse du ressenti des ouvriers de la métallurgie + ambiance syndicale + très jolie plume = un texte très attachant et original dont j 'ai aimé le contexte et l'écriture. tous mes votes " 3 seulement car je suis "bleu" sur short E
·
Bandit
Bandit · il y a
Court et noir, les Rougon Macquart ne sont pas loin...original et efficace.
·
Patricia BD
Patricia BD · il y a
Votes confirmés. Bonne chance.
·