2
min

À cause d'un cheveu sur la langue

Léa Gerst

Léa Gerst

292 lectures

225 voix

Il avait toujours apprécié le reflet que lui renvoyait le miroir de sa minuscule salle de bain ; il se trouvait même de fière allure quand il prenait la pose, muscles bandés sous son marcel et longues mèches gominées rabattues contre son crâne avec le plus grand soin. D’un autre côté, il la trouvait vraiment trop petite, sa salle de bain ; son appartement entier, d’ailleurs. Assez grand pour un, bien sûr, mais pour deux... Et il avait vraiment envie de vivre un jour avec la femme de sa vie.

Quand il la croisait dans les rayons de la supérette de quartier pendant ses jours de congé, il lui trouvait l’air sympathique, l’œil vif et les mains habiles, toujours bien apprêtée. D’un autre côté, il se disait que l’habit ne faisait pas le moine et qu’elle n’était peut-être pas aussi digne de confiance qu’elle pouvait le faire penser au premier abord...

« Tu finiras ta vie tout seul si tu ne prends pas ton courage à deux mains pour aller la voir », lui avait un jour dit d’un ton mortellement sérieux son pote Raymond. Il avait bafouillé une réponse à base de prétexte et de son soi-disant cheveu sur la langue bien trop handicapant, avant de passer à autre chose.

Lorsqu’ils s’attablaient à leur table habituelle du PMU, ils avaient une vue imprenable sur son salon. Et à chaque fois que Francis jetait un œil songeur chez elle, de l’autre côté de la rue, Raymond en profitait pour rajouter une couche : « Tu sais bien que tu ne pourras pas y couper, Francis ! »

Francis avait beau vivre dans le quartier depuis toujours, il n’avait jamais osé ne serait-ce que s’approcher de sa porte. C’était dur pour lui, si dur qu’il aurait pu s’en arracher les cheveux. Un comble pour lui qui les aimait tant !

« Lance-toi, Francis, sinon c’est moi qui l’appelle pour organiser un rendez-vous ! grogna cette fois Raymond en captant son regard, exaspéré par le comportement de son compère.
— Sûrement pas ! » répondit-il, horrifié.

Mais il ne bougea pas d’un poil, figé sur sa chaise de bar à l’idée d’avoir à lui adresser la parole.

Excédé, Raymond sorti son portable de sa poche et chercha le numéro dans son répertoire. Francis, qui croyait à du bluff, entendit soudain la sonnerie sourde du téléphone et la vit s’agiter chez elle, à travers la fenêtre. Les mains occupées, il crut un instant avec espoir qu'elle ne décrocherait pas. Hélas ! il la vit soulever le combiné vers son oreille pour répondre, mais ne lui laissa pas le temps de parler : il arracha le portable des doigts de Raymond et raccrocha aussi sec.

« Tu as gagné, j’y vais ! fit-il d’un ton décidé.
— Enfin ! Je lui souhaite bonne chance, elle va avoir du boulot avec toi... » grommela Raymond.

Passer de l’autre côté de la rue... Il ne l’avait jamais fait. Oserait-il franchir le ruban d’asphalte ? Comme s’il s’agissait de se lancer dans le vide, il courut d’un air résolu jusqu’au trottoir d’en face avant de changer d’avis.

Un carillon tintinnabula lorsqu’il poussa la porte vitrée.

— Bonjour ! lui dit-elle en souriant. C’est pour une coupe ? Vous aviez rendez-vous ?

En compét

225 VOIX

CLASSEMENT Très très courts

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
J'ai adoré, jusqu'à la chute. Mes voix. Aimerez vous "l'invitation" et "reflets" ? Ou Tropique dans un tout autre genre.
·
Nualmel
Nualmel · il y a
Z'ai trouvé le texte et la chute amuzants...
·
Martin
Martin · il y a
Un peu "capillotracté" (comme disent nos amis Québécois) à la première lecture.
Un second passage permet d'effacer ce côté échevelé.

·
Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Excellent ! Pas de pub pour moi... je suis contre. Mon vote
·
Agnès Garf
Agnès Garf · il y a
On se croit aux côtés de Raymond ! Je suis intriguée par vos études en "métiers du livre" : future relieur, libraire, bibliothécaire ? Ne perdez pas votre style spontané. N'hésitez pas à venir faire un tour dans ma galerie de "très très courts", je vous y accueillerai avec plaisir.
·
Jfjs
Jfjs · il y a
Très sympa !
·
Marie
Marie · il y a
Coucou Léa ! Récit bien mené !
·
Virgo34
Virgo34 · il y a
C'est le premier pas qui coûte....
Comme Keith, je fais ma pub pour mon pantoum que je vous invite à découvrir :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/reve-dailleurs-pantoum

·
Hélènedeguidel
Hélènedeguidel · il y a
Ne coupons pas les cheveux en quatre : j'aime beaucoup ta nouvelle. Espérons qu'il y aura bientôt un "mari de la coiffeuse ". Bravo Léa, continue de nous faire plaisir
·
Mytikas
Mytikas · il y a
Bravo Léa!
J’adore ton style.
C.Huet

·
Léa Gerst
Léa Gerst · il y a
Merci d'être passée lire Cathy, ravie que ça te plaise ! A très bientôt !
·