5
min

Pourrait-on changer de tête sans sortir de chez soi

Elena Hristova

Elena Hristova

89 lectures

31 voix

Au moment même où je rédige cette histoire tous les rapports avec ma tête sont définitivement coupés. Le coup de la guillotine finale vient de triompher sur notre amour.
Tout a pourtant si bien commencé, un gros coup de tête ( comme il n'existe nulle part ailleurs) entre un grand blond carré et une petite brune ronde. Géometriquement parlant nous aurions pu former la figure idéale. Je me souviendrais toujours de ses rondeurs parfaites qui ne cessaient de m'envelopper, je m'en suis pris plein la tête. Elle était sphériquement parfaite, la forme idéale que j'ai toujours rêvé d'épouser.
C'était une raison suffisante pour tomber amoureux, ou plutôt pour voler amoureux. On me dit souvent terre à terre, mais pour elle je n'ai pas hésité à quitter la terre ferme et foncer vers le ciel chavirant. C'était la tête la plus en l'air que j'avais jamais vue, comment faire pour ne pas craquer.
Je passais des journées entières à la suivre dans les nuages. A chaque fois que je la rattrapais nous nous accrochions l'un à l'autre et nous faisions un saut dans le vide ensemble, tout cela au milieu d'incessants éclats de rires, sous le risque de tomber en chute libre et nous casser le bout du nez. Mais nous arrivions toujours à tomber sur la tête, heureusement.
J'ai encore en tête une série d'images idylliques, qui résonnent à coups de cymbales joyeuses : des baignades au bord de la mer, des joyeuses dégringolades du sommet du mont Blanc, des pêches de morue sauvage en terre neuve. Moi qui ai toujours été partisan farouche de la terre vieille je me suis reconverti du jour au lendemain à la terre neuve. Je préférais mille fois changer de terre que de changer de tête. ( Que ne ferait-on pas par amour ?)
Par contre une fois que l'on tombe sur sa tête et c'est foutu. Tout d'un coup, on devient excessivement généreux et on peut faire n'importe quoi pour conquérir le cœur de la tête aimée, (et il s'agit souvent de grands gâchis).
Mais je ne compte point m'attarder la dessus, car tout n'est qu'une grande traversée des apparences. De toute façon, j'ai toujours su qu'un jour ma tête allait finir par me quitter, je ne me faisais pas d'illusions là-dessus. En effet, la parenthèse enchantée a vite cédé aux crevasses de nos désaccords quotidiens.
Ma tête et moi nous étions souvent en désaccord sur tout, la moindre broutille pouvait déclencher une grosse dispute. C'est que ces derniers temps elle était vraiment devenue insupportable, me reprochant toujours quelque chose, que j'étais trop ceci et pas assez cela, que j'avais la tête trop en haut (ou trop en bas) en fonction de mes humeurs, que je n'étais pas suffisamment à l'écoute de ses problèmes, que je ne faisais rien pour soulager ses maux de tête, qui par ailleurs ne se terminaient jamais.
Mais ce qu'elle me reprochait par dessus tout c'était de la laisser au vestiaire à chaque fois que je faisais mes séances de sophrologie, (ce qui finissait toujours par activer sa peur d'être abandonnée.) Elle était même persuadée que je voudrais m'en débarrasser une fois pour toutes et tout cela pour éviter de payer sa pension alimentaire, ( ce qui n'était pas complètement faux, vu qu'elle me coûtait les yeux de la tête.)
A tel point que je me suis mis à avoir des doutes là-dessus : voudrais-je vraiment me débarrasser d'elle et si oui comment faire pour ne pas me faire suspecter.
De toute évidence, mes voisins avaient commencé à avoir des doutes, eux aussi. « seriez-vous sur le point de perdre la tête mon cher petit Monsieur ? » me taquinaient-ils à chaque fois qu'ils me croisaient en bas de l'escalier. ce n'était pas la première fois qu'on me faisait le reproche et cela commençait à me monter à la tête.
A force d'entendre toujours la même rengaine j'ai fini par en avoir par dessus la tête, du coup, je me suis mis à faire la tête à tous ceux que je croisais sur mon chemin (à commencer par ma propre tête, bien évidemment). Elle a rappliqué en me trompant avec la tête de ma voisine, qui justement était en train de traverser une période difficile et voudrait se refaire une nouvelle tête.
Ce n'était pas la première fois que ma tête n'en faisait qu'à sa tête, mais cette fois ci c'était la goutte d'eau qui a fait déborder le verre. Du coup, je suis tombé dans un état de furie et je me suis défoulé sur celle qui m'avait trahie. Je l'ai traitée de tête de citrouille et de tête de linotte, elle m'a traité de tête de pioche et de casse-tête, incapable de tenir la tête en haut ; alors j'ai l'ai menacée de lui savonner la tête, de la priver de dessert si cela continue.. C'était la pire des menaces que j'ai pu trouver sur le moment : finies les têtes de nègre et les roulés au chocolat, finies les parties nocturnes de Go et de Belote, fini l'argent de poche pour l'aider à boucler ses fins de moi, on passe au régime de l'austérité désormais, elle n'a qu'à apprendre à bien se tenir sur mes épaules, cette tête de mule.
Parfois je me demandais ce qu'elle pourrait bien avoir dans sa tête.
Et c'est là que la petite coquine s'est mise à faire ses 400 coups de tête rebelle. Cela a commencé par des petites escapades, un saut à la pharmacie pour chercher un remède contre les maux de tête, un autre saut à la boulangerie pour s'acheter une brioche à tête pour le goûter. Je faisais très attention pour ne pas qu'elle s'éloigne trop de moi, mais je sentais bien qu'elle tirait vers l'extérieur et profitait de la moindre occasion pour s'échapper.
Lundi dernier par exemple elle est allée toute seule au cinéma, comme ça, sur un coup de tête, sans me demander mon avis. Elle s'était même offerte du pop corn et du coca light, ( elle sait bien que je ne supporte pas ce genre de frivolité, mais fait exprès pour m'énerver.) Sans compter que j'ai un fond anxieux et tendance à m'inquiéter au sujet de tout. En plus, elle a toujours cherché à déborder le cadre que je tentais désespérément à lui imposer.
En août dernier ma tête est partie pour un mois entier sans même me prévenir. Pendant son absence je n'avais pas d'autre choix que de me livrer à quelques activités à réaliser sans tête, comme faire du ski ou cueillir des framboises ou fabriquer des casse-têtes en bois. (Je pouvais passer des heures et des heures à fabriquer des casse-têtes en bois). Et je peux vous dire que cela m'a donné un sacré coup de pêche,
Dès son retour ma tête s'excusa d'être partie sans m'avertir et me promit de passer le réveillon avec moi à condition que je lui prête 20 euros pour l'achat d'une lotion capillaire et une boîte d'aspirine pour soigner sa migraine.Trois jours après son arrivée je reçus une facture de 3000 euros à régler pour les frais d'un séjour romantique en tête-à-tête à Saint Tropez, de la part d'une agence spécialisée dans les voyages de luxe. Je reçus également trois appels anonymes menaçant de me couper la tête ainsi que le gaz et l'électricité si je ne leur fournissais pas sur le champ la livraison de 200 conserves de petits pois à l'étouffée, que je leur aurais promis.
Un peu plus tard ma tête me rassura que c'était rien, juste un pari perdu contre une association bénévole spécialisée dans le trafic des pistolets à eau, que je pourrais régler à crédit si je le souhaitais et ceci à un taux très intéressant. Je n'avais jamais vu une tête aussi casse-tête, aussi dévergondée, vous pouvez imaginer combien j'en étais affecté. Pourtant j'en avais croisé des têtes dans ma vie, je vous assure.
Quoi qu'il en soit, le fossé entre nous ne cessait de se creuser, le contrat de confiance était définitivement rompu, le mur devenait de plus en plus infranchissable. Heureusement depuis quelque temps j'ai arrêté de me prendre la tête là-dessus, parce qu'à force de trop réfléchir je risquais vraiment de péter un plomb ou pire encore, d'en prendre du plomb plein la tête.
Tout ce que je peux vous dire au jour d'aujourd'hui c'est que je m'en suis remis très vite après la rupture, je me porte comme une fleur sans queue ni tête, j'ai même réussi à me trouver une nouvelle tête, (que j'ai croisée par hasard lors d'un voyage à la montagne de Jura.) Bon, elle n'est pas aussi brûlée que ma tête précédente, mais elle est vraiment affinée et elle a des rosettes délicieuses, qui me font tourner la tête.
Mon ancienne tête je ne la voulais que pour moi, or la petite nouvelle je la partage volontiers. Casse-croûte assurée avec ma bien-aimée tête de moine.

31 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Violette
Violette · il y a
Sans queue ni tête, ça prend la tête !!!
·
Blackmamba
Blackmamba · il y a
Bon appétit...
·
Walet Tamasheq
Walet Tamasheq · il y a
Magnifique ! C'est a en perdre la tête justement.... !
·
Clément Dousset
Clément Dousset · il y a
Entêtant !
·
Michel Allowin
Michel Allowin · il y a
Joli dédoublement - par décollement
·
Duchauffour David
Duchauffour David · il y a
A en perdre la tête ! Joliment écrit et inspiré :)
·
Chablik
Chablik · il y a
Votre facilité à créer des histoires sur la base de mots sujets à tous les détournements est vraiment agréable et déconcertante. La 1ère phrase est scotchante.
·
Tessy
Tessy · il y a
Belle analyse de votre tête qui a un effet ravissant sur la mienne,-)
·
Tolbiny
Tolbiny · il y a
Vous faites bonne figure avec votre histoire de tête.
·
Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
pas assez bonne pour que ce texte soit approuvé par le comité de lecture. Merci Tolbiny
·
Nicolaï Drassof
Nicolaï Drassof · il y a
Ça confirme ma lecture précédente; la Princesse aux grands pieds. Humour déjanté, logique implacable discrètement brodée d'absurde. J'aime et je vote
·