6
min

Dans les entrailles de Poudlard

Alouette

Alouette

662 lectures

589 voix

A peine Harry se détourna de lui, qu’il commença à décaler quelques pierres afin de creuser un trou dans les rochers éboulés. Cela lui permettait de ne pas entendre les pas de son ami s’éloigner prudemment et, il l’avouait, cette action lui donnait l’impression d’être utile à la mission... Bien sûr, comme toujours, Harry serait le héros : combattre un basilic était plus glorieux que déplacer des vulgaires cailloux pour faciliter leur retour, Ron le savait bien. Il secoua la tête pour chasser ces mornes pensées mais d’autres, encore plus sombres, vinrent le hanter. Qu’était-il advenu de Ginny ? La peur, un instant, le paralysa et l’empêcha de poursuivre sa tâche.
Alors que le silence aurait dû régner, un bruit aussi soudain que vivant, résonna et les fit sursauter, lui et Lockhart. Ils se regardèrent mais il était évident qu’aucun d’eux n’aurait pu éternuer avec une pareille puissance. Or, nul doute qu’il s’agissait bien d’un éternuement. Les parois, déjà fragilisées par le sort qu’avait lancé Lockhart, se lézardèrent davantage mais Ron ne s’y attarda pas. Ils n’étaient pas seuls dans les entrailles de Poudlard.
-Professeur, pouvez-vous continuer de déblayer ?
Mais il apparut rapidement que Lockhart, bien qu’il ne paraisse pas blessé outre mesure, ne semblait pas en état d’entreprendre quoi que ce soit. Il n’eut aucune réaction quand Ron s’adressa à lui et avait l’air étrangement absent.
-Vous m’entendez ?
-C’est à moi que vous parlez ? Ainsi mon prénom est « professeur » ? Comme c’est original ! s’enthousiasma Lockhart.
Ron, interloqué, le sonda du regard. Se moquait-il de lui ? Non, il semblait sincère quoiqu’un peu étourdi. Ron soupira mais estima qu’il n’avait pas de temps à perdre. Il emprunta alors le tunnel derrière lui, tunnel duquel s’était échappé l’éternuement. Il progressait avec mille précautions, se sentant plus démuni que jamais sans sa baguette magique, malgré ses défaillances inopinées. Il avait préféré la laisser près des gravats pour ne pas être tenté de jeter un sort ou d’en prononcer un par réflexe sous l’effet de la panique. Le tunnel semblait légèrement incliné vers le bas et n’était éclairé que par la faible clarté apportée par les rares emmanchures. Pour ne pas se perdre, Ron prit bien garde à rester sur le tunnel principal. Bientôt, un son régulier lui parvint... Une respiration. Et quelle respiration ! Elle était lente et profonde. Probablement un monstre d’une envergure inimaginable.
Ron hésita. Après tout, rien ne le forçait à aller déranger la créature... A moins que Harry ne soit pas parti dans la bonne direction. Peut-être que c’était cette chose qui retenait sa sœur prisonnière ! Son corps entier se couvrit d’une sueur froide, tandis que son cœur s’emballait dans sa poitrine. Mais déterminé, il poursuivit et arriva bientôt dans une immense caverne où l’obscurité était devenue totale et ne lui permettait pas de voir le moindre détail. Il sentait qu’il était arrivé, et malheureusement, il était complètement à la merci de la créature qu’il devinait toute proche.
-Tiens ! s’écria une voix qui n’avait rien d’agressif et venait de loin au-dessus de lui, Un élève ! Est-ce toi qui as ouvert un tunnel vers l’extérieur ?
Ron, qui au premier mot avait senti ses jambes défaillir et était tombé sur les fesses, n’essaya pas immédiatement de se relever et encore moins de répondre. Qui donc lui avait parlé ? Il n’eut pas le temps de réfléchir davantage que la créature reprit la parole :
-Non, parce que bon, la prochaine fois, il serait de bon ton de refermer derrière toi ! Ça fait des courants d’air terribles et après je m’enrhume ! Enfin, je n’ai rien contre une visite de temps en temps, ceci dit.
Toujours éberlué, Ron finit par articuler :
-Qu... Qui êtes-vous ? Un basilic ?
-Un basilic ! s’exclama la créature, Quelle insulte ! Enfin, est-ce que je ressemble à un basilic ?
-Je ne vous vois pas. avoua Ron, penaud.
Il y eut un petit silence puis :
-Mille excuses ! Comme je le disais, je n’ai pas l’habitude de recevoir !
Ron entendit un petit clic puis subitement, l’endroit fut inondé de lumière par des centaines de torches. Bien qu’aveuglé, Ron écarquilla les yeux devant le spectacle incroyable qui s’offrait à lui. Il en était bouche-bée.
Comme il l’avait deviné, il se trouvait dans une caverne démesurée, autant en hauteur qu’en largeur, et au milieu de laquelle se tenait la créature, tout aussi démesurée : plus grande que Hagrid, plus grande même que le troll des montagnes que Harry, Herminone et lui avaient combattu l’année passée, plus grande aussi qu’un dragon adulte. Il avait, en dehors de cela, un aspect relativement humain, dans sa salopette d’un bleu délavé, et même un air bonhomme : son visage était rond, à l’image de tout son être, et ses yeux pétillaient autant d’intérêt que de sympathie. Pour finir, il arborait des pantoufles trouées qui avait manifestement été taillées pour lui.
-Alors, reprit la chose avec fierté, Est-ce que je ressemble à un basilic ?
Elle semblait satisfaite de l’effet qu’elle produisait sur Ron qui, très impressionné déclara :
-Euh, non, non, bien sûr. Mais qui êtes-vous ?
-Edern.
Cette information ne répondait pas franchement à sa question et il se demanda comment être plus explicite sans offenser son interlocuteur. Il finit par opter pour ce qui lui semblait le plus franc :
-Et, euh, qu’êtes-vous ?
La créature ne parut pas vexée et ni même surprise. Elle eut plutôt un air un peu triste en annonçant :
-Je suis un gantesque, ou un porteur de magie.
Ron n’en avait visiblement jamais entendu parler et le gantesque reprit la parole pour clarifier sa situation :
-Les gantesques sont chargés de soutenir la magie. Ils vivent toujours sous terre, en secret. Nous sommes très méconnus car peu nombreux. Et il est très rare que nous sortions. Une fois que nous trouvons une place dans un grand établissement magique, nous la gardons pour toujours. Je suis Edern, le gantesque de Poudlard, c’est une grande fierté bien que cela ne soit pas toujours facile.
-Depuis quand êtes-vous là ? demanda Ron.
-Depuis toujours ? suggéra Edern, Je ne me souviens plus, ça fait tellement longtemps. Et toi alors ? Tu es un élève, je le devine à ta robe de jeune sorcier. Que fais-tu là ?
Cette question rappela à Ron ce qu’il faisait là, justement. Il expliqua donc au gantesque les événements qui l’avaient mené jusqu’à lui.
-Sinistre histoire que voilà. Non, mon ami, je n’ai point vu ta sœur. J’ai effectivement remarqué qu’il y avait beaucoup d’ouvertures et de fermetures de tunnels ces derniers temps... Et quelque chose rampe, peut-être est-ce un basilic comme tu le suggères. Mais le monde souterrain est vaste et je me contente de rester dans cette caverne et de soutenir au mieux la magie. Et que de magie à Poudlard ! Enfin, tu es tracassé et cela se comprend. Puis-je faire quelque chose pour toi ?
Ron hocha la tête tristement et Edern, affligé, donna une pichenette du bout du doigt à un énorme rocher qui alla rebondir sur une paroi. Le regard de Ron s’illumina.
-Oh si, vous pouvez m’aider ! Il y a un immense tas de gravats qui bloque notre passage, pour le cas où il y aurait un retour vers la surface, pourriez-vous...
Le visage du gantesque s’élargit en un sourire.
-Il y aura un retour, et les pierres, j’en fais mon affaire ! Les gantesques ont peu de pouvoirs magiques mais possèdent le don de déplacer certains éléments, puisque cela est nécessaire pour que l’on puisse s’aménager un petit chez-soi souterrain sans laisser un trou béant à la surface. Dis-moi précisément tout ce que tu sais de ce tas de cailloux et je me chargerai d’y creuser une brèche.
Ron énuméra alors tout ce qu’il savait à propos de l’éboulis, tandis qu’Edern fermait les yeux, l’air concentré. Quand il eut finit, le gantesque se frotta les paupières et déclara :
-Voilà qui est fait. Bonne chance à toi, et n’hésite pas à revenir me voir. J’avais oublié à quel point il était agréable de converser...
Ron, reconnaissant, remercia Edern et courut le long du tunnel principal. Ce dernier était en pente mais, galvanisé par sa trouvaille, il effectua la montée rapidement. Quoiqu’encore très inquiet pour sa sœur, il se sentait étrangement plus fort, comme armé de ce secret. Les questions qu’il se posait à propos d’Edern lui permettaient de tenir à distance celles concernant Ginny. Lorsqu’il parvint à l’endroit où il avait laissé Lockhart, il fut soulagé de constater qu’effectivement un trou était apparu dans l’écroulement, à une hauteur qui pouvait faire penser que Ron en était l’auteur. En effet, il n’avait pas l’intention de partager sa découverte : pour une fois qu’une aventure lui appartenait pleinement... Lockhart était certes témoin de la disparition de son élève et de la création particulière de la brèche mais il semblait que plus personne n’accorderait de crédibilité à ses propos quels qu’ils soient.
-Incroyable, mon cher ! s’écria l’intéressé en le voyant revenir, Le mur a explosé, comme par magie !
Il ramassa une petite pierre et se mit à chanter à mi-voix. Ron le fixa un court instant et, pour s’occuper les mains, se remit à déplacer quelques cailloux. C’est alors qu’il entendit l’appel de Harry :
-Ron ! Ginny va bien ! Elle est avec moi !
Il poussa une exclamation de joie, la bonne nouvelle occultant tout le reste pour le moment. Ils étaient tous sains et saufs et quitteraient bientôt les entrailles de Poudlard.

Dans les années à venir, Ron reviendrait parfois auprès du gantesque, avec qui il apprendrait à faire plus ample connaissance. Mais rien ne laissait présager qu’un jour, il s’y rendrait, dévasté et empli de fureur, pour reprocher à Edern, qui maîtrisait si bien la roche, de ne pas avoir pu empêcher la mort de son frère Fred, provoquée par la chute d’un mur en pierre.

589 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Lammari Hafida
Lammari Hafida · il y a
Bien raconté et bien mené , mes 5 votes ! Pour sourire mes < Baskets porte-chance >
·
Alouette
Alouette · il y a
Merci beaucoup ! Je vais de ce pas lire votre écrit !
·
Anonymous71
Anonymous71 · il y a
Alouette, je confesse une ignorance certaine de l'univers de Rowling maintenant j'ai apprécié le style et et tiens à souligner l'utilisation du passé simple pas toujours évidente pour m'y être essayé. La magie a opéré donc!
·
Alouette
Alouette · il y a
Si vous avez apprécié cet écrit, vous serez sûrement fan des livres et de l'univers de cette saga ! Foncez ! Merci pour votre passage et votre gentil commentaire !
·
Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
effet basilic garanti, bonne pioche Alouette!
·
Alouette
Alouette · il y a
Merci beaucoup d'être venue me rendre visite et merci de votre soutien !
·
Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Belle finale avec cette histoire bien racontée.
·
Alouette
Alouette · il y a
Merci mille fois !
·
Pierre Esnault
Pierre Esnault · il y a
Une belle histoire bien menée tout à fait dans l'esprit de l'œuvre de JK Rowling avec un style simple et efficace, merci.
·
Alouette
Alouette · il y a
Merci à vous pour votre lecture et votre gentil commentaire, je suis ravie que cela vous ait plu !
·
Alouette
Alouette · il y a
Merci beaucoup de votre enthousiasme !
·
James Wouaal
James Wouaal · il y a
Salut Alouette ! Belle histoire bien dans l'esprit. Bravo !
·
Alouette
Alouette · il y a
Merci beaucoup pour ce gentil compliment !
·
Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Surprenante et tout à fait dans la lignée des aventures créées par J.K.Rowling tant par le style que par le cadre dans lequel évoluent les personnages, votre nouvelle m'a beaucoup plu. Merci pour ce bon moment de lecture Alouette !
·
Alouette
Alouette · il y a
Le plaisir est pour moi, je suis ravie que cela vous ait plu !
·
Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Une aventure surprenante au style très soigné. J'ai eu plaisir à découvrir Edern le Gantesque et les différents personnages de ce conte merveilleux. Tous mes votes et bonne chance Alouette !
·
Alouette
Alouette · il y a
Merci beaucoup pour ces chaleureux encouragements !
·
Evinrude
Evinrude · il y a
Vote réitéré !
·
Alouette
Alouette · il y a
Merci beaucoup !
·