7
min

Comment devenir une star internationale sans peine ou au pire se transformer en poudre d'étoiles filantes

Elena Hristova

Elena Hristova

90 lectures

22 voix

Dans notre époque peuplée de stars internationales, qui ne cessent de briller dans les romans, les salles de concert, de sport, de théâtre, de cinéma et autres lieux dits d'expression mentale et corporelle, pas une seule seconde ne se passe sans que quelqu'un ne demande à son tour de devenir une star internationale.
A tel point qu'il faudrait penser à ouvrir un bureau de titularisation des stars internationales à tout bout de rue, afin de satisfaire les demandes les plus pressantes, qui ne cessent d'affluer.
Vous trouverez dans ce chapitre une méthode révolutionnaire, qui nous montre comment faire pour devenir une star internationale, ou au pire des cas, comment faire pour se transformer en poudre d'étoiles filantes qui se font facilement remarquer, y compris durant les nuits de pleine lune.
Cette expérience inédite risque de vous être fort profitable, surtout si vous avez une pratique confirmée de voltigeur nudiste chauve et que vous rêvez de faire des pub bidon pour les lotions capillaires à l'ortie qui ne servent strictement à rien.
Précisons qu'il est préférable pour commencer les exercices d'être accompagné par une fée experte en séances individuelles, même si la pratique en groupe n'est pas du tout déconseillée et que les fées préfèrent la cosmétique naturelle Weleda.
Il y en a qui croient à tort que pour devenir une star il faut à tout prix garder sa tête sur les épaules. Faux ! Avant le début des exercices il est indispensable d'enlever ses chaussures et de déposer la tête aux vestiaires, ( penser à la récupérer en fin de séance).
Une fois la tête mise de côté, les candidats à la gloire sont momentanément dispensés des frais pour les lotions capillaires à l'ortie et peuvent enfin se permettre de faire n'importe quoi, sans avoir aucun regret. C'est l'occasion idéale pour se taper toutes les corvées ennuyeuses, mais indispensables, le sourire aux lèvres et avec un enthousiasme contagieux.
La pratique consiste d'abord à reprendre les tâches ménagères là où nous les avions laissées la veille, ce qui n'est pas du tout compliqué, vu que c'est toujours la même rengaine, ménage/déménage, remplissage/repassage, plissage/déplissage, dépoussiérage, dégraissage, délavage/relavage/essorage, rangement/dérangement, préparation du dîner complet pour toute la maisonnée, etc, etc..
Et ceci dès le retour du boulot, (tout en évitant à tout prix de s'attirer des imprévus.)
(Pour plus d'info, n'hésitez pas à consulter le guide de la parfaite femme au foyer dans les années 50) !
Malgré ces recommandations, il y en a tout de même quelques rebelles qui ont tenté de forcer le destin par un coup de tête improvisé et ils ont tous fini par prendre leur pied. (comme par exemple notre cher ami Robert Avranche, qui au lieu de terminer de préparer sa soupe au chou-fleur pour son entourage immédiat affamé, s'est laissé volontairement emporter par le premier papillon qui passe.
Et c'était la bonne décision finalement, car non seulement il a fait le scoop du journal local, mais en plus il a profité de la formule exclusive modelage intégral du corps aux huiles essentielles de pivoine, frais de transport inclus et coups de trompe « douceur infinie illimitée »
Mais tout le monde ne peut pas jouir de circonstances aussi exceptionnelles et ces pratiques clandestines demeurent relativement rares.
Sans compter que la majorité des hommes n'ont jamais appris à soigner leur disponibilité à l'imprévu. ( surtout si cet imprévu mesure 157 mm d'envergure, se manifeste sous l'apparence du Grand paon de nuit et insiste à partager avec vous une soirée pyjama, suivi d'un tour de monde immédiat).
A savoir que ce papillon est un accélérateur de destin, qui passe une fois tous les cent ans, généralement quand on s'y attend le moins et sans respecter les horaires d'ouverture de la fenêtre de cuisine.
Il s'agit là du plus beau spécimen du monde, dont les ailes sont ornées d'un croissant blanchâtre aux bords rosés et qui peuvent supporter un poids maximal de 100 kilos sans fléchir ni ronchonner.
En plus, il porte un bracelet de cheville fait avec des jacinthes des bois. Et aucun voltigeur cordiste ne peut résister au bracelet des jacinthes des bois. Surtout que ce dernier lui garantit des légers frémissements très agréables parcourant toutes les parties de son corps lors de l'atterrissage.
Une autre déclinaison de la jacinthe des bois pourrait être le sureau, mais cela nécessite la préparation d'un vin spécial aux baies enfumées parfumées, gobelet à partager avec la première fée qui se présente à votre porte et vous réclame une offrande gourmande et un abri pour la nuit. Ce qui risque d'être fort compromettant pour votre réputation, surtout si votre épouse ne croit plus aux contes de fées.
A première vue cela a l'air très tentant. Qui n'a pas rêvé au moins une seule fois dans la vie d'embarquer sur les ailes d'un engin si charmant ? Un moyen de locomotion très prisé, chrysalide résistante et solide, la casquette qui se fait envoler, confort cocooning et coups de trompe illimités.
A noter toutefois que ce genre de dérapage pourrait représenter un risque insensé par rapport au bénéfice escompté.
L'aventure du dernier téméraire qui relève un défi similaire date du printemps de 8 mars 1986, ce qui coïncide avec le dernier passage de la comète de Halley.
La nuit précédant l'heureux événement l'homme que nous venons de désigner se dispute encore avec sa femme, renvoie ses 4 enfants au lit en les privant de dessert et ne se doute même pas que d'ici trois heures sa vie aurait basculé à tout jamais.
Un peu plus tard, durant la nuit, il rêve d'un papillon géant, originaire des sommets inaccessibles de l'Himalaya qui lui demande de quitter sans tarder le domicile conjugal et de se diriger immédiatement vers le grand Est où une pochette surprise l'attendrait au bout du chemin.
Croyant à tort qu'une telle expérience puisse faire de lui une star internationale, ( ce qui redonnerait à coup sûr de la brillance et de l'éclat à son statut d'alpiniste du béton), l'homme s’exécute sans même prendre le temps de réfléchir, ni de laisser un petit mot, et s'empresse de quitter son lieu de résidence principal aux premières lueurs de l'aube.
N'est-ce pas le devoir de tout voltigeur cordiste assermenté, atteindre des fées difficiles d'accès à des hauteurs vertigineuses. Vous le reconnaîtrez assez facilement à son pantalon look tendance, très confortable et 100% Bio. D'autant plus qu'il dispose du nouveau kit falaise débutant et d'une bonne prise en main, surtout à l'assurage.
A ce stade de sa quête il croit encore avoir affaire à la fée Lumière, déguisée en papillon, qui est venue exprès pour le secouer et lui indiquer la route vers la gloire, chose qu'il désire plus que tout autre bien terrestre.
Après trente jours et trente nuits de marche intensive il se trompe encore de chemin et ne cesse de revenir sur ses pas. Et c'est là que notre homme réalise qu'il est encore tombé sur une fourbe mythomane, qui ne pense qu'à le séduire et à faire des farces.
Après cet épisode désastreux l'accidenté perd tout espoir de devenir une star internationale, surtout dans l'immédiat le plus proche ; en plus sa maison est mise aux enchères et sa femme sympathise avec le jardinier avec qui elle partage désormais tous goûters et dîners. Cette majorette a beau mimer son rôle de fée de logis certifiée, finalement elle n'était bonne que pour les brouillés délavés et le brunch express sans illusions consenties.
Exaspéré de tant de mauvaise volonté, notre homme décide de laisser tomber cette page et s'installe provisoirement à Mill Valley en Californie où il est chaleureusement accueilli par une licorne femelle, mi-fée, mi-jument.
Comblé d'envie de braver des interdits et de mener une vie insouciante à queue de cheval, il passe les 5 années suivantes de sa vie dans la tanière de sa nouvelle amie et prend un vif plaisir à se faire allaiter.
C'est elle qui va l'initier aux vols longue distance, à grimper jusqu'aux étoiles d'un bond à partir d'une position fixe, à ne pas se décourager si jamais il n'arrive pas à décrocher la lune dès la premier essai.
Très bon élève et très appliqué il profite à max des nouvelles compétences acquises, passe ses nuits à jouer à l'étourdi, à faire la tournée des étoiles, à courir sur le poids gourmand et vertigineux de la gravité céleste ;
il n'hésite pas à exécuter des figures acrobatiques de plus en plus compliquées et qui le font parfois tomber de très très haut ; ce qui finit par scandaliser le conseil des ministres stellaires, déjà assez las de laisser tomber tant d'étoiles filantes, sans jamais pouvoir intervenir.
D'autant plus que ce petit dernier adore rejouer le rôle de l'étoile rescapée que l'on s'amuse à repêcher au dernier moment. Lui, qui a toujours cru être né sous une bonne étoile.
Jusqu'à ce qu'à ce qu'un jour il tombe dans les bras d'une galaxie spirale barrée, très chouette à l'apparence, aux 200 milliards de mamelles juteuses et brillantes et qui le font craquer aux entournures.
-Mais qui êtes-vous donc mère nourricière qui m'offrez ce trésor insoupçonné ?
-Et bien je suis la vilaine fée lactée. Tu crois peut-être que je suis postée là exprès pour t'abreuver de mon lait enchanté ? Et bien non, jeune homme, ce n'est pas marqué la corne de l'abondance là ! lui souffle-t-elle en secouant toutes ses mamelles d'un geste gracieux et étudié. Puis, je crois que vous vous êtes assez fait allaiter. C'est peut-être le moment de passer à l'étoile supérieure, non ?
-Ah bon ? Mais à quoi vous servent toutes ses mamelles alors madame la fée, lui demande notre homme un peu éberlué et non sans une pointe de regret.
(Or, voilà une question qu'il n'aurait jamais dû poser.)
-Ha, ha, ha, c'est pour mieux vous faire mourir de jouissance, mon beau plongeur errant  !
Et là notre intrépide aventurier comprend que sa dernière heure a sonné,
( d'autant plus qu'il n'est point plongeur, mais juste un cosmonaute en cours de certification.
Or, il ne baisse pas le casque pour autant et fait une ultime tentative d'échapper à sa destinée en tentant la carte de la politesse :
-Euuh, c'est très gentil à vous, madame lactée, à dire vrai, j'ai toujours rêvé de mourir d'amour un jour, mais peut-être pas ce soir, vous voyez ?
D'autant plus que je n'ai aucune envie de plonger, moi !
En plus, il fait déjà noir et je suis en retard, et ma mie licorne, mi-fée m'attendra pour dîner.
Mais son interlocutrice ne veut rien en entendre parler. Sans plus tarder, elle s'empresse de saisir notre victime par le bout du nez et le fait plonger dans l'écume blanche bouillonnante de ses mamelles dégourdies. Aussitôt les mamelles se font vagues de lait entier qui attirent le malheureux au fond de la mer Blanche, du coup on entend quelques remous, puis plus rien du tout.

Là c'est le poète qui intervient, fredonne le requiem de l'amour perdu :
Ces mamelles stellaires sont parfois si cruelles,
une vraie mer de volupté empoisonnée ;
le petit malin téméraire y a sombré à tout jamais..
Sans faire exprès il s'est laissé transformer
en poudre d'étoiles filantes qui illumineront la nuit,
d'autres étoiles filantes viendront le rejoindre aussi
et les trois coqs de la fée-licorne à tour de rôle chanteront l'amour infini !

Commentaire concis du spectateur avisé :

Voilà ce qui se passe lorsqu'on oublie de récupérer sa tête des vestiaires.
Cet homme avait tout pour être heureux : nourri, blanchi, comblé, ravi, réjoui ; la fée-licorne se mettait en quatre pour le faire rebondir. Que pourrait-il lui demander de plus ?
Ce n'est pas parce qu'on a appris à bondir si haut qu'il faut à tout prix en profiter pour aller briller à la hauteur des étoiles.
Et tout ça pour une poignée de mamelles défraîchies.
C'est pas comme ça qu'on devient une star internationale.
Il y a de ces fées ( on a tous intérêt à les éviter) qui se réjouissent à nous mettre des bâtonnets au lait dans les roues.Voilà un gros tas de bidoche sans intérêt !
Ce sont des puissances destructrices nées, de l’exécration affichée, (surtout celles qui viennent de la mer Blanche) et qui s'amusent toujours à faire noyer ses admirateurs sans motif valable, en comptant exclusivement sur le coup de la surprise. ( Pire que la déesse indienne Kali, même si les similitudes sont flagrantes et sautent aux yeux.)
Gare à celui qui se trompe de fée !

22 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Untrucbadour
Untrucbadour · il y a
Kali la "noire", Brrrr!! il me semble avoir lu une histoire sur elle, prudence, effectivement Elena. Merci pour ce moment de lecture nourrissant..
·
Soseki
Soseki · il y a
J'adore l' humour plaisant de ce texte au fond si juste !
·
Euriel
Euriel · il y a
Ouah génial... moi, c'est le titre qui m'a intrigué au début, et c'est pour ça que j'ai cliqué... Je me suis dis que si un court portait un nom aussi long que celui-là, ce serait sûrement un court chouette avec un nom long ou bien, un nom chouette et long avec un court finalement un peu longuet... mais heureusement, ce fut un court chouette avec un nom long !
·
Robert Pastor
Robert Pastor · il y a
Au début, je me suis dit chouette, une recette pour devenir une star. C'est justement ce qu'il me fallait. Et là, j'ai vu surgir toutes ces fées, je me suis senti bien entouré, mais pas trop rassuré... Je ne savais plus comment réagir. Je sentais bien que le moindre faux pas et de star éphémère elles me réduiraient en étoile filante. Pas de celles qui filent du coton, plutôt celles qui s'écrasent sur le nez. Finalement, car il faut un fin, je dois dire que mon estomac, très fragile aux produits lactés, avec l'âge vous savez, m'a recommandé la baignade dans cet immense océan par des millions de mamelles alimentés. Je flotte. C'est une affaire de densité.
·
Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Quand votre imagination se nourrit de poudre stellaire et que les fées s'en mêlent, il n'y a pas de limite à votre verve, Elena ! Voilà un récit jubilatoire en apparence, mais entre les lignes le propos est plus sérieux . . .
·
Bernard Deliessche
Bernard Deliessche · il y a
je suis sans voix
·
Lionel Viala
Lionel Viala · il y a
La morale de cette histoire au lait entier dont la narratrice a réussi, avec talent et plus d'agitation encore à en faire du beurre par des allées-et-venues incessantes dans le récit, c'est que lorsque, pétri d'ambition on aspire (avec une paille ?) à s'élever vers les cieux en rêvant de destins stellaires avec particules élémentaires et particules de noblesses attachées (dans une proportion 50 - 50), et qu'en cours de route dans la voie lactée, on se commet dans des histoires Olé-AuLait en usant d'un comportement très lait / laid, ne nous étonnons alors pas d'arriver à un final inattendu avec les particules mal-placées dans le titre de gloire : du titre ronflant de L’Étoile de Mer Spatiale que nous visions, nous voici ainsi devenus Etoile-de-MerDe* (la particule "De" noble se retrouvant ainsi placée à la fin du titre de noblesse). Il n'y a point d'étoiles à glaner dans le Guide Mi-Ch'min ! Restes donc là-qu't'es / Lactée, aspirant ambitieux...
·
Thara
Thara · il y a
Votre imagination a pondu une histoire tout à fait incroyable et, l'humour en fait parti...J'ai passé un bon moment à la lecture de votre nouvelle !
·
Didier Poussin
Didier Poussin · il y a
Parfait en fait , ce récit , écrit ,par fée , en fées
·
Noroît
Noroît · il y a
Un bon texte pour un grand moment de lecture
·