Pontus de Tyard
1521 - 1605

Pontus de Tyard publie à Lyon, chez Jean de Tournes, ses Erreurs amoureuses. C'est un recueil de sonnets adressé à une dame nommée Pasithée – « la toute divine ». Femme réelle ou fictive, on ne le sait. Si Maurice Scève – intime du poète – s’était épris de Pernette du Guillet, il semblerait que Pontus de Tyard se soit amouraché de Louise Labé en qui il voit la femme parfaite.
Il est en outre impliqué dans le mouvement de la Pléiade auquel il apporte quelques nouveautés.

Œuvresles plus lues

41

lectures

POÈMES
1 min Classique

Puisque je vois que mes afflictions
Sont au plus haut degré de leur effort,
Et que le Ciel conjuré à ma mort
A tout malheur me guide,
Regrets, soupirs, plaints, pleurs, et ... [+]

43

lectures

POÈMES
1 min Classique

Oeil éloigné du Jour, qui te recrée,
Comme, en l'obscur d'une nuée épaisse
Peux-tu tirer une si vive espèce
D'un corps, non corps, qui vainement se crée ?

Coeur ... [+]

44

lectures

POÈMES
1 min Classique

Ô calme nuit, qui doucement composes
En ma faveur l'ombre mieux animée,
Qu'onque Morphée en sa salle enfumée
Peignit du rien de ses métamorphoses !

Combien heureux les... [+]

à(re)découvrir

Son Courant littéraire
La Pléiade

Ayant pour but de redorer le blason du français. Où l'on apprend qu'imiter n'est pas copier.

EN SAVOIR +

Son Époque
16ème siècle

Alors que la France se scinde lors des guerres de religion. Où l'on apprend que l'Italie est un beau pays.

EN SAVOIR +

Sa Culture
Française

Où l’on apprend que Louis XVI écrit dans son journal intime « rien » le 14 Juillet 1789.

EN SAVOIR +