Marie-Laure Grouard
1822-1843

Le malheur ne cesse de s'abattre sur Marie-Laure : une faible estime d'elle-même la rend craintive et la voue à la solitude. Cependant, contrastant avec la lutte impossible que semble lui être la vie, la poésie apparaît, elle, comme une lutte possible. Encouragée, elle se décide à se rendre à Paris dans l'espoir de vivre de sa plume et parvient à graviter autour de la sphère littéraire d'alors. Cependant, en un an, elle perd son beau-frère, sa soeur et ne tarde finalement pas à mourir, emportée par la maladie. Les Eglantines sont tout de même publiées à titre posthume, grâce à Banville qui désire offrir à cette poétesse la visibilité et l'hommage qu'elle mérite. C'est lui rendre justice que de la lire aujourd'hui

Œuvresles plus lues

15

lectures

POÈMES
2 min Classique

Chant I

Moi l'ai cherchée.



Moi mener triste vie

Les jours;

Moi chercher une amie

Toujours.



Moi planter doux ... [+]

26

lectures

POÈMES
1 min Classique

J'étais là dans le temple, assise et recueillie:

Nul ne lut mon penser sur ma lèvre pâlie,

Aucun n'avait un front plus austère que moi,

J'avais l'air de prier, et ... [+]

36

lectures

POÈMES
1 min Classique

Quand je vais par les champs

Rêver mes tristes chants,

En traversant la plaine,

Les faucheurs sur le soir,



Soucieux de me voir

Au pied de ... [+]

à(re)découvrir

Son Époque
19ème siècle

Alors que la France essaie un peu de tous les régimes. Où l'on apprend que le "J'accuse" n'est pas de Zola.

EN SAVOIR +

Sa Culture
Française

Où l’on apprend que Louis XVI écrit dans son journal intime « rien » le 14 Juillet 1789.

EN SAVOIR +