Le symbolisme

"A la nue accablante tu / Basse de basalte et de laves / A même les échos esclaves / Par une trompe sans vertu" Mallarmé, première strophe d'«À la nue accablante tu...» Vous ne comprenez pas ? Nous non plus ! Vous voulez comprendre ? On va essayer de vous donner des pistes...

Apéritif

Il faut être absolument moderne.

Rimbaud

La genèse

Le symbolisme naît en réaction au naturalisme, qui selon lui tombe dans le documentaire ou le reportage, et au mouvement du Parnasse, dont la poésie est froide comme le marbre. Baudelaire en est le précurseur admiré et reconnu : il parvient à surpasser l’opposition entre le réalisme, qui accordait toute son attention aux objets matériels, et l’idéalisme, qui affirme la supériorité des formes abstraites et de la représentation mentale sur la matière, à travers la notion de correspondances. Celles-ci font le lien entre le monde des sensations et le monde des idées.

Jean Moréas par Paul Gauguin

Mais la naissance du symbolisme est datée de 1886, lors de la parution du Manifeste du Symbolisme de Jean Moréas.

Il explicite : « La poésie symbolique cherche à vêtir l’Idée d’une forme sensible qui, néanmoins, ne serait pas son but à elle-même, mais qui, tout en servant à exprimer l’Idée, demeurerait sujette. »

Vous l’aurez compris, il faut faire preuve d’une belle concentration pour comprendre le symbolisme. Allez-y, vous pouvez relire depuis le début pour mieux saisir l’idée !

Les caractéristiques

Les symbolistes s’inclinent devant le mystère universel qui ne peut être que sacré : la notion de religion est prépondérante et l’on retrouve souvent des allusions à la mythologie.

Pour mieux plonger dans ce monde supérieur correspondant avec le monde sensible, il joue du subconscient et du rêve.
Ainsi par descriptions de « paysages intérieurs », les poètes symbolistes traduisent leurs impressions, ils utilisent aussi le symbole (oui oui !), la métaphore et l’allégorie. Au lieu de nommer un objet, ils tenteront plutôt de rendre compte de l’impression que nous donnerait sa présence ou son absence.

Tableau de Klimt, peintre précurseur de l'Art Nouveau ayant participé au symbolisme

Baudelaire, le précurseur

Baudelaire n’est pas qu’un précurseur, c’est le « Maître » chez Mallarmé : pour Rimbaud, il est « le premier voyant, roi des poètes, un vrai Dieu. » Rien que ça. Sa poésie a une dimension musicale et même incantatoire puisqu’elle appelle des notions impalpables. Attirant les foudres de la société par son tempérament scandaleux, il dut ôter des Fleurs du Mal certains vers jugés trop suggestifs comme ceux dans « Le Léthé » : « Je veux longtemps plonger mes doigts tremblants/Dans l’épaisseur de ta crinière lourde ; /Dans tes jupons remplis de ton parfum. » Nous n’oseroons même pas citer ceux d’« À celle qui est trop gaie »…

Rimbaud et Verlaine, au coeur du symbolisme

Chez Rimbaud, le poète est un Voyant, on retrouve le rôle mystique du poète qui communique avec un autre monde. Il s’exclame « Je est un autre. » En réalité, il veut dire que l’œuvre n’appartient pas à l’auteur, elle se libère. Elle ne s’accomplit que par la lecture qu’en fait chaque lecteur et la réflexion qu’il y apporte. « Je » est à la fois poète et lecteur, comme il le dit plus loin : «J’assiste à l’éclosion de ma pensée : je la regarde, je l’écoute.» Il mènera une relation amoureuse tumultueuse avec Verlaine qui se finira mal : Verlaine, saoul à l’absinthe, lui tirera dessus et le blessera au poignet.

Verlaine pour sa part, est vu comme le chef de file des symbolistes mais ne s’en est jamais réclamé ; mourant dans l’échec physique et social, il entretetient le mythe du poète maudit. Aussi, considère-t-on aussi Mallarmé comme le chef de file du courant symboliste.

Mallarmé, vers l'hermétisme

Mallarmé a une vision particulièrement mystique de la poésie. N’est digne de lire et de comprendre sa poésie qu’un initié, un privilégié. Essayez de vous attaquer au « Sonnet en X » ! Quelques indications : le poème est construit sur un jeu de miroir de sonorités et de significations et le « ptyx » est un mot qu’il a lui-même inventé. C'est un hapax c'est-à-dire un raccourci direct d'un mot grec. Ce mot grec signifie "pli" mais un pli particulier, le pli d'un organe, d'un coquillage... Pour nous, le ptyx est un coquillage creux ! Bon courage !

Mallarmé tombe ainsi dans l’hermétisme, restreignant le plus possible le sens au lecteur, à moins qu’il n’ait à son tour une belle imagination poétique. C’est le cas des lecteurs de Short Edition !

Les auteurs

Paul Adam
1862 - 1920

nouvelle  

Paul Adam, romancier et publiciste est un touche-à-tout. Son premier au titre très évocateur, Chair molle, roman s'inscrit dans la ligne naturaliste, toutefois la justice le condamne. Mais rien ne repousse Paul Adam ; il se tourne vers le symbolisme, fréquentant Mallarmé et Moréas avec lequel il collabore pour le Thé chez Miranda et les Demoiselles Goubert. En outre, il possède un ...

Théodore de Banville
1823 - 1891

poésie   nouvelle   conte  

Théodore de Banville fut un ami intime de Charles Baudelaire, de Victor Hugo et de Théophile Gautier. Surnommé « le poète du bonheur », ses vers sont travaillés à l'extrême et tendent à la perfection formelle du poème. En ce sens, Banville est un des auteurs à l'origine du mouvement parnassien. Les Odes funambulesques sont le sommet de son art. Salué par Baudelaire puis Mallarmé,...

Henry Bataille
1872 - 1922

poésie  

Henry Bataille c'est l'amour du théâtre ! Il essuie un premier échec avec la Belle au bois dormant qui le décourage et se tourne vers la poésie mais la tentation des planches est bien plus forte. En 1896, il écrit la Lépreuse, drame symboliste qui va marquer le début de sa célébrité. Maman Colibri est l'une des pièces de Bataille qui va faire scandale ; c'est l'histoire d'une femme...

Charles Baudelaire
1821 - 1867

poésie   nouvelle   citations/pensées  

Avec la parution de ses Fleurs du Mal, en 1857, Baudelaire écope d'un procès pour atteinte aux bonnes mœurs. Il sera condamné à payer une amende de 300 francs et contraint de retirer six poèmes du recueil, parmi les plus beaux. Les pièces censurées ne seront réhabilitées qu'en 1949. Pour la première fois un poète concilie laideur et beauté, faisant surgir le sublime de la ...

Émile Blémont
1839 - 1927

poésie   nouvelle  

Émile Blémont, né Léon-Émile Petitdidier le 17 juillet 1839 à Paris et mort le 1er février 1927, est un poète et dramaturge français.

Lié à Victor Hugo, ainsi qu'aux poètes symbolistes et à ceux du Parnasse, cet auteur est l'un des fondateurs de La maison de la poésie et de la Société des poètes français.

Léon Bloy
1846 - 1917

nouvelle  

Romancier et essayiste, ce sont surtout ses textes polémiques qui se démarquent par une force de style sans équivalent à l'époque. Il compte parmi ses amis Jules Barbey d'Aurevilly, Villiers de L'Isle-Adam et J.-K. Huysmans. C'est dans son journal que l'on dégote les perles les plus délicieuses telles que : « Les riches environnent Paris comme une circonvallation de fumier autour d'une...

Tristan Corbière
1845 - 1875

poésie  

Tristan Corbière, de son vrai nom Edouard-Joachim Corbière – Tristan c’était plus swag à l’époque, enfin « romantique » – fait partie de ces poètes maudits morts à trente ans. En dehors de ce statut mortifère, Tristan est un poète à l’œuvre conséquente, remplie d’humour grinçant, d’images fortes et de vers puissants.
Tristan est laid, et il le sait – alors il...

Tola Dorian
1839 - 1918

poésie  

Poétesse d'origine russe, elle rédige ses textes en français peu après son arrivée en France et son mariage avec Charles Dorian, député du département de la Loire. Elle se mesure également à la traduction avec la pièce de Shelley, Les Cenci. Elle réussit à s'imposer dans le milieu littéraire parisien et utilise son influence dans les salons pour subventionner théâtres et ...

Louis Duchosal
1862 - 1901

poésie  

Que savons-nous de Louis Duchosal ?

1) Il est né en 1862
2) Il est mort en 1901
3) Il a vécu en Suisse
4) Plus précisément Genève.
5) Information essentielle : il était poète.
6) Ses yeux étaient bleus.
7) Il aimait le choux-fleur en béchamel.
8) Les informations précédentes ne sont en rien prouvées.

Avons-nous vraiment besoin de tout savoir ...

Max Elskamp
1862 - 1931

poésie  

Ce poète belge, natif d'Anvers, s'inscrit dans le courant symboliste mais se tient en marge. Son style très personnel, au rythme saccadé, est fait de vers courts. La proximité avec la langue néerlandaise l'inspire fortement, mais il reste attaché au français et est élu à l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique en 1921. À côté de son œuvre poétique,...

Charles Gill
1871 - 1918

poésie  

Charles Gill, québécois, n'était pas un très très bon élève au début de ses études !
Il préférait les pinceaux aux crayons de l'école et les rêverie près de la rivière plutôt que les leçons.
Il est passionné par la peinture et n'est pas dénué de talent. Il arrive à Paris pour réaliser son rêve ; devenir artiste. Très vite il se lie d'amitié avec des poètes, des...

Remy de Gourmont
1858 - 1915

poésie   nouvelle  

Remy de Gourmont, fondateur de la revue du Mercure de France, proche de Huysmans puis d'Alfred Jarry, ne tarde pas à devenir le plus éminent critique littéraire au tournant du siècle. Victime d'un lupus qui lui ronge le bas du visage, il vit reclus dans son appartement et consacre sa vie à l'étude. Son œuvre de polygraphe à la liberté d'esprit étonnante est peu à peu redécouverte ...

Jules Laforgue
1860 - 1887

poésie   nouvelle  

Poète on ne peut plus bizarre, né dans une fratrie de onze enfants à Montevideo en Uruguay et mort à Paris à 27 ans tout juste, Jules Laforgue est de ces énergumènes dont l'art refuse toutes les règles. Il est parmi les premiers à avoir écrit en vers libre, et il est reconnu, aux Etats-Unis notamment, comme un des plus grands poètes de langue française de la fin du XIXe ...

Charles Van Lerberghe
1861 - 1907

poésie  

Charles Van Lerbergue est l'un des principaux représentants du mouvement symboliste en Belgique.
C'est le recueil Entrevisions qui rend célèbre Van Lerbergue ainsi que le poème La Chanson d'Êve, véritable manifeste symboliste qui met en avant une femme guerrière.
Charles n'a écrit qu'un seul livre mais cela n'enlève rien à son talent.

Pierre Louÿs
1870 - 1925

œuvres érotiques   poésie   nouvelle  

Érotomane, érudit, poète, Pierre Louÿs professa tout le long de sa vie un goût pour le désir sous toutes ses formes. Se plaçant en héritier de la littérature libertine, son œuvre repose entièrement sur la femme. Mais il publia très peu de son vivant. Ce n'est qu'après son décès que tous ses écrits érotiques ont été découverts. Et lors de la vente de ses biens on retrouvera,...

Maurice Maeterlinck
1862 - 1949

poésie  

Poète, romancier et essayiste d'expression française, Maurice Maeterlinck est le seul auteur belge à ce jour à avoir reçu le prix Nobel de littérature. D'abord tourné vers le symbolisme, il rédige poèmes et pièces de théâtre puis se tourne vers des essais de nature métaphysique et entomologique. Au plus fort de ses revenus, il achètera aux enchères une villa, située au cap de ...

Stéphane Mallarmé
1842 - 1898

poésie   nouvelle  

Mallarmé est le poète le plus représentatif du courant symboliste. Figure incompréhensible pour certains ou génie lumineux pour d'autres, il est celui vers lequel se tourne toute une génération de jeunes auteurs. Le salon qu'il tient, tous les mardis, rue de Rome, fait office de lieu sacré pour bon nombre d'hommes de lettres. Malheureux si son cigare n'était pas allumé, il trouvait ...

Catulle Mendès
1841 - 1909

poésie  

Catulle Mendès appartient à la génération de Verlaine, Mallarmé, Zola, à celle du premier symbolisme et naturalisme. Il est le petit protégé de Théophile Gautier (si bien qu'il épousera sa fille) avec qui il fonde en 1859 la Revue fantaisiste, dans laquelle on sent les prémices du Parnasse. Il y publie des vers qui sont fort bien accueillis. Catulle Mendès était un homme ...

Éphraïm Mikhaël
1866 - 1890

poésie  

Mikhaël Ephraïm est né à Toulouse et prépare l'Ecole des chartes. Il est plongé dans l'atmosphère symboliste et participe à quelques revues. Ses maitres : Rimbaud et Baudelaire. Mikhaël n'est pas mal non plus dans son genre, le talent est bel et bien là. Il touche un peu au théâtre mais excelle en poésie. Il disparait très jeune, laissant une oeuvre qui ne demandait qu'à être ...

Jean Moréas
1856 - 1910

poésie  

Jean Moréas ou plutôt... Ioannis Papadiamantopoulos est né à Athènes. Sa famille émigrée de l'Epire vers la Morée lui inspirera son pseudonyme. Il voyage en France, en Allemagne, fréquente Verlaine puis Mallarmé ainsi que la société des Hydropathes. C'est avec le Thé chez Miranda et les Cantilènes qu'il devient connu et surtout qu'il met en lumière la mouvance décadente de ...

Charles Morice
1860 - 1919

poésie  

Charles Morice est un poète et essayiste français. Il est un acteur majeur du symbolisme. C'est lui qui annonce le passage du décadentisme au symbolisme avec Demain, questions d'esthétiques en 1888, qui devient deux ans plus tard La Littérature de tout à l'heure.
Néanmoins il gagne ses lettres de noblesse que bien plus tard, lorsqu'il se convertit au catholicisme. Son écriture ...

Rainer Maria Rilke
1875 - 1926

poésie  

« La première fois que je le rencontrai je me souviens combien son apparence me déconcerta. Petit, maigre, chétif, avec un visage osseux et singulièrement étroit, un grand front admirable, un long nez pointu, des moustaches chinoises, un menton presque absent, et ces beaux yeux verts, singuliers, qui illuminaient toute sa physionomie. »
Ces mots, d’Edmond Jaloux, rendent hommage à...

Arthur Rimbaud
1854 - 1891

poésie   œuvres érotiques   nouvelle  

Lui, le « voyant », renonce très tôt à l'écriture. Toute son œuvre est condensée en six années, de 1869 à 1875. Si l'on a tous en tête les titres de ses poèmes : « Le Bateau ivre », « Une saison en enfer »... on connaît un peu moins bien ses frasques de jeunesse, qui scandalisent la bourgeoisie et font de lui une figure poétique et rebelle indétronable : il se rend ivre ...

Georges Rodenbach
1855 - 1898

poésie  

Cet auteur symboliste belge est lié de près ou de loin avec tous les gens de lettres de son époque, en Belgique et en France. Ses poésies et ses nouvelles sont bien accueillies. Bruges-la-Morte, son ouvrage le plus connu, est le premier roman à contenir des photographies en guise d'illustrations. Dandy, mais homme discret, il s'éteint le soir de Noël 1898. Les messages de condoléances ...

Émile Verhaeren
1855 - 1916

poésie  

Emile Verhaeren écrit très vite de la poésie, notamment lorsqu'il côtoie Georges Robenbach au collège Sainte-Barbe. Docteur en droit en 1881, il devient stagiaire chez l'avocat Edmond Picard, qui va influencer les idées d'Emile par un socialisme subtilement revendiqué. Le poète est aussi très attiré par la peinture et va écrire pour Le journal des beaux-arts et de la littérature. ...

Paul Verlaine
1844 - 1896

poésie   œuvres érotiques  

Verlaine est le poète du clair-obscur : sa poésie, mélancolique, est toute entière bâtie en demi-teinte. S'il fait violence à la langue, c'est pour retranscrire la langueur avec laquelle le temps s'écoule. Sa liaison orageuse avec Rimbaud est restée fameuse ; après la rupture entre les deux hommes, Verlaine publiera les poèmes inédits de son ancien amant. « Prince des Poètes », ...

Auguste de Villiers de L’Isle-Adam
1838 - 1889

nouvelle  

Ce « génie », comme l'a qualifié Mallarmé, a laissé quelques œuvres singulières, parmi lesquelles Les Contes cruels qui dépeignent avec une ironie virtuose les travers de la bourgeoisie. Il joue également un rôle de premier ordre dans la naissance du théâtre symboliste avec sa pièce Axël. On raconte qu'il ne pouvait écrire qu'à plat ventre : l'inspiration lui venait plus ...

Lumières sur
Paul Verlaine

1844 - 1896

Verlaine est le poète du clair-obscur : sa poésie, mélancolique, est toute entière bâtie en demi-teinte. S'il fait violence à la langue, c'est pour retranscrire la langueur avec laquelle le temps s'écoule. Sa liaison orageuse avec Rimbaud est restée fameuse ; après la rupture entre les deux hommes, Verlaine publiera les poèmes inédits de son ancien amant. « Prince des Poètes », il passe ses dernières années dans la déchéance la plus totale, alcoolique, diabétique, ...

EN SAVOIR +

La bise se rue à travers

La bise se rue à travers
Les buissons tout noirs et tout verts,
Glaçant la neige éparpillée
Dans la campagne ensoleillée.
L’odeur est aigre près des bois,
L’horizon chante avec des voix,
Les coqs des clochers des villages
Luisent crûment sur les nuages.
C’est délicieux de marcher
À travers ce brouillard léger
Qu’un vent taquin parfois retrousse.
Ah ! fi de mon vieux feu qui tousse !
J’ai des fourmis plein les ...

LIRE LA SUITE