Tes cheveux

il y a
1 min
29
lectures
2
J’étais subjugué par ses cheveux...
Telle une caresse sur mon âme,
Leurs ondulations hypnotiques
Tenaient mon regard captif.
Mes doigts, emprisonnés à sa chevelure
Entremêlait mon esprit de douceur.

J’y dessinais... des heures :
Des Néréides et leurs montures,
Des corps massifs,
Aux destinées futures.
Mon cœur y dévoilait la femme.
Et je ne voyais qu’elle.

J’en oubliais le monde,
Comme auprès d’un ruisseau,
Rêveur serein, empli de calme
Et de beautés sublimes.
2

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,