Les yeux verts de la nuit

il y a
1 min
474
lectures
40
Qualifié

J'écris de la poésie dans un style sombre, fantastique ou psychédélique. Mes auteurs préférés sont Baudelaire et Théophile Gautier. J'aime quand la poésie emmène ailleurs, dans une autre ... [+]

Image de Grand Prix - Été 2021
Image de Poèmes

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Le soleil sombre au bout du jour,
S'écroule le temps sur la pendule.
Encore une journée sans retour,
Sonne le rouge du crépuscule.
Un silence traverse la nuit,
fragile comme un linceul de verre.
Une vision apocalyptique,
Des visages hurlant sur la mer.
Le vert de ses yeux qui s'allument
Chante comme une forêt en hiver.
Ce soir la nuit n'a pas de lune,
Elle s'est noyée dans sa lumière.
Un son bleu vient te réveiller
De ce sommeil au bois d'orient.
Dans cette musique azurée
Dansent des farfadets riants.
Et dans les vapeurs opiacées
Brillent les yeux verts de la nuit.
Au fond de leurs gouffres glacés
Fanent les fleurs du paradis.
40

Un petit mot pour l'auteur ? 24 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Philippe Pays
Philippe Pays · il y a
Très beau texte exalté. Un monde fascinant, fantasmagorique, hallucinatoire. Il y a du Maldoror...
Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Merci Philippe, je suis très touchée par votre commentaire. Oui, j'aime créer ce genre de monde et d'ambiance que vous avez si bien décrits, cet ailleurs où les sens se confondent comme sous l'effet d'une drogue ou d'un envoûtement, mais pas simple de toujours trouver la bonne inspiration...
Image de Carl Pax
Carl Pax · il y a
j'ai évidemment pensé à Baudelaire, mais davantage dans un premier temps à La fée verte, à cause des yeux verts, et aussi par rapport aux "fleurs du paradis". J'ai beaucoup aimé cet abandon mélancolique entrecoupé de sorte de flashs en contraste.
Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Merci Carl de vous être plongé dans les yeux verts de la nuit...En effet, le vert est une couleur pleine de connotations et de mystère, donc très inspirante...
Au XIXème siècle, le hachisch se consommait sous la forme d'une confiture verte que l'on prenait à la petite cuillère et provoquait des hallucinations et des synesthésies. Par exemple, les sons revêtaient des couleurs. C'est cette ambiance que j'ai essayé de reproduire dans mon poème d'où cette écriture mélancolique avec des effets de flashs et de contrastes comme vous le décrivez si bien.
ça m'a été inspiré après la lecture des "paradis artificiels" de Baudelaire où il exprime clairement que le poète n'a pas besoin de consommer des drogues pour créer cet ailleurs qu'est la poésie où "les parfums, les couleurs et les sons se répondent".

Image de Carl Pax
Carl Pax · il y a
Je ne suis pas du tout calé en poésie mais j'aime me sentir emporté. Comme ici, par des impressions, des images qui produisent sons, parfums et sensations, où les sens se diluent subtilement.
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Vif & coloré ♫
Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Merci beaucoup.
Image de Flor Ever
Flor Ever · il y a
Je pense en te lisant au tsunami, une vision apocalyptique
Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Oui, une atmosphère apocalyptique avec des hallucinations où tous les sens sont déréglés. J'ai utilisé des synesthésies littéraires en hommage au club des haschischins: Baudelaire, Gautier, Poe etc.
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Des yeux fascinants de mystère..
Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Oui, des yeux ensorcelants provoquant des synesthésies comme les effets du haschisch au XIXème.
Image de Graloup
Graloup · il y a
Oui pour Théophile Gautier poète injustement délaissé aujourd'hui et formidable auteur de nouvelles fantastiques (La morte amoureuse). De Baudelaire j'aime surtout les poèmes en prose. Vous n'avez pas peur d'une certaine préciosité (la qualité de ce qu'on estime précieux). J'apprécie.
Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Non, je ne crains que la médiocrité.
Merci pour votre message et votre appréciation positive.

Image de Salima Salam
Salima Salam · il y a
Très curieux. L'irrégularité du mètre me déstabilise un peu venant de vous, je la prends comme procédé de style, la force des images m'impressionne.
Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Hello,
Le mètre n'est pas régulier car, à la base, j'étais partie pour écrire une chanson. Donc, la plupart des "e" sont muets. En fait, ça se lit comme de la prose et ça se prononce comme le langage oral. Transformer les vers en mètre classique ferait perdre au texte son énergie et sa cadence lancinante.
Pour la force des images, c'est parce qu'il s'agit de synesthésies littéraires, figure de style dont je suis fan, et d'hallucinations comme sous l'effet d'une drogue (le haschisch qui était consommé au XIXème sous la forme d'une confiture verte). C'est un clin d’œil au club des haschischins du XIXème et à Baudelaire qui utilisait aussi des synesthésies (cf. le poème Correspondances).
Merci pour ta lecture. Je suis très flattée.

Image de Salima Salam
Salima Salam · il y a
Sorgel dit bien dans son Traité que même les discidents appliquent les grandes lois poétiques touchant au rythme du vers. Il m'avait alors semblé que Les yeux verts de la nuit pourraient être des octosyllabes selon les discidents, mais je n'étais pas allée au bout de cette réflexion.
Merci pour toutes ces explications.

Bonne soirée !

Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Oui, le rythme est celui de l'octosyllabe à partir du moment où les "e" sont muets.
Et, en chanson, les vers peuvent avoir une ou deux syllabes de différence sans que cela casse le rythme et la musicalité. C'est une question d'oreille rythmique. Et si, en plus, on a l'oreille poétique, alors là, c'est le pompon...

Image de Saber Lahmidi
Saber Lahmidi · il y a
C'est joli !
Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Merci beaucoup!
Image de Hans Helskald
Hans Helskald · il y a
Tellement sinistre que ça en devient beau, j'ai apprécié
Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Merci Hans. C'est une atmosphère un peu Baudelairienne avec des synesthésies inspirées par les effets du haschich, une confiture verte consommée au XIXÉME.
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Des images infernales mais oniriques, oscillants entre cauchemars et hallucinations, dans la danse des mots. Magnifique.
Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Un grand merci Félix pour ce commentaire riche et inspiré. ça m'a été inspiré par la lecture des "paradis artificiels" de Baudelaire et "Le club des hachichins" de Théophile Gautier. Le procédé stylistique utilisé est la synesthésie littéraire.
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
Merci beaucoup pour ces précisions, Angie. Je connaissais le club des hachichins, mais je découvre grâce à vous le nom de ce procédé littéraire ! C'est ça que j'aime sur Short ! Lire de belles choses et accroître mes connaissances quotidiennement ! Merci Angie !

Vous aimerez aussi !