Le Pilori

il y a
2 min
386
lectures
43
Qualifié

Psychomotricien à la retraite, je consacre davantage de temps à l'écriture. En 2004, j'ai écrit un ouvrage traitant de mon travail clinique, publié chez Vernazobres-Grego, et ai eu le plaisi ... [+]

Image de Grand Prix - Automne 2021
Image de Poèmes

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Le bossu arriva au cul d'une charrette,
Bien vite on l'entrava : lanières et chaînettes
Lui entraient dans la chair ; il était étonné,
On le connaissait sourd, on l'eût dit aveuglé.
Il fut mis à genoux, sur le bois circulaire,
On ôta sa chemise et il se laissa faire,
Pourtant, de temps à autre, il soufflait bruyamment
Comme un veau dont la tête oscille en ballotant.

L'amorce d'un fou rire essaima dans la foule
Puis enfla sur la place, une forme de houle :
Au spectacle effrayant de sa gibbosité
Se mêlaient des accents d'une folle gaieté.
La stupeur se peignit sur la face difforme
Quand la roue entama sa révolution ;
Le fouet amorça d'amples rotations
Pour s'abattre soudain sur la gargouille informe !
Bientôt le sang jaillit, on le vit ruisseler
Par mille et un filets sur les noires épaules,
Et la grêle lanière, semblant hors de contrôle,
Aspergeait de vermeil le peuple amoncelé.

Du condamné, pour fuir ce terrible supplice,
Prodigieux, puissant, tendu était l'effort.
L'étonnement passé, résigné et complice,
Son œil unique il referma et fit le mort.
Dès lors, ne bougea plus. Les coups pleins de furie
Du tourmenteur zélé, servant de la tuerie,
S'excitant, s'enivrant de l'exécution
Ne purent lui tirer la moindre émotion.

La flagellation, enfin était finie ;
Deux valets lavèrent le torse du patient,
Le frottèrent avec une sorte d'onguent.
Le peuple insatisfait, fidèle à sa manie,
Demandait encore plus, l'œil sur le pilori ;
Il ne partirait pas avant d'avoir bien ri !
Les injures pleuvaient, les rires et les pierres,

Sur le pauvre bossu ignorant les prières.
S'agitant de nouveau, il se mit à crier :
— À boire ! en aboyant, pareil au lévrier !
Mais sa détresse – humaine – excita l'assemblée,
Le raillant sur sa soif, sur sa face empourprée.

— À boire ! enchaîna-t-il pour la troisième fois
Avant de se trouver apeuré et pantois :
Une jeune fille, bizarrement vêtue,
Émergea de la foule. Une allure têtue
Se lisait sur son front que ceignait un bandeau,
Une petite chèvre accolée à son dos.
Notre belle monta rapidement l'échelle,
Se saisit d'une gourde, et tout comme une écuelle
La porta doucement aux lèvres du damné.
Et dans son œil alors si sec et si brûlé,
Une larme roula qui tomba, pathétique,
Le long de son visage affreux, inesthétique.

Sa soif était ardente et il but à longs traits,
Attentif à la femme aux candides attraits.
Quand il en eut fini, il allongea ses lèvres
Pour lui baiser la main, emporté par sa fièvre
Amoureuse, éperdue. Oh ! spectacle touchant
Que cette belle fille à l'aspect si charmant
Pieusement accourue auprès d'un misérable
— Sourd, difforme et méchant – d'un élan charitable.
Le peuple en fut saisi et il battit des mains
Comme s'il découvrait sous le bossu l'humain.
43

Un petit mot pour l'auteur ? 81 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Patmarch
Patmarch · il y a
Techniquement du bel ouvrage en hommage à notre illustre Victor. Bravo vraiment!
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci pour le compliment :)
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Une jolie fin, assez inattendue. Voilà de quoi réhabiliter la meute. Le bossu, pour son bonheur, ne s'en remettra pas, va-t'il apprendre à sourire? Il faut peu de chose pour retrouver l'humanité. Bravo à l'auteur. Amitiés.
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci beaucoup Christophe !
Image de Salima Salam
Salima Salam · il y a
Comme c'est horrible ! Horrible ! Sauf la fin, mais la fin ne fait que souligner la stupidité du début, n'est-ce pas ?
Cet effet de masse est vraiment affolant.

Enfin, très bien écrit l'ensemble, ici une césure dérangeante :
Son œil unique il referma et fit le mort.
L'ensemble est très imagé, très plastique, très fort. Ça me plaît.

Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci une nouvelle fois, Safia, je suis d'accord avec la césure que vous mentionnez qui n'est pas heureuse.
Image de Brigitte Bardou
Brigitte Bardou · il y a
qu'il est dur et beau ce poème ! Heureusement la fin apporte sa lumière.
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci pour ce compliment, et j'en profite pour vous inviter à donnez votre avis sur la place de la poésie classique sur Short, sur les topics de S. Salam et de moi-même, rubrique le Tam-tam, car nous sommes quelques personnes à estimer qu'elle reste un genre mineur, non suffisamment considérée et couronnée.
Image de Carl Pax
Carl Pax · il y a
La cruauté aux yeux étincelants de la masse qui se dégage de toute forme de conscience, portée par un cerveau unique. ça me fait écho à ces pauvres femmes tondues en public. Esméralda déterminée à imposer son humanité. Et également votre talent à tourner les rimes. Au final, une note d'un bel espoir, l'humanité retrouvée.
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci Carl pour cette analyse qui rappelle en effet la bêtise de la foule, que l'on peut faire changer d'avis facilement grâce à des paroles ou des actes forts, mais cela vaut dans les deux directions.
Image de Carl Pax
Carl Pax · il y a
Je trouve que c'est très vrai, on en a encore des exemples contemporains....
Image de Mickaël Gasnier
Mickaël Gasnier · il y a
Félicitations Joël
Beau rendu
Sur ce bossu...
Mon soutien et rien d'autre ce que je voulais dire a été dit dans les commentaires ci-dessous.
À bientôt sur nos lignes

Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci beaucoup Mickaël :)
Image de Gérard Pinson
Gérard Pinson · il y a
Très émouvant Joël, ensemble très bien mené avec la lumière au bout du tunnel. Bravo !
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci Gérard, vos poèmes érotico-gaulois - c'est ainsi que les vois - me donnent envie de m'y mettre, un jour peut-être...
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
La scène est dure, comme la vie, mais moins que les hommes... tout est sombre. Tout s'assombrit encore. Et puis soudain, l'éclair... bien beau texte.
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci beaucoup Philippe :-)
Image de Ray dit Kourgarou
Ray dit Kourgarou · il y a
J'ai particulièrement apprécié votre écriture.
La "transposition" est parfaitement maîtrisée et interprétée et, si vous permettez le jeu de mot, en vers et contre tous telle "l'histoire" originale.
Bravo.

Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci pour cet éloge !
Image de Gali Nette
Gali Nette · il y a
Très beau texte sur la cruauté des foules face à la différence, mais qu'un acte charitable peut émouvoir aussi.
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Il est vrai qu'Hugo savait y faire en matière d'humanisme :)
Image de de l air
de l air · il y a
Je me crus, maintes fois, tandis que je lisais,
Chez Victor et son art de rendre beau le laid.
Belle poésie, merci Joël !

Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Un grand merci pour ce compliment en vers, est-ce de vous où l'avez-vous emprunté ?
Image de de l air
de l air · il y a
C'est de moi.
Votre texte m'a inspiré !

Image de Joël Riou
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
On retrouve l'esprit d'Hugo, dans cette scène cruelle de Quasimodo au pilori, fort bien mise en vers.
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci Guy, si l'esprit de Hugo est présent dans mo poème, certains de ses mots aussi.
Image de Jobic de La Roche
Jobic de La Roche · il y a
C'est aussi cru que du Jean Teulé.
Mon vote.

Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci Alain, je n'ai pas lu Teulé, mais vu lors d' émissions littéraires. Il est sympathique et truculent, le compagnon de MIOU-MIOU. A l'occasion , je me plongerai dans ses romans.
Image de Jobic de La Roche
Jobic de La Roche · il y a
Attention, ça décoiffe !
Je connais plusieurs personnes qui n'ont pas pu finir « Je, François Villon » ni « Mangez-le si vous voulez ».
Âmes sensibles s'abstenir.

Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
J'ai en tête le résumé qu'il avait fait de "Mangez-le si vous voulez", histoire véridique horrible. Je crois qu'il a également écrit sur Héloïse et Abélard.
Image de Jobic de La Roche
Jobic de La Roche · il y a
Oui et sur le marquis de Montespan. EXCELLENT.
Les petits shortiens qui se la joue peuvent s'accrocher. 😄
Moi je ne suis qu'un vieux conteur cacochyme des Côtes du Nord.

Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
C'est magnifiquement écrit, Joël, mais si dur !
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Duralex sed lex ! (la loi est dure mais c'est la loi, !) comme on disait autrefois. Merci Marie !
Image de Olivier Descamps
Olivier Descamps · il y a
Bel hommage à Quasimodo et Esmeralda ! Malgré une scène dure, l'humanité se manifeste dans le geste simple d'amour universel d'une paria de l'époque.
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci Olivier, il est vrai que chez Hugo, l'humanité est toujours présente dans ses oeuvres.
Image de Gilles Pascual
Gilles Pascual · il y a
Quelle affreuseté que ce destin, quelles souffrances... Superbe texte que j'aime et encourage.
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci Gilles, pour l'encouragement :)
Image de Champo Lion
Champo Lion · il y a
Hello Joël!
Très beau texte Joël!
Moi que la poésie classique endort bien souvent, j'ai vibré à ces accents hugoliens.
Champolion

Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci à toi, je te souhaite de bonnes lectures de poésie classique qui n'endorment pas, Maupassant par exemple.
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Une transposition réussie de "Notre Dame de Paris". Fort et beau.
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Un grand merci à toi !
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
C'est beau ...que dire de plus ? ... Bravo !
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci Viviane pour votre appréciation. Cet écrit a certainement touché votre sensibilité que je devine intense.
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Oui, cela m'a touchée ... c'est grave et superbe ... une tragédie que vous avez su faire vibrer ...Merci beaucoup de votre réponse et belle soirée à vous, Joël !
Image de JL DRANEM
JL DRANEM · il y a
Une belle interprétation d'un passage de Notre Dame de Paris !
La disgrâce au moyen-âge était signe de raillerie et de spectacle ...

Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci JL, la disgrâce est encore, de nos jours, signe de raillerie, la bêtise traversant les époques.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Et s'il n'en reste qu'une, face à la horde infâme, pour apporter le réconfort au malheureux fouetté parce que différent. Une belle preuve que l'humanité existe.
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Un grand merci John de m'avoir lu, car j'ai cru comprendre que la poésie n'était pas ce que tu appréciais le plus. Le sujet a dû t'intéresser au demeurant.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Pardi ! Là, c'était pour moi compréhensible
Image de Pierre-Hervé Thivoyon
Pierre-Hervé Thivoyon · il y a
Sous la douceur des alexandrins, des lambeaux de chair et d'humanité.
Bravo !

Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Quel aimable commentaire !
Image de Georges Saquet
Georges Saquet · il y a
Magnifique écriture ! Mon vote.
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
J'apprécie le compliment, Georges.
Image de VERONIK DAN
VERONIK DAN · il y a
Terrible ce pauvre hère cloué au pilori, sauvé par une belle. Magnifique ! Tout comme J-Yves je vous souhaite d'aller le plus loin possible, il le mérite grandement.
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
@Véronique,
Merci Véronique, mais seul le jury est souverain...

Image de Blackmamba Delabas
Blackmamba Delabas · il y a
Sauvé, sauvé...
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Ce n'est cependant pas Boudu sauvé des eaux :)
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Y'a d'l'Hugo dans l'air ♫ Et de l'Hugo dans ces vers, l'air de rien ♪
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
A ne pas confondre avec " Y'a de l'Urgo dans l'air" ni " Y'a d'la Rumba dans l'air" ! Voyez où vos petites notes de musique me conduisent :)
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Oups, c'était juste un tout petit peu fait exprès ♫♪♫
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Un texte fort bien écrit qui se lit d'une traite
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci Ombrage, s'il se lit d'une traite, il ne s'est pas écrit d'une traite !
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Je me doute bien :)
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Oui, bien sûr, le plus dur est de cerner un sujet dans un océan de phrases, et d'aller à l'essentiel, rester concis et fidèle, mais je ne vous apprends rien.
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Joli et féroce !
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Concis mais sympathique !
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
La versatilité de la foule est bien connue. Poème narratif bien travaillé, j’aurais aimé savoir si le condamné fut gracié (son supplice écourté) grâce à l’intervention de la belle, comme c’est le cas pour les personnages d’origine.
J’ 💖 et je vote.

Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci Fred pour le compliment. Je viens de relire la fin du supplice de Quasimodo dans le roman dans sa version poche, mais je ne trouve pas trace d'une quelconque grâce dans le récit ; je vous livre la phrase qui clôt cet épisode : " l'heure était venue de remmener Quasimodo. On le détacha et la foule se dispersa. " L'intervention d' Esméralda n'abrégea donc pas le déroulement du châtiment, mais changea l'humeur de la foule. je cite à nouveau la phrase de Hugo : " C'eût été partout un spectacle touchant que cette belle fille, fraîche, pure, charmante, et si faible en même temps, ainsi pieusement accourue au secours de tant de misère, de difformité et de méchanceté. Sur un pilori, ce spectacle était sublime. Tout ce peuple lui-même en fut saisi et se mit à battre des mains en criant : Noël ! Noël ! ". J'espère que nos échanges autour de mon écrit donneront l'envie de lire ou relire Hugo ! Au fait, j'attends avec impatience votre analyse de mon poème sur la bataille d'Eylau :)
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Un tableau terrifiant qui témoigne des appétits sanguinaires de badauds excités par la vue du sang.
Une écriture puissante , imagée ,réaliste .
Victor Hugo en serait saisi !

Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Que d'éloges dont le mérite revient essentiellement à Hugo ! Je me suis appliqué à reprendre certaines de ses phrases, à les adapter en fonction des nécessités de la métrique, d'y ajouter un zeste de créativité, en me laissant porter par le souffle épique de notre grand homme.
Image de JAC B
JAC B · il y a
Le sujet n'est pas facile mais le défi est relevé, Quasimodo et Esmeralda sont bien mis en scène dans ces alexandrins soignés et évocateurs..Bonne continuation Joël
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci à vous Jac, je me suis contenté de prendre un extrait du roman pour tenter de mettre en valeur les différents degrés des sentiments humains et comme l'a bien dit Patrick, d'envisager l'altérité sous l'angle de l'humanité.
Image de JAC B
JAC B · il y a
J’y ai surtout trouvé une évocation de l’estampe de François Rouget qui était graveur sur bois.
https://www.parismuseescollections.paris.fr/fr/maison-de-victor-hugo/oeuvres/notre-dame-de-paris-quasimodo-au-pilori-0

Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci de nous avoir transmis le document qui illustre bien le supplice enduré par notre héros. Il est à noter que le fouet utilisé comporte plusieurs lanières, comme dans le roman. Pour des raisons de versification liées au nombre de syllabes, je n'ai décrit qu'une lanière. J'espère que les lecteurs ( sans écriture inclusive), me pardonneront cette légère entorse à la véracité du récit.
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
On pense bien sûr à Quasimodo et à Esméralda quant aux "personnages". Mais les vrais protagonistes, ce sont ces croquants à l'instinct grégaire et cruel tout étonnés de découvrir que derrière "l'autre", "le différent", "le difforme", "l'étranger", "le dissemblable"...se cache peut-être un humain. Excellent texte sur la forme et sur le fond :-))
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Je vous remercie Patrick pour votre commentaire et votre analyse. Je n'ai pas grand mérite à avoir tenté de respecter le fond et la forme (adaptée) du roman de Hugo. Toute l'humanité est présente dans ses écrits et c'est ce qui fait une partie de son génie.
Image de Marie Guzman
Marie Guzman · il y a
de la chair de la souffrance et des bêtes humaines en spectateurs immondes, puis la grâce qui soulage son pauvre quasimodo
une poésie qui aurait plu à Rabelais

Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci Marie pour votre appréciation et votre référence à Rabelais, que je devrais relire pour mieux saisir votre propos.
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Très beau poème aux accents hugoliens. Esméralda,Quasimodo sont présents mais on peut imaginer que d'autres personnes secourables se soient, ailleurs, désolidarisées de la foule bestiale.
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci beaucoup pour ce compliment Eva. j'ai repris le texte de Hugo et l'ai travaillé à ma "sauce", ainsi que je me plais à le faire avec des romans classiques depuis quelque temps, en tentant d'en garder l'esprit. Quant à la foule, par définition, elle peut varier dans ses émotions et passer de la haine à l'empathie comme l'on dit à présent en un rien de temps.

Vous aimerez aussi !