Le hublot

il y a
1 min
136
lectures
25
Qualifié
À travers un hublot, je sens l'éternité
D'eaux tumultueuses de vagues déferlant
Là où le pacifique en son immensité,
Impétueux désert, se gonfle en écumant.

À travers un hublot, je reste avec bonheur
À regarder flotter le linge coloré
Séchant au bord de rues aux multiples senteurs
De fleurs exotiques et de plats épicés.

À travers un hublot, je vois tourbillonner
La neige voltigeant, en nuages blafards,
Qui va s'unir bientôt en volutes glacées
Aux embruns soulevés par un coup de blizzard.

À travers un hublot, je me prends à rêver
À l'onde cristalline, à ces plages désertes
Aux sables blancs et chauds et doux comme un baiser
Que je vole un instant sur tes lèvres offertes.

Je m'évade, je fuis, me laisse dériver
À travers un hublot de machine à laver...
25

Un petit mot pour l'auteur ? 39 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Excellent!
Cela me rappelle le temps de la télé en noir et blanc. Pour avoir la couleur, on asseyait pépé devant la machine à laver, et il était content. Avec l'âge, on devient moins exigeant...

Image de Daisy Reuse
Daisy Reuse · il y a
Une belle idée de chute avec ce hublot d'un genre nouveau et inattendu pour voyager ! J'aime beaucoup.
Image de Philippe Caizergues
Philippe Caizergues · il y a
Merci, Daisy, de voyager à travers mon "hublot".
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
Jolie idée
Image de Philippe Caizergues
Image de Annick Chardine
Annick Chardine · il y a
Il suffit de peu de choses pour accrocher ses rêves !

Très belle avant-dernière strophe :

"À travers un hublot, je me prends à rêver
À l'onde cristalline, à ces plages désertes
Aux sables blancs et chauds et doux comme un baiser
Que je vole un instant sur tes lèvres offertes."

Image de Philippe Caizergues
Philippe Caizergues · il y a
Merci Annick de ce commentaire qui me fait très plaisir. La poésie est partout, la preuve...
Image de Michel Dréan
Michel Dréan · il y a
Une jolie chute dans un poème, ce n'est pas si courant Philippe ! Bravo.
Image de Philippe Caizergues
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Ah, voilà ! la fin vient résoudre l'énigme. Je me demandais comment ou pouvait par un hublot, donc ai-je cru à tort , en restant dans un bateau, contempler non seulement les vagues déchainées et les plages décrites dans ce poème ( normal jusqu'ici ) mais aussi pénétrer suffisamment dans les terres pour y découvrir du linge qui sèche aux fenêtres. Les deux dernières lignes offrent l'explication et elle se tient : par un hublot de machine à laver on peut en effet humer le linge aux effluves exotiques et dépaysantes, contempler des vagues, de la neige formée par la mousse. Texte ludique, qui tient en haleine, n'oublie pas d'être poétique et dont l'idée révélée à la fin est très originale. J'adore ce poème !
Image de Philippe Caizergues
Philippe Caizergues · il y a
Merci beaucoup Sylvie, de m'avoir suivi devant ce hublot. Vous avez tout compris, les vagues, le linge, la neige, reste le baiser à mon épouse, celle qui a lancé la lessive ... Merci pour ces compliments qui me font bien plaisir
Image de rafik chabbi
rafik chabbi · il y a
Faire un magnifique poème avec une machine à laver … C'est ça le talent !
Image de Philippe Caizergues
Philippe Caizergues · il y a
Tout est dans l'imaginaire ... Merci Rafik
Image de Agnès Rémond
Agnès Rémond · il y a
Bien joué, bravo ! C'est excellent ! :-)
Image de Philippe Caizergues
Image de Eva Dayer
Eva Dayer · il y a
Les petits voyages ouvrent de vastes horizons ...
Image de Philippe Caizergues
Philippe Caizergues · il y a
... et les voyages à la maison sont les moins fatigants
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Un peu comme Alice...
Image de Philippe Caizergues
Philippe Caizergues · il y a
attention à la consommation d'eau et d'électricité !

Vous aimerez aussi !