Le grand héron

il y a
1 min
378
lectures
43
Qualifié

« La poésie est cette musique que tout homme porte en soi » William Shakespeare Je rajouterai bien sûr «  et femme ». Bonne lecture à tous.

Image de Grand Prix - Printemps 2017
Image de Poèmes

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Sur le bord de l’étang le Grand Héron s’étire.
Durant les mois d’hiver, pourra-t-il vivre, là,
Caché dans le marais, à l’abri de la pluie,
Du vent et des grands froids ?
Il lisse son plumage puis incline la tête.
Il regarde là-haut, avance lentement,
S’arrête.
Il allonge le cou, et soudain, se détend,
Plonge son bec dans l’eau,
Cueille une salamandre qu’il avale en gloussant.
Il s’envole soudain vers la cime d’un frêne,
Mais repart aussitôt.
Il tourne dans le ciel, émet un cri puissant.
Il se pose à nouveau,
Au loin, dans les roseaux,
Disparaît un instant
A la vue du passant,
Puis, revient s’admirer dans l’étang qui scintille
Le soir, dans le couchant.

43

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !