En fallait-il de l’amour ?

il y a
1 min
458
lectures
18
Qualifié

On m’a dit « un peu décalé ». J’ai eu une vie professionnelle variée, marquée par la publicité, et surtout par 25 ans comme éducateur puis directeur, au Ministère de la Justice. Je ... [+]

Image de Grand Prix - Automne 2021
Image de Poèmes

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

En fallait-il de l'amour ?
Pour travailler au fond du puits à trois-cents mètres dessous.
Ils avaient la « gueule noire » et l'amitié ancrée au cœur.
Ils y allaient, ça va de soi, quand le père était mineur.
Le certif ils l'avaient parfois
Mais le trou les mangeait.
Il fallait bien descendre, pour ça ils étaient faits ?
Les gosses couraient dans les corons
Et les femmes attendaient sur le pas des maisons.
Mais au fond du fond, pourquoi aller au fond ?
Fallait-il de l'amour pour descendre ?
En ressortir le soir ou le matin avec une gueule de cendre ?
Ils croisaient les copains qui leur laissaient la place.
Eux, ils étaient leurs frères.
Pour eux ils avaient de l'amour. Mais le charbon ? C'était pour qui ?
Pour eux un peu, bien sûr, mais pour ceux de Paris,
Ou bien ceux de Marseille
Qui voyaient le soleil ?
Oui ! ceux-là on peut dire que sans même le savoir,
Ils les aimaient aussi tout au fond du trou noir.
18

Un petit mot pour l'auteur ? 18 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Felix Culpa
Felix Culpa · il y a
On a besoin d'amour quand on est au fond du trou. Un poème magnifique. Je m'abonne à votre page.
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
J'ai beaucoup écrit sur les gueules noires. Je crois que ça remonte à Germinal et aux films que j'ai commencé à voir dans les années soixante. Un sujet évoqué avec justesse et poésie. Mon soutien et je profite de cette lecture pour m'abonner à votre page :-)
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Très beau poème qui dépeint profondément ce trou noir dans lequel certains se tuaient à la tâche
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Bel hommage qui fait écho à la chanson de Bachelet.
Image de Georges Saquet
Georges Saquet · il y a
Emouvant et très évocateur ! Un bel hommage ... Mon vote.
Image de Daisy Reuse
Daisy Reuse · il y a
De ce beau poème, il m'est revenu en mémoire ces tragédies des mines dans les années 60. En fallait-il de l'amour et du courage pour affronter les dangers de ce métier !
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Un beau poème hommage... en écho la voix de Pierre Bachelet.
Image de JAC B
JAC B · il y a
Une prose poétique plus qu'un poème sur un thème qui attire l'empathie.Je like Guy
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
J’aime l’hommage aux gueules noires empreint de sincérité autant que d’amertume en empathie avec leur rude travail.
Pardon pour le manque d’originalité de mon commentaire (je ne l’ai vu qu’après).
En écho à une réponse précédente : quels sont vos poèmes préférés ? Je me ferai un plaisir de les lire.

Image de Guy Aïchouba
Guy Aïchouba · il y a
Merci Fred. J'ai pas mal de poèmes préférés. Aurélie, Ira, Ophélie, ma tristesse...
Image de Flore Anna
Flore Anna · il y a
"En fallait-il"...Il y avait une famille à nourrir, et pas le temps de philosopher. Des vers libres, en écho à la chanson de Pierre Bachelet. Des mots simples...de l'empathie.
Image de Guy Aïchouba
Guy Aïchouba · il y a
Oui vous avez parfaitement raison. Je pense à la pyramide de Maslow. Mais il plane sans doute au-dessus de chaque œuvre humaine quelque chose qui m'interroge. Quand je pense à la force du sentiment qui liait ces hommes à leur travail ! Leur tristesse quand leur puit fermait ! cela allait au-delà des bouches à nourrir. Ils vivaient un enfer et pourtant... Je trouve cela stupéfiant.
Image de Pierre-Hervé Thivoyon
Pierre-Hervé Thivoyon · il y a
Bravo pour ce texte hommage et cette admiration stupéfaite (ou cette stupéfaction admirative).

Vous aimerez aussi !