Trouver sa place

il y a
2 min
763
lectures
131
Finaliste
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Qu'est-ce qui peut pousser une personne à allumer un incendie ? À quoi pense-t-elle ? Que peut-elle ressentir ? Qui a dit qu'il existait des limites

Lire la suite
Une fumée épaisse recouvrait le village.
Du haut d'une colline, Paloma la regardait.
L'incendie s'était déclenché dans la nuit. Même de là où était Paloma, la fumée piquait les yeux. C'était très tôt le matin et on entendait les cris et gémissements des habitants qui prenaient la mesure des désastres. Ils avaient été jetés hors de chez eux, les yeux encore pleins de rêves et de sommeil, tentant de sauver les enfants qui dormaient en haut, le grand-père ou la grand-mère, le chat, le chien, les quelques bricoles auxquelles ils avaient eu le temps de penser. À leur réveil brutal, l'endroit où ils étaient le plus en sécurité s'était transformé en piège mortel. Et même ceux qui avaient eu la chance de ne pas avoir perdu un être aimé resteraient enfermés quelque temps dans un endroit de sidération où les mots ne servent à rien, où l'esprit se bloque devant l'étendue de ce qui est perdu et l'impossibilité à penser ce qui est à recommencer.
Paloma connaissait bien cet état. Elle l'avait vécu plusieurs fois dans son existence.
À la mort brutale de ses parents quand elle était encore une petite fille confiante, le jour de ses dix-huit ans à sa sortie de l'institution qui l'avait jetée à la rue, à son entrée en prison, à sa sortie, et la dernière fois, dans ce village.
Il lui avait pourtant paru un lieu possible de rédemption avec son clocher joliment perché au-dessus des maisons blanches aux toits rouges, se détachant gaiement sur les montagnes vertes. Un paysage de carte postale. Paloma s'y était laissé prendre. On aurait pu dire d'elle qu'elle était méfiante, rusée, rouée, dure mais naïve, non, certes non. Et pourtant, elle avait cru à un nouveau départ possible.
Peu de temps après son arrivée, elle avait été embauchée comme serveuse dans un des trois cafés du village. Elle logeait en haut, dans une petite chambre mise à disposition par le patron, qui lui retirait le loyer de son salaire. Pour la première fois, Paloma comprit ce que signifiait se sentir en sécurité ; elle avait une place pour exister, un endroit pour dormir, et quand elle était dans son lit moelleux, elle s'imaginait tel le lapin dans son terrier, celui du conte que sa mère lui lisait petite. Elle se voyait dans le lit, lit qui était dans une chambre, chambre dans une maison, maison dans un village et village dans une vallée. Et les emboitements successifs de cette litanie magique de l'enfance la rassuraient merveilleusement.
Et puis, quelqu'un avait appris d'où elle venait et tout était redevenu comme avant. Les visages s'étaient fermés, le patron l'avait licenciée, chassée de sa chambre et en quelques heures elle avait retrouvé un monde menaçant, sans place pour elle, le monde qui avait toujours été le sien.
Paloma avait agi méthodiquement : elle avait d'abord arrosé d'essence la salle du café, puis aspergé les buissons autour des maisons de la rue principale, très secs en cette fin d'été. Cela n'avait pas été si long. Après plusieurs allers-retours et deux heures de travail, il ne restait plus qu'à allumer des petits feux qui prirent au fur et à mesure et embrasèrent rapidement les maisons. Beaucoup de gens s'étaient réveillés et avaient eu le temps de sortir, mais pas tous. Les pompiers avaient mis un temps incalculable pour venir de la ville d'à côté et à leur arrivée, une grande partie du village avait disparu.
Paloma regarda une dernière fois la nappe de fumée dans la vallée, puis s'en alla sans se retourner.



Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Qu'est-ce qui peut pousser une personne à allumer un incendie ? À quoi pense-t-elle ? Que peut-elle ressentir ? Qui a dit qu'il existait des limites

Lire la suite
131

Un petit mot pour l'auteur ? 49 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Daniel Grygiel Swistak
Daniel Grygiel Swistak · il y a
Vengeance radicale, beau texte si bien écrit, j'ai aimé, mon soutien.
Image de Pierre Leseigneur
Pierre Leseigneur · il y a
Écrit agréable à lire... J'aimerais en savoir davantage sur Paloma...
merci

Image de Isabelle Levy
Isabelle Levy · il y a
Merci pour votre lecture et votre commentaire Pierre !
Image de Agah MONTEIL
Agah MONTEIL · il y a
Ecriture fluide, légère mais peut-être manque-t-il à votre récit une faille, un os, un grumeau. Mais vous êtes douée.
Image de Isabelle Levy
Isabelle Levy · il y a
Merci beaucoup Agah pour votre commentaire qui me fait très plaisir!
Image de Pierre-Hervé Thivoyon
Pierre-Hervé Thivoyon · il y a
Faut pas trop la chercher Paloma...
Merci de nous l'avoir fait rencontrer !

Image de Isabelle Levy
Isabelle Levy · il y a
Non, effectivement ! Merci Pierre Hervé de votre commentaire...
Image de Choubi Doux
Choubi Doux · il y a
La vengeance n'est pas un plat qui se mange froid il semble. En tout cas votre texte donne froid dans le dos jusqu'au bout des sentiments et il est bien tourné.
Image de Isabelle Levy
Isabelle Levy · il y a
Merci beaucoup de votre lecture et de votre commentaire !
Image de François B.
François B. · il y a
J'aurais aimé un peu plus long pour en savoir plus sur le passé du personnage. Mon soutien
Image de Isabelle Levy
Isabelle Levy · il y a
Merci François, de votre soutien et de votre commentaire!
Image de Dominique Gil
Dominique Gil · il y a
Triste histoire joliment raconté.
Image de Isabelle Levy
Isabelle Levy · il y a
Merci beaucoup Dominique
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Bravo Isabelle !
Image de Isabelle Levy
Isabelle Levy · il y a
Merci Françoise
Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
J'aime la gigogne des gestes, des emboitements, c'est très bien construit, Isabelle. C'est brute, sec, ça coince aux entournures des sentiments, bravo, bravo
Image de Isabelle Levy
Isabelle Levy · il y a
Merci Sylvie!
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
je re ... et ça me touche toujours ... fort et beau !
Image de Isabelle Levy
Isabelle Levy · il y a
Merci beaucoup Viviane

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Grain de sable

Isabelle Levy

Je suis un grain de sable.
Depuis toujours.
Je suis née comme cela.
Entendons-nous bien : pas un grain de sable, pris dans le sens « élément insignifiant faisant partie d'un collectif ... [+]