Ticket gagnant

il y a
4 min
512
lectures
13
Qualifié

C'est un truc tellement incroyable l'écriture ! arranger les mots entre eux, raturer, recommencer, trouver enfin le rythme. Et derrière chaque stylo, un monde

Image de Nouvelles

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

A l’époque, on habitait rue Chenoise, un appartement cradingue qui voyait jamais la lumière. Quand je dis « on » c’étaient mes vieux, l’oncle Edouard et sa bourgeoise et vot’ serviteur. Cinq en tout, tassés comme des sardines à l’huile : deux dans l’alcôve, deux dans le « salon-salle à manger-cuisine » et mézigue dans le couloir. Je vous raconte ça parce que ce jour là, si l’oncle Edouard avait pas donné un coup de pouce au destin, on y serait encore dans notre taudis ! Y a des jours comme ça où vaut mieux sauter sur la chance avant qu’elle se fasse la malle. Faut dire aussi qu’il avait le chic pour laisser traîner ses esgourdes partout où ça valait le coup. Ce jour-là donc, il était passé au bistrot prendre un café-calva comme d’hab après le repas de midi, ça lui donnait un p’tit coup de pouce pour aller mettre la viande dans le torchon à l’heure de la sieste. Et comme d’hab, il était resté debout au comptoir, près de la caisse enregistreuse, la meilleur place pour zieuter tranquille le décolleté de Mathilde. Derrière lui y avait deux types penchés sur le journal. Ils avaient pas l’air de sortir de Saint-Cyr ces deux là et c’était pas le cours de la bourse qu’ils étaient en train de lire mais plutôt le programme des courses dans Paris Turf. Ils arrêtaient pas de griffonner des chiffres sur un bout de nappe que la Mathilde elle avait laissé traîner sur le zinc. Ils se gobergeaient parce que « soi-disant » ils avaient mis au point un calcul fumant qui « soi disant » leur ferait gagner dans l’ordre, s’il vous plaît, le Grand Prix du jour. Vous pensez bien que l’oncle c’était pas un café-calva qu’il avait bu, mais deux, histoire de pas en perdre une miette bien sûr ! Quand les deux loustics avaient changé de crémerie, ces crétins avaient laissé le bout de nappe tout froissé dans le cendrier. Grave erreur ! L’Edouard il l’avait récupéré vite fait bien fait, l’avait défroissé du plat de la main. Y avait tout un tas de chiffres, des noms de canassons et trois numéros : 12-4-7... Soulignés et re-soulignés... Là, l’oncle il avait fait ni une ni deux, il s’était carapaté vite fait bien fait au Longchamp, le PMU du coin. Et quand Edouard se carapate, ça vaut le coup d’œil ! Cent-vingt kilos qui courent à toute berzingue, ça tremblote dans tous les sens, ça souffle pire que la loco du Grenoble-Pontcharra de l’époque ! Il était arrivé au Longchamp avant que les chevaux soient sous les ordres. Il suait le pauvre bougre, rouge comme un pot de beaujolais ! Il avait tout de suite repéré les deux arrogants qui s’la jouaient professionnels, les jambes écartées et les mains dans les poches avec un air blasé collé sur la trombine... Ah, ça ! On leur donnait pas le bon Dieu sans concession à ceux-là ! Oncle Edouard avait joué vite fait bien fait les trois numéros et s’était mis au rancart dans un coin. C’était la première fois qu’il traînait ses pinceaux au PMU. Faut dire qu’il avait jamais un sou en poche, la faute à sa bourgeoise qui le tenait bien vissé, question finance. Il nous avait raconté comment il était devenu mou du genou quand les canassons étaient passés sous les ordres, comment il avait continué à souffler comme un bœuf. C’est pas qu’il avait les foies, non, c’est plutôt qu’il y avait cru tout de suite ! Il avait mordu à l’excitation du jeu, à l’appât du gain, à l’espoir du flouze, quoi ! Il s’était dit qu’y aurait un avant et un après PMU ! Que sa rombière elle viendrait peut-être lui manger dans la main quand il serait riche comme Crésus !
Ça y est ! Les chevaux étaient partis. Le patron avait monté le son de la radio qui crachotait et y avait plus que la voix nasillarde du commentateur qui beuglait dans les hauts parleurs. A mi-parcours, y avait déjà ceux qui s’étaient vautrés dans leurs pronostics et qui se débinaient discrètos. Ceux qui y croyaient encore avaient fini par gueuler autant que l’homme de la radio, à encourager les bourrins avec des noms d’oiseaux ! Sauf Edouard... Son éducation qu’il nous avait dit, ça l’avait empêché de se lâcher. C’est juste avant l’arrivée que son palpitant avait failli tomber en carafe. Il avait gardé dans la main le bout de nappe froissée et de l’autre son ticket, c’était là qu’il avait vu l’erreur ! Il avait joué 12-3-7 et pas 12-4-7 comme sur le papier des deux ostrogoths...
— Putain ! qu’il a dit Edouard. Mais j’suis trop con... ! Je me suis planté en poinçonnant... ! Voilà c’que c’est quand on a pas l’habitude...
Et puis le journaliste à la radio avait hurlé les résultats : « 12-3-7 ! »
— Putain de bordel de Dieu, qu’il avait redit l’oncle Edouard, mais doucement hein, vu son éducation. J’ai gagné dans l’ordre !
A l’autre bout de la salle y avait toujours les deux gros bras qui se bouffaient les doigts. Ah, ils faisaient profil bas, ils avaient plus qu’leurs yeux pour pleurer les gonzes ! Edouard, le choc passé, il était allé touché ses gains. Il avait empoché un bon paquet d’oseille, une dizaine de liasse de billets de mille francs qu’il avait fourré dans sa chemise à la va-vite et puis il était rentré. Il avait tiré le rideau de l’alcôve pour faire la sieste mais il avait pas réussi à sombrer dans le coltard ! Alors, au lieu de roupiller, il avait peaufiné sa surprise à la famille. Il s’en était régalé d’avance !
A sept heures et demie, on était tous entassé comme d’habitude autour de la table et comme d’habitude, y avait du bouillon gras aux vermicelles. Sauf qu’y avait aussi une belle bouteille de vin vieux qui brillait sous la lampe que ça faisait riche tellement elle brillait. Et puis dans un papier rose de la boucherie du coin y avait aussi dix belles tranches de jambon de régime, avec un beau ruban de gras. Deux chacun dites donc !
C’est comme ça que notre vie avait changé. L’oncle Edouard, il était retourné tous les jeudis jouer aux courses au « Longchamp » avec la bénédiction de Madame. Comme il l’avait prévu, elle lui mangeait dans la main ! On avait déménagé aussi, un peu plus loin, de l’autre côté de la Place Sainte-Claire dans une piaule de bourgeois mais pas trop.
— Faut pas péter plus haut qu’son cul, qu’il disait l’oncle Edouard.
Rapport à son éducation, toujours !

13

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Gaby

Murielle Rein

Je m’appelle Gaby, je viens d’avoir quarante ans et la vie est belle, mais ça n’a pas été toujours le cas... Ceux qui m’ont connu à vingt ans disaient que j’étais un perdu, un de ces ... [+]