Take me home

il y a
2 min
146
lectures
23
Qualifié

ALIAS DRILLER_KILLER Malaise. Glauque. Horrifique. J'aime tranposer des émotions cachées quelque part en chacun de nous. La petite part de monstre enfouie, la petite voix qu'on fait tous ... [+]

Image de Grand Prix - Été 2022
Image de Nouvelles

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Les cendres puent. La mort, le sang, la charogne, les tripes nécrosées... Les cendres puent et tombent comme de la pluie sur nos corps décharnés, enfoncés dans la terre mouillée, grouillante de rats et de mouches bleutées.
Les corps puent. Les blessures ouvertes, offertes aux infections, aux bêtes nécrophages, semblent se foutre de nous sans retenue... Les corps gonflent au fil des jours, sous la pluie de cendres et les torrents de larmes.

Je n'avais aucune idée, en arrivant fièrement, le fusil à la main, de l'image qui resterait gravée dans ma rétine pour le restant de mes jours, si tant est que je puisse sortir de ce charnier.

Les obus tombent.
Les grenades tombent.
Les corps tombent.
Je ne sais même plus qui est qui dans cet amas sanglant et putride.
Je crois bien que... Je crois même être le seul en entier. À chialer sous mon casque fendu.

Je maudirai chaque jour celui où j'ai pris la décision « courageuse » de me rendre sur ce terrain, après l'appel à l'héroïsme national. Je maudirai chaque jour d'avoir allumé ma télévision ce jour. D'avoir écouté les informations. D'avoir cru. Cru que nous étions les sauveurs. Cru bêtement ce qu'on nous donnait à avaler goulûment.

Je maudirai chaque jour mon ignorance. De ne pas avoir su lire entre les lignes. D'avoir eu à tuer. Tuer des frères. Des frères qu'on dépeignait comme des ennemis à abattre sans aucune hésitation. Des frères qui eux-mêmes ne savaient pas ce qu'ils faisaient là, devant nous, à nous viser de leur mitraillette enrayée. Je ne suis plus un être humain. J'ai tué parce qu'on me l'a demandé. Et je n'ai aucune excuse, parce que je ne sais même pas pourquoi...

Pour qui. Pour quoi. Pourquoi...

Je ne comprenais même rien à ce qu'il se passait. Je n'ai pas cherché à comprendre d'ailleurs.
Là, sous la pluie de cendres, sous les bombes, sous les hurlements de bêtes déchirées, je ne me souviens que de ce qu'on nous a dit.

« Battez-vous. Battez-vous pour votre pays. »

Et chacun, dans son camp, s'est battu bêtement pour son pays, dans l'ignorance la plus innocente. De la chair à canon. Voilà ce qu'on était tous. Du bon camp, comme du mauvais... Finalement, nous étions tous là, à crever et à se décomposer. Pour rien.

« Take me home »

... mon cul. Mon chez-moi, je l'verrai plus. Je le sais. Je suis seul dans ce trou. Ma tombe. J'ai cette chanson en tête depuis l'aurore. Le ciel orangé, teinté de cette grisaille de mort. Dans le silence qui précède le feu et les cris.

« Country roads »...

Je chiale. Je serre mon fusil qui se nettoie sous mes larmes. Je n'ai qu'une envie, me relever, sortir de ce cimetière sanglant et fuir. Courir sous les balles. Mourir.

Alors que le bruit se fait de plus infernal, quelque chose tombe sur moi. Quelque chose de mou qui s'accroche à mon casque et achève de le détruire.
Un ennemi qui a sauté dans ma fosse.
Je le regarde, sans pouvoir bouger. La peur je crois.

Il me regarde, un grand sourire sur ses lèvres ensanglantées. Son casque sanguinolent laisse voir une blessure. Laisse voir son cerveau luisant et les éclats de grenade enfoncés dedans.
Il me regarde. Il n'a pas sauté dans la tranchée. Il a été éjecté.

Il me sourit encore. Et des larmes coulent sur ses joues boueuses. Il me tend ses bras. Je lui tends les miens. Et il meurt là, dans l'étreinte de son ennemi désigné, le sourire aux lèvres, après avoir chuchoté un mot dans une langue que je ne connais pas. Ses larmes coulent sur mon treillis. Et les miennes les rejoignent alors qu'une explosion retentit juste au-dessus de moi.

Les cendres puent la mort. Les morts puent la cendre.

« Take me home »...
23

Un petit mot pour l'auteur ? 18 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Giovanni Portelli
Giovanni Portelli · il y a
un écho au Colonel Chabert et au Capitaine Conan dans ces quelques lignes. jolie prose madame 😉
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
Il y a un rythme certain et une tonalité qui porte avec efficacité ce court récit d’un soldat dans une tranchée. Même si le sujet n’est pas particulièrement original, cette histoire ne manque pas d’accroche et fonctionne bien.
Image de ISABELA MIHAELA DIHORU
ISABELA MIHAELA DIHORU · il y a
Très intéressant votre texte. Il nous rappelle quelle chance nous avons d’être libre sans avoir à lutter pour cette liberté comme nos ancêtres. Je vous invite voir mon œuvre Manifeste pour la liberté (ISABELA MIHAELA DIHORU)
Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
Un texte très puissant qui crie la vérité.
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Un très beau texte, à vif, sans concessions, fort. Pas de pathos, du cru, de "l'instantané", du vrai, ponctués de désarroi et d'hébétude. Toute la panoplie qui habille la guerre, cette fille de l'absurde et de l'horreur. J'aime, je vote et m'abonne à votre page :-)
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
Il y a un rythme certain et une tonalité qui portent avec efficacité ce court récit d’un soldat dans une tranchée. cette histoire ne manque pas d’accroche et fonctionne bien.
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Toute l’horreur que cette sale guerre peut inspirer. Un réquisitoire efficace contre cette aberration humaine.
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
La guerre en Ukraine aura inspiré beaucoup de textes. On pourrait croire que le narrateur est un soldat russe repentant qui vient se battre en Ukraine, mais apparemment ce n'est pas le cas si j'en juge par les quelques leitmotivs en anglais : ce serait plutôt un soldat volontaire, pendant la première guerre mondiale, dans les tranchées ou alors dans un pays lointain. Le texte est à la fois réaliste et poétique, très bien écrit, avec des effets de style efficaces.
Image de Pierre-Hervé Thivoyon
Pierre-Hervé Thivoyon · il y a
Terrible. Réel. Juste. Bravo.
Image de Dominique Gil
Dominique Gil · il y a
Magnifique ! "Quelle connerie la guerre" ! Mon vote.

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Une plage de rêve

Huggun X

Hela découvrit la petite plage par hasard, en cherchant tout à fait autre chose. L'unique loueur de voitures de l'île ne proposait que des véhicules rudimentaires, selon les standards modernes, et ... [+]