Sans identité...

il y a
3 min
397
lectures
36
Finaliste
Jury

Comme le lépidoptérophile épingle ses papillons pour le plaisir des yeux, je dépose délicatement mes mots sur le papier, juste pour le plaisir de rêver... Un conseil ? Allez voir chez Sylnora....

Image de Très très courts

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

- Léa ! Léa ! Réveille-toi ! On est en retard !
- Jules ? Mais qu'est-ce que tu racontes ?
- Les réveils n'ont pas sonné !
- Zut !
Léa sauta dans une tenue prise au hasard dans son armoire et courut à la salle à manger.
- Maman ? Papa ?
Pas de réponse.
- Jules ! Jules ! T'as vu Papa et Maman ?
- Non...
- C'est quoi cette boîte ?
Une boîte en bois était posée sur la table, surmontée d'une montre. Léa s'empara des deux objets.
- Jules ? C'est pas la vieille montre à gousset de Papa ?
- Si, je crois que c'est elle... Il y a quoi dans la boîte ?
- Je ne sais pas, je n'arrive pas l'ouvrir... En plus il n'y a pas de serrure...
- C'est pas grave, on essaiera de trouver un moyen de l'ouvrir plus tard. Allez viens, on va au collège et on verra pour la suite.
- D'accord...
La jeune fille mit la boîte dans son sac, la montre dans sa poche et se mit en route. Sur le chemin, Léa et Jules rencontrèrent Lison et Sarah.
- Salut les filles !
Les deux élèves se retournèrent, observèrent les jumeaux pouffèrent et se remirent en marche.
- Mais qu'est-ce qui se passe Jules ?
- Je ne sais pas Léa, mais ça m'inquiète.
Une fois arrivés au collège, les jumeaux s'assirent à leurs places dans la salle de classe. Tous les élèves les regardaient comme s'ils étaient des extraterrestres. Le professeur de français arriva.
- Bonjour à tous. Aujourd'hui nous allons étudier...
Il s'arrêta net quand ses yeux se posèrent sur Léa.
- On ne m'avait pas prévenu de l'arrivée d'une, non, de deux nouveaux élèves ! Vous auriez pu prendre la peine de vous présenter, non ? C'est la moindre de choses.
- Mais monsieur, cela fait deux ans que nous sommes vos élèves ! dit Léa.
- Et vous osez vous moquer de moi en plus ? Sortez.
- Mais...
- Allez viens Léa, on s'en va.
Les jumeaux sortirent de l'établissement.
- Jules ? On va où maintenant ?
- On peut essayer d'aller chez Mamie ?
- D'accord.
Après avoir marché pendant une heure, les deux enfants arrivèrent chez leur grand-mère. Léa se mit sur la pointe des pieds pour atteindre le heurtoir et frapper à la porte.
N'ayant obtenu aucune réponse, Jules décida d'entrer quand même.
- Mamie ? Mamie ?
- Elle n'est nulle part, lança Léa qui avait fouillé toute la maison de fond en comble. Je ne sais pas où elle a bien pu aller...
- Moi j'ai trouvé quelque chose d'intéressant dans le salon. Il faut absolument que tu viennes !
Les jumeaux se dirigèrent vers la pièce centrale de la maison et Jules s'empara d'une note posée sur la tale basse.
- Lis-la moi Jules !
- « Mes chers petits, j'espère que vous n'aurez jamais à lire cette lettre. Si vous la lisez c'est que vous êtes en danger. Ne craignez rien, si vous suivez les indications que je vous ai laissées vous devriez pouvoir continuer. « Lorsque le soleil se noie dans la mer et que les oiseaux volent sur le dos, le vent se lève et les portes s'ouvrent ». Brûlez ces indications dès que vous les aurez mémorisées. »
- Jules, il n'y a rien d'autre ?
- Non... Léa ? Tu as toujours la boîte qu'on a trouvée à la maison ?
- Oui, elle est dans mon sac !
- Donne-la moi s'il te plaît.
Léa sortit la boîte et la tendit à son frère. Ce dernier l'observa longuement. C'était une boîte en merisier avec un paysage en relief. Au centre, un soleil en fin de course semblait être sur le point de plonger dans la mer.
Léa et Jules observèrent la boîte et tentèrent de l'ouvrir...
- Pas moyen de l'ouvrir, on ne saura jamais ce qu'elle renferme...
Jules prit la boîte et la jeta sur le fauteuil en face de lui. La boîte, se retrouvant la tête en bas, émit un petit déclic.
- Tu as entendu ça, Jules ?
Léa s'empara de la boîte en prenant soin de la garder à l'envers.
- Regarde Jules, si on retourne la boîte, les oiseaux volent sur le dos !
- Oui, tu as raison ! Essaie de pousser le soleil dans la mer pour voir ce que ça fait !
Léa prit la petite pièce de bois entre ses doigts et la poussa dans la mer, découvrant un petit trou. Léa tenait l'objet en tremblant.
- Souffle pour voir !
Léa souffla et les jumeaux purent entendre le mécanisme se mettre en marche. Le couvercle se sépara en deux au milieu et chaque moitié s'écarta sur les bords. Les deux enfants regardèrent l'intérieur de la boîte. Sur le velours rouge qui en tapissait le fond une petite tige était posée. A côté, une lettre enroulée était retenue par un ruban. Jules prit la lettre, Léa la petite tige.
- Léa, encore une lettre... Elle est de nos parents cette fois... « Chers enfants, si vous trouvez cette lettre c'est que nous avons disparu et que vous avez perdu votre identité. Nous nous retrouverons. Rendez la tige à la montre que nous vous avons laissé. Faites-lui faire un tour complet vers la gauche et un quart de tour vers la droite. Un rayon vous montrera le chemin à suivre pour nous rejoindre. Faites attention à vous. Nous vous embrassons. »
Léa inséra la tige dans la montre, suivit les indications de la lettre. Les aiguilles se mirent à tourner à toute vitesse et un rayon lumineux surgit et montra un point vers l'est.
- Jules, suivons la lumière et allons retrouver nos parents.

36

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,