Sang Blanc

il y a
5 min
492
lectures
222
Finaliste
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Il est parfois difficile de raconter des histoires aux thèmes dévastateurs. Comment rester pudique, digne, tout en parlant des émotions sans les

Lire la suite

Écrire rime avec collyre. Si je m'en passe, point ne trépasse, mais vois trouble...

Image de 72h - 2021
Image de Très très court

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

En l'an 2020, mon fils bien-aimé, qui venait d'avoir dix ans, croisa la route d'un monstre vorace qui s'accrocha à lui et ne voulut plus le lâcher.
C'était le premier mai. Je m'étais limé les ongles des orteils et les tapissais méticuleusement de vernis rouge. Une première pour moi qui ne m'étais jamais intéressée à l'état de mes pieds en 45 ans de vie terrestre. Mais la nuit m'avait porté conseil. Allongée dans le noir, le corps déserté par le sommeil une fois de plus, je décidai de changer l'orientation de ma lassitude et d'abandonner la mélancolie pour la mise en couleur. Ce n'était qu'un jeu de mots, mais après tout, pourquoi pas ? avais-je pensé. Dès l'aube, j'avais fouillé dans les affaires de ma mère trop tôt disparue et y avais déniché un vernis rouge-vermeil qui promettait monts et merveilles. J'en étais à mon troisième orteil, m'appliquant comme à 6 ans sur les bancs de l'école à ne pas déborder, tordant ma bouche et vrillant ma langue, lorsqu'il m'a semblé percevoir comme un léger frottement contre la porte de la salle de bain. Je n'ai pas répondu, n'étant pas sûre que cela m'était destiné. Le pinceau glissait sur l'ongle, le recouvrant d'une substance épaisse et appétissante, abstraction faite de l'odeur qui n'avait rien d'alimentaire. Le frottement devint grattement et je distinguai une sorte de chuchotement : « Ma... man... ». Je m'immobilisai, le pinceau en l'air, comme à la recherche d'une inspiration, puis me levai précipitamment, renversant le flacon qui éclaboussa le carrelage blanc. Avant que j'aie pu atteindre la porte, le parquet du couloir vibra, comme frappé d'un coup de talon ogresque. L'onde se propagea et me tétanisa un instant. J'ouvris le battant avec précaution, et découvris à mes pieds le corps inanimé de Sacha, dans une posture qui en d'autres circonstances m'aurait paru gracieuse. 

Le corps dégingandé de mon fils fut interrogé : examiné, ausculté, ponctionné. Il n'eut pas le choix. Sous la torture, il dut parler.
Alors, il y eut des mots et des larmes.
Et c'est dans une pièce au visage terne et au regard blafard que la nature même de nos existences se trouva transformée. Il fut question de sang et de moelle, de gentilles et de méchantes cellules, de médicaments liquides, et aussi de boule à zéro, de ventre qui fait bobo, de sans doute et de peut-être.

Sacha écoutait sans ciller. Il se tenait assis, le dos droit légèrement décollé du dossier, les mains à plat sur les cuisses, le regard fixé sur le maître des lieux, au ton professoral et au sourire triste. Il ne tourna pas la tête lorsque je m'agitai sur ma chaise, me tortillant d'une fesse à l'autre, passant et repassant une main dans mes cheveux. Il ne broncha pas lorsque je bombardai maître Yoda de questions, sans même prendre le temps d'attendre les réponses, et il accueillit le « Tu as compris, Sacha ? » d'un hochement de tête silencieux.
Sur le chemin du retour, il ne prononça pas un mot. Mais lorsqu'il glissa sa main dans la mienne, je la sentis toute petite dans ma paume, tel un oisillon blotti au creux d'un nid. Nous marchâmes en silence et l'écho de nos pas mimait le tic-tac d'une pendule.

Ce n'est qu'une fois à la maison, après que nous eûmes essuyé nos pieds sur le paillasson, accroché nos manteaux à la patère, caressé le chien, bu un grand verre d'eau, que Sacha s'écroula sur le canapé du salon, posa sa tête dans ses mains, et de ses yeux noirs, laissa s'écouler un torrent de larmes. Elles coulaient à flots, emportant tout sur leur passage, le courage, l'assurance, les désirs, les espoirs. Coulaient le long de ses joues, ses bras, ses jambes. Se déversaient sur le tapis, le parquet. Inondaient la vie. Et lorsque la source se fut tarie, qu'il se fut essoré de toutes ses douleurs, Sacha s'endormit. Alors, je le soulevai doucement et le serrai contre ma poitrine. Mes bras en corbeille contenaient complètement son corps d'enfant. Nous restâmes ainsi de longues minutes, palpitant à l'unisson. Puis j'allai le poser délicatement dans son lit. Il n'en occupait plus que la moitié. Sacha avait rétréci, mais je ne savais pas encore que ce phénomène n'allait plus s'interrompre.
Je l'enroulai dans sa couette et disposai ses peluches tout autour de lui, comme autant d'anges gardiens qui veilleraient sur son sommeil. Étirés sur l'oreiller, ses cheveux flavescents faisaient comme la flamme d'une torche qui brillait dans la nuit.

Bien sûr, je ne réussis pas à dormir. Alors, j'allai dans l'atelier, fouillai dans les tiroirs, les étagères, les caisses, choisis des chutes de bois, des restes de peinture, m'affairai à scier, couper, visser, clouer, peindre, décorer. Et avant le lever du soleil, j'observai avec satisfaction le résultat de mes efforts : j'avais construit une magnifique boîte en bois rouge et bleu – les couleurs préférées de Sacha – ornée des initiales « S.H. » découpées dans du papier de soie noir, et d'un fermoir sculpté en forme de dauphin, son animal fétiche.
J'employai les quelques heures qui me séparaient du lever de Sacha à remplir cette boîte à plaisirs – qu'il rebaptisa par la suite « coffre à joies » – de tout ce que je pus trouver qui lui rappellerait des souvenirs heureux. Des photos, beaucoup, moments fugaces de rire, de tendresse, d'amitié, en famille, à l'école, avec ses copains, en vacances. Mais aussi des objets, ce coquillage qu'il avait ramassé à 4 ans, la première fois qu'il avait vu la mer, et qu'il avait voulu garder avec lui, dans une poche, pendant plus d'un an ; le ticket d'entrée pour Ma vie de courgette, qui l'avait fait rire aux larmes et pleurer aux éclats tout à la fois, et qu'il avait revu depuis une dizaine de fois ; et bien d'autres symboles piochés dans ces dix années d'une enfance joyeuse malgré les épreuves, paisible malgré les drames.

Lorsque Sacha s'éveilla, je lui portai cette malle aux trésors. Il les découvrit un à un avec une ardeur enfantine, et s'appliqua à commenter chaque relique, se replongeant dans un passé enchanté et s'abandonnant à une joie retrouvée.
Et c'est lui qui eut l'idée de continuer à alimenter la boîte de tout ce qui pourrait être pour lui source de plaisir et de légèreté.
Au fil des semaines, nous y rangeâmes des bouchées de gâteau, des goulées de limonade, des notes de musique, des éclats de rire, des parcelles de câlins, des bribes de chatouilles, et même des miettes de blagues à deux balles.

Parallèlement, les traitements se succédaient, sans grand résultat, et au fil des jours, Sacha n'en finissait pas de rapetisser. Et au fur et à mesure qu'il perdait de la matière, la boîte me semblait en gagner, et bientôt elle me parut immense face à ce petit bout d'homme dont il ne restait presque plus rien. Elle était devenue véritablement un coffre pour lui, et je devais l'aider à en soulever le couvercle. À chaque fois, c'était un émerveillement renouvelé. Il prenait ce bouillonnement de vie en pleine figure, et se trouvait enveloppé d'une quiétude délicieuse.

Et puis un matin de septembre, alors que la lumière de l'aube réchauffait la pâleur des draps, je trouvai le lit vide. Seule, au milieu du lit défait, la boîte, imposante, manifestait sa présence avec une légère arrogance.
Je m'assis au bord du lit, effleurai la toile de coton, là où mon petit garçon avait passé tant de nuits, blotti au cœur d'un écrin aimant et rassurant.
Je pris la boîte et la posai sur mes genoux. Je passai la main sur le couvercle, avec la même douceur que je mettais au creux de mes paumes lorsque je caressais Sacha. L'émotion étreignait mon cœur, verrouillait ma respiration, tétanisait mes pensées. Très lentement, du bout des doigts, avec déférence, je soulevai le toit du monde. Une lueur opaline s'échappa dans un halo nitescent. La boîte me sembla vide. Mais au fond, je perçus comme un tressaillement. Quelque chose bougeait, se contorsionnait, se libérait.
Et soudain, dans un bruissement délicat, une piéride blanche avec deux yeux noirs au bout des ailes prit son envol et s'élança par la fenêtre ouverte, bravant le tonnerre et la pluie.
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Il est parfois difficile de raconter des histoires aux thèmes dévastateurs. Comment rester pudique, digne, tout en parlant des émotions sans les

Lire la suite
222

Un petit mot pour l'auteur ? 74 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Natalia Vonsovitch
Natalia Vonsovitch  Commentaire de l'auteur · il y a
Merci à toutes celles et à tous ceux qui se sont arrêtés quelques instants sur cette page. Participer à cette finale a été une belle aventure. À vrai dire, l'aventure pour moi a commencé il y a quelques semaines lorsque je me suis inscrite sur ce site. Jamais auparavant je n'avais montré mes textes à un public de lecteurs, et pourtant, je ne suis pas une perdrix de l'année ! Et je ne m'attendais pas à de telles réactions. Lire tous vos messages bienveillants, poétiques, délicats et plus encore m'a remplie d'une joie toute sincère. Merci encore et bravo aux lauréats.
Et l'aventure continue... tou(te)s à nos plumes !

Image de Cali Mero
Cali Mero · il y a
Un récit touchant, beaucoup de douceur et d'amour, de chagrin et une boite fabriquée qui renferme tout ce que Sacha aimait.
Image de VERONIK DAN
VERONIK DAN · il y a
Un texte magnifique, une boîte à bonheur, une boîte à douceur, une boite remplie de tous ces petits riens qui font qu'elle soit pleine de tant de choses. Que d'émotions. Merci.
Image de Lyncée Justepourvoir
Image de Jean-Pierre CHEVREUIL
Jean-Pierre CHEVREUIL · il y a
Tout en émotions et en délicatesse, bravo!
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Je découvre, et vois un charme extraordinaire à ce texte, que je lis un peu tard ! Un régal de lecture, merci et bravo pour l'estampille recommandé !
Image de Orane CP
Orane CP · il y a
votre récit est superbe, bien écrit, émouvant
petit Sacha s'est envolé, protégé par votre boîte... magique
merci de cette belle lecture

Image de François B.
François B. · il y a
Je n'ai pas eu le temps de lire tous les finalistes et je regrette de ne vous lire que maintenant, car je vous aurais apporté mes voix pour ce très beau texte, poignant et poétique
Image de Natalia Vonsovitch
Natalia Vonsovitch · il y a
Vous me lisez maintenant et c'est très bien ainsi. Votre commentaire, à vrai dire, me touche plus que vos voix... Merci.
Image de Daisy Reuse
Daisy Reuse · il y a
Sous votre plume délicate, cette histoire est bouleversante.
Image de Natalia Vonsovitch
Natalia Vonsovitch · il y a
Et moi, je suis bouleversée par tous ces commentaires élogieux. Merci, Daisy.
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Une belle histoire particulièrement poignante, qui évite le pathos mais trouve son émotion.
Image de Natalia Vonsovitch
Natalia Vonsovitch · il y a
Merci beaucoup, Annabel, et toutes mes félicitations pour votre victoire bien méritée.
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
Merci ! Je vais suivre ce que vous écrivez...
Image de Carl Pax
Carl Pax · il y a
Beaucoup de douceur et tellement d'émotions différentes au coeur de votre histoire grave et triste, et tragiquement belle. L'enfance qui s'efface "petit à petit ", enveloppée par ces petits bonheurs et ces moments de rien du tout qui s'avèrent être immenses, comme le chagrin parfois. Une boîte de trésors à se souvenir, je découvre avec plaisir votre écriture sensible, dont chaque phrase compte, jusqu'à l'envolée...
Image de Natalia Vonsovitch
Natalia Vonsovitch · il y a
Merci, merci et encore merci.
Image de Carl Pax
Carl Pax · il y a
💕 merci à vous
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
Une boite à bonheur, une boite à douceurs pour cet enfant atteint d’un mal qui le mine, le ronge de l’intérieur, l’empêche de prendre de la hauteur... Un jardin enchanté, un merveilleux îlot trésor, un écrin joliment orné, gravé à ses initiales, un coffre précieux fait maison qui contient mille et une choses, des objets, des souvenirs, témoins garants du passé, et puis toutes les couleurs de l’arc-en-ciel pour illuminer son présent, colorer son horizon, sécher les gouttes de pluie, chasser au loin les nuages gris chagrin.
Un instant de vie prégnant, empreint de poésie, de joie et de tristesse aussi, un récit fort, fort touchant, bouleversant, qui m’a profondément émue, remuée jusqu’aux larmes. Un bouquet de cœurs pour ce petit d’homme qui tel un ange, un papillon blanc a déployé ses ailes, pris son envol, voyagé vers les étoiles et tous mes vœux Natalia pour la suite des événements.

Image de Natalia Vonsovitch
Natalia Vonsovitch · il y a
Merci, Jeanne, d'avoir pris le temps de me faire part de vos impressions... d'une manière tellement délicate et poétique que je m'en vais de ce pas vous lire.
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
Félicitations Natalia pour votre recommandation, ce récit qui a plu et ému le Jury.
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
Avec plaisir et au plaisir de se mots croiser. À propos de boite et de papillon...
pour vous guider dans votre prochaine visite, simple suggestion de lecture :
Le messager de l'ambre (Jeanne)
Prenez tout votre temps, un récit qui ne concourt plus depuis belle lurette !

Image de Julien1965 Dos
Julien1965 Dos · il y a
Quelle merveille ce texte ! Pris à la gorge en vous lisant, c'est beau, c'est fort d'écrire ainsi, tant d'émotions, tant d'images, mais tout en retenu. La délicatesse alimente votre plume...pour une boîte vraiment pas comme les autres. Alors un grand BRAVO !
Image de Natalia Vonsovitch
Natalia Vonsovitch · il y a
Je suis plus que touchée de vous avoir touché. Merci beaucoup.

Vous aimerez aussi !