Portrait de famille

il y a
6 min
151
lectures
16

J'ai deux passions dans la vie : lire et écrire des histoires sombres et terrifiantes. J'espère que mes étranges histoires vous plairont, et surtout, n'hésitez pas à me faire découvrir vos ... [+]

Parcourant les allées des brocantes, vide grenier, et antiquaire, Anthony aimait se qualifier de chasseur de trésors. Il prenait un plaisir enfantin à fouiner dans les vieilleries et bric-à-brac et y trouver la perle rare et en faire l'acquisition pour une modique somme, le marchandage étant l'autre partie amusante pour Anthony. Son épouse, Léa, partageait sa passion de façon plus modérée, elle ne comprenait pas l'intérêt de certains trésors de son mari, et surtout, elle craignait que la maison ne finisse aussi encombrée que les brocantes qu'ils visitent. Cependant, tous deux aimaient vivre avec des objets qui avaient une histoire, une certaine valeur, et rareté, c'était leur définition du luxe en quelque sorte.

C'est lors de la grande brocante de Temploux, en Belgique, qu'Anthony trouva le tableau, ce dernier ayant eu instantanément le coup de cœur pour la toile. La peinture représentait un homme chauve assis dans un grand fauteuil de velours, il avait le teint pâle, presque cadavérique, et des yeux bleus froid comme de l'acier. Le costume qu'il portait semblait être du style début 1900, autour de lui se tenait debout de nombreuses personnes très hétéroclites. Anthony regardait le tableau avec un regard que Léa ne connaissait que trop bien, il allait se le procurer par tous les moyens. Léa était moins enthousiaste que son époux, certes le tableau avait un certain charme, et l'artiste qui en était à l'origine ne manque pas de talents, mais il y avait quelque chose dans la mise en scène de la toile qui la mettait un peu mal à l'aise. Après une négociation expéditive, Anthony fit l'acquisition du tableau pour une somme modique, ce qui interpella d'autant plus Léa, sentant que le vendeur souhaitait vraiment s'en débarrasser.

Quand ils furent rentrés chez eux, Anthony chercha un bon endroit pour y accrocher la toile, qu'il installa à son bureau, au plus grand soulagement de Léa qui n'aurait pas apprécié de voir cet étrange tableau dans son salon. Pendant qu'Anthony contemplait sa nouvelle acquisition, Léa, qui jusqu'ici n'avait rien dit à ce sujet, finit par donner son avis.

-Qu'est-ce que tu lui trouves à ce tableau ? C'est un peu sinistre, je trouve.

-Je ne saurai pas te dire chérie, ok le type au centre est un peu bizarre, mais c'est sans doute tout simplement un vieil homme en fin de vie. Ce qui m'intrigue, ce sont toutes les personnes autour, elles sont tellement différentes les unes des autres, c'est comme si chacune avait sa propre histoire à raconter.

Suite à l'avis de son mari, Léa reconnut qu'en effet, le tableau avait quand même son charme, malgré l'inquiétant vieillard au centre.

Le temps passa, et la fascination d'Anthony ne fit que croître, passant parfois des heures entières à observer le tableau. Au début, Léa ne s'inquiéta pas, ce n'était pas la première fois que son époux devenait obsédé par une de ses trouvailles, mais elle entreprit tout de même de faire quelques recherches sur l'œuvre en question. La tâche n'était pas aisée, la toile n'était pas signée, et le style de dessin et peinture permettait difficilement d'identifier un potentiel artiste. Léa regretta de ne pas avoir pris les coordonnés du vendeur de la brocante, il avait peut-être des informations. Finalement, devant le peu d'indices qu'elle avait pour démarrer ses recherches, Léa prit une photo du tableau, et la partagea sur Instagram, dans l'espoir que quelqu'un le reconnaisse et aurait des informations dessus.

De son côté Anthony, toujours aussi absorbé par l'étrange toile, se mit à étudier et à discerner les détails et autres secrets qu'il cachait, et il fit des découvertes plutôt intéressantes. Le groupe de personnes autour du vieillard étaient certes hétéroclites, il y avait des hommes et femmes de tout âge, ethnies, et même de différents milieux sociaux à en juger par la tenue de certains et certaines. Cependant, un autre détail taquinait la curiosité d'Anthony, les coiffures, vêtements, et même accessoires de certaines personnes suggèrent qu'elles n'étaient pas de la même époque que les autres. Il y avait cette femme vêtue à la mode des années 50, cet ados habiller comme un hippie des années 70, un homme avec une coupe mulet des années 80, et même un homme d'un certain âge avec le costume typique de l'aire victorienne. Anthony avait du mal à expliquer la raison d'un tel patchwork historique parmi la quinzaine de personnes entourant le vieillard au centre, une fantaisie de la part du vieil homme avec sa famille et amis pour rendre le tableau plus amusant ? Ou bien une démarche propre à l'artiste lui-même, qui voulait apporter sa propre touche au tableau ? Un autre détail perturbant qu'Anthony ne put s'empêcher de remarquer, c'est que seul le vieil homme souriait sur la toile, les autres avaient le visage figé, sans expression, comme s'il s'agissait de mannequin dépourvu de vie. Tous ces éléments, aussi étranges soient-ils, ne firent qu'accroître la fascination d'Anthony pour ce tableau, il passa de plus en plus de temps à le contempler en tentant de deviner l'histoire que cet œuvre pouvait bien cacher.

Léa ne s'interposa pas à la nouvelle obsession de son époux, elle savait qu'il finirait par s'en lasser, ou passer à autre chose lorsqu'il fera une autre trouvaille au prochain vide-grenier qu'ils feront.

Les semaines passèrent, il lui accordait de moins en moins de temps et d'attention, parfois même, au beau milieu d'une conversation, il avait des moments d'absence, et Léa savait parfaitement à quoi il pensait. Il refusait même de faire d'autres brocantes, prétextant ne plus avoir le temps, il préférait retourner à l'étude du tableau. Léa tentait de faire preuve de patience envers son époux, mais ça devenait de plus en plus pénible de le savoir plus fasciné par un vieux tableau que son épouse. Un soir, alors qu'elle se retrouvait une fois de plus seule tandis qu'Anthony continuait d'étudier la toile avec ce même regard vide, Léa décida de passer malgré tout une bonne soirée. Elle se servit un verre de vin rouge, mit sa série préférée sur Netflix, tout en discutant avec ses amies sur Instagram. Elle passa une bonne soirée, oubliant pendant un moment ses soucis avec l'obsession grotesque d'Anthony, mais fut interpellée par un message d'un certain Francis sur Instagram. Léa ne se souvenait pas d'avoir un Francis dans ses contacts, elle espérait que ce n'était pas un abruti qui tentait de la draguer, elle consulta le message. Le dénommé Francis se présentait comme étant un étudiant en histoire de l'art, et la contactait suite à la publication de la photo d'un tableau dont elle voulait en savoir plus. Léa ne se rappelait même plus avoir posté cette photo, mais fut ravie que quelqu'un ait finalement répondu à son annonce. Avec un peu de chance, si elle trouve une explication à l'histoire de ce tableau, Anthony reviendra à la raison, et elle pourrait reprendre une vie normale avec lui. Elle s'empressa de lui répondre et de lui demander ce qu'il pouvait lui apprendre sur cette mystérieuse toile.

Francis lui apprit que ce tableau était connu sous le nom "Portrait de famille" d'un peintre inconnu. Ce tableau serait, d'après les diverses sources et rumeurs, le portrait de Friedrich Von Dässer, un riche industriel du début des années 1900, il était réputé pour deux choses : son incroyable sens des affaires, et son goût prononcé pour les arts et sciences occultes.

Ce qui a d'étrange avec le tableau, c'est qu'il est censé représenter Fiedrich avec sa famille, mais c'était un homme seul, sans famille, épouse ni enfants, et pratiquement aucuns amis. Pire encore, au cours des années, à chaque fois que ce tableau avait été retrouvé, il y avait toujours un membre de plus parmi la "famille" de Friedrich. Pour appuyer son propos, Francis envoya à Léa diverses photos du même tableau prises à des années différentes, elle constata avec effroi qu'effectivement, il n'y avait pas le même nombre de personnes sur chacune des photos. Francis lui demandait s'il pouvait venir étudier le tableau, il espérait pouvoir faire une thèse sur ce véritable mystère de l'art. Léa était trop perdue dans ses pensées pour répondre, tout ça semblait si surréaliste, on aurait dit le début d'un film d'horreur. Une part d'elle refusait de croire à tout ça, ce Francis était certainement un petit malin qui veut faire une farce avec une histoire à dormir debout, et un photomontage du tableau, mais une autre part d'elle ne pouvait s'empêcher d'y voir un lien avec le changement de comportement d'Anthony.

Avant que Léa ne puisse répondre, un hurlement retentit dans la maison, cela venait du bureau d'Anthony. Léa n'avait jamais entendu son mari hurler de la sorte, c'était autant un cri d'horreur que de douleur innommable. Sans réfléchir, Léa courut aussi vite que ses jambes et l'adrénaline lui permirent, mais ce qu'elle découvrit dans le bureau de son époux la laissa pétrifiée de terreur. À l'endroit où se trouver Anthony, il n'y avait plus qu'une grande flaque de sang, une traînée écarlate rejoignait le tableau, sur ce dernier, on pouvait voir que la famille de Friedrich venait de gagner un nouveau membre.
16

Un petit mot pour l'auteur ? 25 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Terrifiant! le tableau assassin. Vous êtes un maître de l'horreur réaliste! Je ne regrette pas mes lectures! Et ce n'est pas mon genre de lecture habituel... c'est dire.
Image de Hans Helskald
Hans Helskald · il y a
Je suis honoré que mes sombres récits vous aient autant plus.
Image de François B.
François B. · il y a
Une histoire bien menée dont je n'avais pas "vu venir" la fin
Image de Hans Helskald
Hans Helskald · il y a
Merci. Si vous êtes amateur de récits sombres, étranges, et horrifiques, je vous invite à découvrir mes autres nouvelles, et à ne pas rater les prochaines.
Image de Coline Lene
Coline Lene · il y a
Une belle intrigue, un bon suspens et une fin... Je me suis régalée!
Image de Hans Helskald
Hans Helskald · il y a
Merci, je suis ravi que vous ayez apprécié cet instant de terreur.
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Arrgh, un tableau assassin ♫
Image de VERONIK DAN
VERONIK DAN · il y a
Histoire très intéressante, envoutante, j'aurai  aimé que Léa accepte la visite de l'étudiant pour avoir quelques détails sur les personnages du tableau. L'intrigue est angoissante digne d'un thriller.
Image de Hans Helskald
Hans Helskald · il y a
Je suis ravi que mon sombre récit vous ait plu, si vous êtes frustré de ne pas en savoir plus sur cet étrange tableau, c'est que j'ai réussi mon coup. J'espère que mes prochaines histoires vous plairont autant.
Image de VERONIK DAN
VERONIK DAN · il y a
Au plaisir de vous lire. VERO.
Image de Eric Demens
Eric Demens · il y a
Il y a vraiment quelque chose d'intéressant dans ce texte. L'atmosphère est pesante.
Image de Hans Helskald
Image de Doria Lescure
Doria Lescure · il y a
Bonjour Hans,
un sujet plutôt bien porté malgré les petites erreurs de concordance des temps et une ambiance qui gagne en épaisseur et devient prenante. Cette histoire résonne avec l'une de mes nouvelles, "L'étrange boutique des métamorphoses" qui parle aussi d'un antiquaire et d'un tableau maudit. SI vous avez un moment, passez donc la lire.

Image de Hans Helskald
Hans Helskald · il y a
Ravi que l'histoire vous ai plu, j'espère que les prochaines vous plairont autant. Ce sera avec grand plaisir que j'irai faire un tour dans" L'étrange boutique des métamorphoses"
Image de de l air
de l air · il y a
L'idée est excellente et le style plutôt classique tranche bien avec le surprenant dénouement...!
Image de Hans Helskald
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Vers le milieu je me doutais un peu de la fin, mais cela n'enlève rien à la qualité du texte. J'aime beaucoup les livres et films d'horreur et, pour ma part, ce qui différencie un bon texte d'horreur d'un moins bon c'est l'ambiance. Dans le votre l'ambiance y est. Le côté horrifique puise ses racines dans le lieu de départ: les brocantes, qui sont des endroits mystérieux où se côtoient ancien et très ancien. Tout le monde sait que les objets ont leur histoire... Votre tableau en a une qui fait froid dans le dos. Je m'abonne pour continuer à vous lire
Image de Hans Helskald
Hans Helskald · il y a
Merci, j'espère que mes prochains écrits seront à la hauteur de vos espérances.
Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Vraiment pas mal! On ne s'attend pas du tout à la fin. L'idée est bonne. C'est bien raconté et les personnages sont bien campés, on ne s'ennuie pas un seul instant. Attention cependant à quelques erreurs concernant les temps du récit (du présent à la place de l'imparfait ou du futur à la place du conditionnel).
Image de Hans Helskald
Hans Helskald · il y a
Merci, comme l'ont déjà souligner Errenstein et Long John, je devrais être plus vigilant sur les erreurs de temps, penser à développer plus les personnages, et à mieux gérer le rythme. Je tâcherai d'appliquer ces bons conseils sur ma prochaine histoire, qui sera certainement inspirée d'un de mes cauchemars.
Image de Angie Blue
Angie Blue · il y a
Je trouve que ça va pour le rythme et les personnages.
En tout cas, le style nouvelle fantastique vous va bien. Ce texte m'a marquée et j'y ai repensé plusieurs fois, ce qui est plutôt bon signe. J'espère découvrir d'autres récits de cette qualité. Je préfère le genre fantastique au genre thriller gore.

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La chaîne du froid

Renée Zachariou

Dans mon congélateur, il y a des raviolis au porc, du saumon sous vide, des petits muffins au chocolat, et une main humaine.
Je l'ai trouvée il y a un mois dans mon piège à écrevisses. Je le ... [+]

Nouvelles

Moins cinq

Lyne Fontana

En ce soir de janvier, les quatre chambres de l'unique hôtel de Rives-aux-Ours étaient toutes occupées. Le lendemain auraient lieu les obsèques de Paulo.
La plus petite des deux salles à ... [+]