Oasia, voyage au cœur des métavers

il y a
5 min
24
lectures
1
En 2100, le manque d'espace et la surpopulation menacent le monde. Les métavers ont ainsi vu le jour. Conçus et imaginés par des communautés de dizaine de millier de passionnés, les métavers permettent à chaque chose interconnectée du réel d'y développer des pseudo existences virtuelles multiples.

*
**

Adam Hörgen s'était un peu reposé. Le voyage jusqu'au camp avait été épuisant. La chaleur était accablante. Établi en plein cœur du Sahara, entouré de dunes de sable à perte de vue, un ensemble de vastes tentes d'un blanc immaculé formait un camp en apparence provisoire. Pourtant, un peu à l'écart, protégé sous un dôme de méta-mat transparent, une mini centrale solaire fournissait l'électricité nécessaire à la vie d'une centaine de personne.
Adam pressa son doigt sur le lecteur biométrique, puis ajusta le casque de virtualité sensorielle sur sa tête. La bande optique glissa silencieusement devant lui alors qu'un message affichait : « Contrôle d'identité numérique en cours ». Après un temps qui lui sembla interminablement long, une voix féminine aérienne et métallique l'accueillit finalement:
– Bienvenu sur Oasia, voyageur du virtuel.

Des points scintillants commencèrent à apparaître dans le petit espace confiné de la tente dont le sol était couvert de grand tapis d'orient. Au fur et à mesure les points se regroupèrent en de multiples amas lumineux formant des sortes de boules étincelantes. Des lignes en émergèrent ensuite, se rejoignant entre elles.
Des formes géométriques apparurent et ainsi interconnectées, la structure d'un immense bâtiment se forma, s'étageant de plus en plus loin, de plus en plus haut, de plus en plus rapidement. Courbes, formes, couleurs, textures se fondirent en une harmonie parfaite.
Adam pivota lentement sur lui-même. Une étal de marchand se forma devant lui. Fruits, épices, thés surgirent par aplat de texture superposées. Puis des centaines d'autres étals se formèrent ainsi d'où dépassaient parfois les ramifications de grands palmiers.
Au loin, la texturisation se heurta à un bloc invisible ce qui laissa un instant un grand vide dans l'espace. Puis le bruit de l'eau percutant le sol lui parvint aux oreilles avant qu'une cascade géante ne se matérialise tombant littéralement du plafond de la superstructure.
Un point clignota dans le coin supérieur droit de son champ vision. Une carte schématique était affichée en transparence permettant à Adam de se repérer dans le métavers. C'était son point de rendez-vous. Il consulta sa barre énergétique, largement suffisante pour couvrir la distance indiquée de deux kilomètres quatre cent. Ce qui l'inquiéta plus fut son chronomètre. Il ne lui restait que trente minutes avant de pouvoir espérer arriver à l'heure...

*
**

Zéphira se fraya un chemin à travers la foule du bazar. Elle travaillait pour plusieurs marchands du secteur B-431 ayant pour rôle de séduire les clients par son charme afin de leurs vendre les produits proposés par ses employeurs.
Au loin elle repéra l'homme qui arrivait en sens inverse. Elle resta concentré sur lui jusqu'à ce qu'ils se retrouvent pratiquement à proximité l'un de l'autre. Puis d'un déhanché enflammé, faisant tinter la ceinture de clochette lui cerclant le ventre, elle fondit sur lui :
– Bonjour noble étranger, je suis Zéphira !
Ce dernier la regarda surpris, mais visiblement attiré par sa silhouette avantageuse qu'il ne manqua de détailler d'un rapide coup d'œil. Elle se rapprocha de lui voulant être certaine que les effluves de son parfum lui arriveraient aux narines grâce aux diffuseurs olfactifs intégrés dans les casques de virtualité sensorielle.
– Vous aurez besoin d'argent sur Oasia. Je propose le meilleur taux de change... 200 crédits oasiens le dollar.
Tout en parlant elle dansait autour de lui se rapprochant parfois très près de son oreille.
Elle n'avait pas manqué de repérer son sac à dos. C'est alors que lui vint la solution à son problème. Elle activa aussitôt la carte chapardage de sa pseudo existence. Avec 80% chance de réussite elle était pratiquement certaine de faire une réussite parfaite ce qui signifiait que non seulement elle réussirait à subtiliser le contenu convoité mais qu'en plus sa victime ne s'en rendrait même pas compte. La carte se volatilisa alors que l'Intelligence Artificielle du métavers calculait ses chances de réussite... Réussite parfaite !
Zéphira repartit dans la direction opposée, la marchandise volée enrobée dans le voile de ses cheveux qu'elle tenait à présent à la main comme un ballot. Cependant elle ne voulait pas disparaître aussi facilement. Elle se retourna après une bonne distance et héla l'étranger. D'un sourire narquois elle sortit du ballot l'un des articles volés et le lui montra ostensiblement...

*
**


Adam était hors de lui, se faire avoir comme un débutant, lui un voyageur chevronné du multivers ! Perdu pour perdu, il décida de se lancer à la poursuite de cette maudite danseuse du ventre.
Des centaines d'icônes s'était mis à apparaître sous l'immense voûte arquée en arceaux du bazar. Les marchands se voyaient affublés de petite maison flottante, de coche de couleur bronze, argent ou or ou encore de pourcentages qui augmentaient ou diminuaient au grès des promotions et des campagnes marketing.
Parfois il se rapprochait suffisamment pour pratiquement pouvoir la rattraper, parfois celle-ci reprenait de la distance.
A un moment il la vit tendre son ballot à un groupe de marchands qui se trouvait dans une contre allée étroite puis de le designer du doigt.
Le résultat de cette manœuvre habile ne se fit pas attendre. Une montagne d'objet en tout genre lui tombèrent aussitôt dessus. Adam reconnu la vieille ruse des ventes croisées. La voleuse avaient dû raconter aux marchands qu'elle venait de réaliser une bonne affaire. Elle ne manquait vraiment pas de culot !
Très énervé par ce jeu du chat et de la souris stupide il activa sa carte « Marchandage ». Réussite parfaite ! Aussitôt il banda les muscles, puis s'élança dans les airs, joignant les deux mains en guise d'enclume. Il retomba peu après en fracassant le sol de toutes ses forces. La montagne de produits dérivés et de promotions en tous genres vola aussitôt en éclat.
Les commerçants des alentours, les yeux fuyants retournèrent aussitôt vaquer à leurs occupations. Il ne serait plus embêter pour un bon moment.
La voleuse avait disparu. Il accéléra le pas et déboucha bientôt sur une petite place entourée de quelques palmiers. Flottant au dessus du sol, un tapis. Et assise dessus... Zéphira !

*
**

Il fonça vers le tapis qui commença à s'agiter d'avant en arrière. D'un bond Adam réussit à l'atteindre mais le tapis partit aussitôt vers la diagonale en montant vers le ciel ce qui le déséquilibra. Il se retrouva les jambes pendues en l'air les mains agrippant les extrémités du tapis qui continuait de prendre de la vitesse.
Après quelques minutes d'ascension le tapis magique décéléra.
Il avait complètement changé d'univers. Le chic et le luxe des étages supérieurs du bazar avaient remplacé les étals bon marchés du sol. Adam réussi à se hisser sur le tapis alors que celui-ci se calait contre une grande arche finement ouvragée. A peine s'était-il redressé, que la danseuse du ventre forma un « O » avec ses lèvres, en guise de baiser d'adieu, puis d'un saut de l'ange artistique plongea dans la vide.
Alors qu'elle allait s'écraser au sol, un nuage de vapeur bleutée se forma autour d'elle, l'enveloppant complètement. Lorsque le nuage fut dissipé, elle s'était littéralement volatilisée !
Un point scintillant attira alors l'œil d'Adam, son GPS lui indiquait qu'il était arrivé à destination. Stupéfait, il constata également que le ballot de tissu contenant ses effets personnels reposait sous l'entrée de l'arche. Il regarda alors un nouvelle fois dans le vide: sans Zéphira, il ne serait jamais arrivé à l'heure à son rendez-vous...
1

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Pas la peine d'attendre 2100 pour voyager depuis son ordinateur dans des mondes virtuels, cela fait au moins dix ans, voire davantage qu'ils existent mais cette nouvelle nous décrit l'élaboration graphique de ces univers et le déclenchement par manipulations informatiques de diverses attitudes avec un réalisme confondant. Un univers dépaysant, trépidant et un travail de pro. Bravo.
Image de Olivier Pélissier
Olivier Pélissier · il y a
Merci Sylvie. Le métavers est un niveau encore au dessus dans l'univers du virtuel et un concept qui n'existe pas encore vraiment. Heureux d'avoir pu vous immerger dans mon histoire. Belle journée à vous.

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

L'or et la suie

Fury Baud

La tragédie commune à la plupart des couples, sans distinction de classe ni d’âge, est évidement la monotonie qui mène à l’ennui. Peu importe la quantité d’amour et de tendresse que ... [+]