Nuit et jour

il y a
3 min
102
lectures
29

Mon avatar : Un graf depuis longtemps disparu. Il personnalise mon état d'esprit : Réagir et l'écrire.

« Je me fais chevaucher la chosette
je me fais chatouiller le bijou
Je me fais bricoler la cliquette
Je me fais gâter le matou

Et vous me demanderez peut-être
Ce que je fais le jour durant
Oh! cela tient en peu de lettres
Le jour, je baise, tout simplement »

Chanson de Colette Renard


Voilà en peu de mots, énoncé le quotidien de la belle Henriette. Elle avait du tempérament et en profitait pour payer ses dettes, l'emprunt de l'appartement et aussi ses toilettes, car elle était coquette, voulait apparaître à son avantage aux yeux de ses amants.

Arrivée d'une lointaine province où sa beauté s'étiolait, elle eut tôt fait de se constituer un carnet d'adresses digne d'un ambassadeur. Il y en eut d'ailleurs qui partagèrent sa couche, à l'égal de ministres et de grands industriels. Pas bégueule, elle choisit pour baiser le jour, un gentil fort des halles gâté par la nature.

Son carnet d'adresses ne lui fut d'aucune utilité quand elle entreprit des démarches auprès des autorités françaises, puis allemandes. Refusant de partager la couche de l'occupant, elle se heurta à la bien-pensance des séides du maréchal, qui refusèrent d'aider une demi-mondaine à récupérer son chéri alpagué pour le STO.
,
Entrée en résistance, dans tous les sens du terme, c'est en tant qu'agent de liaison qu'elle se fit, elle aussi, alpaguer par la milice. Cumularde : femme dite de petite vertu et juive. Pourquoi pas, communiste. Elle fit l'objet d'une attention particulière de la part de ceux qui n'avaient pas eut droit à ses faveurs. Les autres changèrent de trottoir.

Quand elle franchit la porte de Ravensbruck en sens inverse, elle ne pesait pas bien lourd, mais elle avait tenu le coup dans l'espérance de revoir son chéri. On pourrait reprendre telle qu'elle la phrase « Arrivée d'une lointaine province où sa beauté s'étiolait », elle eut tôt fait de retrouver celui qui, hélas n'avait pas attendu, se pavanant désormais au bras d'une gourgandine ayant échappé de peu à la tonte.

Ayant gardé de tendres sentiments à son égard, elle le raya simplement de sa mémoire. Les autres par contre ne perdaient rien pour attendre.

Par quel hasard son appartement avait-il échappé aux visites des collabos rapaces ? Elle le retrouva tel quel, si ce n'est qu'une adorable demoiselle l'occupait, qui elle aussi vivait de ses charmes. Les temps étaient difficiles, aussi Henriette après avoir extrait d'une cachette les documents attestant de sa qualité de propriétaire, proposa à Bernadette une colocation à moindres frais, ce loyer lui permettant de survivre en attendant de trouver un emploi. N'ayant plus de goût pour la cabriole, elle se voyait bien serveuse dans une des brasseries qui rouvraient sur les boulevards.

Les deux comparses s'entendirent à merveille. Elles travaillaient désormais de nuit, Bernadette à domicile, Henriette au « Gramont » boulevard des Italiens où malgré sa pauvre mine on l'embaucha, faute de main-d'œuvre masculine.

Un matin au petit déj où elles aimaient à se retrouver, Bernadette après bien des hésitations, mis sur le tapis les années de guerre, comment elles les avaient traversées. Elle derrière la ligne de démarcation, donc relativement protégée n'avait pas grand-chose à en dire. Par contre elle crevait d'envie de connaître l'odyssée d'Henriette dont l'état de délabrement à son arrivée, attestait de souffrances sans nom.

Henriette répugnait à évoquer les années de camp. Elle avait refermé cette boite aux souvenirs, mais la rage l'habitait toujours. Une idée avait germé dans son cerveau. Bernadette allait devenir un élément de son projet. Son fort des Halles à qui elle avait pardonné lors d'une rencontre fortuite, en serait aussi.

L'entreprise fut exemplaire dans son efficacité. Bernadette rabattait, Henriette trucidait, Léon évacuait. Dans les milieux hauts placés, où ceux qui étaient allés à l'abreuvoir continuaient à brasser les affaires du pays, on s'inquiéta de ces disparitions, mais sans les évoquer au grand jour. Les anciens amants d'Henriette y passèrent tous sans que leurs collègues lèvent le petit doigt, trop heureux d'être restés dans les bras de leur régulière.

*****

Il ne sait dans quelle mesure il peut croire aux confidences que lui fait la gentille grand-mère, sa voisine, devant le thé accompagné de petits gâteaux, très secs, qu'elle lui a gentiment proposé de partager. Il a l'impression qu'elle veut ainsi soulager sa conscience et témoigner par l'entremise du petit jeune homme, qui prépare une thèse sur les années de guerre.

On lui donnerait le bon dieu sans confession dans sa petite robe d'organdi et son col Claudine joliment brodé. L'adorable mamie redresseuse de torts s'est endormie dans son fauteuil douillet. Apparemment la conscience tranquille et ce n'est pas le petit jeune homme qui ira cafter.
29

Un petit mot pour l'auteur ? 36 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer  Commentaire de l'auteur · il y a
Les quelques paroles citées de la chanson de Colette Renard ne sont qu'un petite partie de l'oeuvre "Les nuits d'une demoiselle"
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
La belle Henriette, mancelle d'origine, et la très chouette Bernadette, sans doute celle qui inspira Nino... ou la froidure du plat vengeur....
Image de Lyncée Justepourvoir
Lyncée Justepourvoir · il y a
Encore des surprises Long Jhon ! Merci
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Une femme sans compromis ni compromission, un destin qui traverse le siècle dernier.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Elles furent un certain nb qui, sans taches œuvrèrent pour la France, loin des luttes d'influence, on en célèbre qq unes ces temps-ci
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Sans tâches ? Elles accomplissaient une noble tâche. Heureusement on parle d’elles, c’est un aspect positif du féminisme actuel. Bon week-end Loodmer, bravo pour ce beau texte et la citation initiale de cette chanson qu’il m’est arrivé d’écouter à la radio (France Inter)
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Je veux dire par là que tous les combattants n'ont pas été exempt de compromissions ou d'intérêts pour eux ou leur chapelle
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Certes certes 😁
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Ton interrogation vient de cet accent qui change le sens de mon propos (taches et non tâches)
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Ne t’inquiète pas, c’est ma lubie : si j’avais du « detâchant », sic et lol, j’effacerais toutes ces tâches qui font des taches une lourde tâche pour moi 😂😂😂
Image de Lino R.
Lino R. · il y a
Pendant la guerre, ma grand-mère faisait de délicieuses tripes aux papillotes.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
C'était Léon son fournisseur ?
Image de Lino R.
Lino R. · il y a
oui, avant qu'il casse sa pipe.
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Bernadette et Henriette,"travail soigné à domicile" ;-))
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Nickel, pas de traces
Image de JLK
JLK · il y a
Loodmer ou l'art de la concision. Un TTC-roman.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Un synopsis pour un film historique
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Bravo, Capitaine, en grand ... elle tient au coeur ton histoire et ta petite Mamie qui a aussi tant chaviré de vie, elle est éclatante de ses envies,de ses souffrances, de ses solitudes, de sa volonté à être ... j'ai adoré ! ... et puis toujours ton élégance d'écriture qui distance tout ... trop bien !
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Il n'en reste plus beaucoup pour témoigner de la grandeur du sacrifice de tant de femmes, de tous milieux et de toutes croyances
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Mais ceux qui restent, savent ...et donnent ...
Image de Mireille d agostino
Mireille d agostino · il y a
Des événements qui se sont bien déroulés, ces années-là. Une thèse certainement réussie.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Qui auraient pu et ont peut-être...
Image de Granydu57 Ww
Granydu57 Ww · il y a
Début croustillant et suite sérieuse. Les années d'avant, pendant et après guerre regorgent de faits semblables.
Toujours écrit avec un style journalistique que j'apprécie fortement.

Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
J'ai eu un temps une carte de presse. Il a du en rester qq chose
Image de Haruko San
Haruko San · il y a
Super à lire tu as ton style pour raconter tes mots pour dire et au final c’est trop bien ! Bonne journée «  plume » qui sait ! Bises fraiches-:)
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Le style est important et la grammaire aussi
Image de Haruko San
Haruko San · il y a
En effet il vaut mieux ! On rajoutera le vocabulaire parce que pour écrire dans l’art erotique il en faut sinon cela devient vite vulgaire !!!

Vous aimerez aussi !