Mon Ami

il y a
4 min
138
lectures
67
Qualifié

Lecture, mer parmi mes passions. Pour l’écriture, je débute, merci pour votre complaisance!

Image de Nouvelles Renaissances - 2021
Image de Très très courts

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

L’enfant s’ennuie. Pourtant sa chambre regorge de jouets, de livres, L’enfant se sent seul, sans ami, sans petit compagnon de jeu. Il vit dans une somptueuse maison, aux pieds des montagnes, d’une forêt, de ruisseaux, d’une nature luxuriante, entouré de l’affection de ses parents qui l’éduquent à la Dolto, des explications, de la patience, de l’amour, tout quoi ! Mais aussi des recommandations en veux-tu en voilà, des interdictions. De ces interdits, un le dérange particulièrement, un qui est à sa portée. On lui interdit de se rendre seul dans la belle forêt qui jouxte la propriété.
Aussi, lorsqu’il échappe à la vigilance parentale, subrepticement, il s’y rend.

La Forêt lui apparaît comme un monde magique, ses petits pas l’entraîne vers un monde merveilleux, le chant des oiseaux, la petite rivière où il trempe ses petons, certains animaux qu’il aperçoit parfois, c’est un autre univers, sans barrière, sans entrave, il se sent libre.

Un matin, fier d’échapper à la « prison » familiale, il part à l’aventure avec un sac à dos dans lequel il a glissé du pain, du chocolat, sa gourde et quelques friandises. Il est prêt pour l’excursion...

Et voilà, notre petit bonhomme qui marche d’un bon pas dans les bois, il hume l’odeur de la forêt, les effluves embaumés qui lui arrivent de partout. Le nez en l’air, les oreilles à l’affût, il écoute la nature, elle lui parle, elle lui offre ses biens les plus précieux.

Il marche, sans regarder derrière lui, comme il est jouissif ce sentiment de liberté. Soudain, une petite boule se précipite vers lui, les bras tendus. Ses jambes maigrelettes semblent à peine la porter, des poils hirsutes recouvrent entièrement son pelage, ses yeux larmoyants le regarde avec tendresse. L’enfant tend les bras et le petit animal se blottit contre lui ses bras enserrant le cou de l’enfant. L’enfant est surpris, ravi, il se demande ce qui lui arrive. Puis, il berce doucement ce petit être qui s’est jeté sur lui, s’assoit sur l’herbe et partage sa barre de chocolat avec la petite boule de poils. L’animal mange avec gloutonnerie, boit à la gourde que l’enfant lui tend et se tient tranquille, serein.

Que vais-je faire de toi se dit l’enfant, tu es déjà mon ami et j’ai tellement besoin d’un ami. Je veux te garder avec moi. Une idée lui traverse l’esprit. Je vais te cacher dans la grange du fond, seule bâtisse non détruite sur le domaine familial.

L’enfant s’en retourne vers son logis avec son nouvel ami. Arrivés dans la grange, il lui installe un lit douillet improvisé. L’animal semble comprendre qu’un repos bien mérité s’offre à lui et s’installe confortablement sur la paille étalée.

L’enfant revient discrètement chez lui, monte directement dans sa chambre. Ouf, son absence est passée inaperçue. Vite, il consulte ses livres sur les animaux pour apprendre à quelle espèce appartient son nouvel ami. Mais, il ne trouve rien de ressemblant. Zut, se dit-il, mes parents ne m’autorisent internet que le week-end, je vais devoir patienter.

L’heure du dîner et celle du coucher arrivent et l’enfant a déjà échafauder un plan pour retrouver son ami. Attendre que ses parents dorment et sortir sur la pointe des pieds. Les heures défilent lentement. Vers minuit, l’enfant a réussi à garder ses yeux grands ouverts. Doucement, il sort du lit, descend dans la cuisine, remplit un sac avec de la nourriture et du lait, sort sans faire de bruit et se dirige vers la grange.

Au loin, il entend des cris étranges, l’enfant est un peu effrayé, vite il ouvre la porte de la grange et s’y engouffre. Son ami est éveillé, vient vers lui, lui faire un câlin. De nouveau, il le berce tendrement.

Les cris se rapprochent, son ami tend l’oreille et commence à émettre les mêmes sons, il s’agite. L’enfant le lâche, l’animal court partout dans la grange, quand soudain à l’unique fenêtre que possède la grange, une créature énorme apparaît, ressemblant étrangement à la petite boule de poils mais en taille XXL. L’enfant prend peur, son ami semble de plus en plus agité. L’énorme créature cogne contres les parois de la grange. Elle va voler en éclats se dit l’enfant, aussi peureusement, il entrouvre la porte. Le petit animal s’en aperçoit et détale à l’extérieur. L’enfant regarde maintenant par la fenêtre et voit son ami blotti contre le monstre qui le caresse, le cajole, l’embrasse. L’enfant est ému. Puis, la créature s’en retourne avec celui qui semble être son petit contre elle et prend la direction de la forêt.

L’enfant est triste, il se dit qu’il a déjà perdu son ami. Discrètement, il retourne se coucher en pleurant. Le lendemain, les parents s’aperçoivent que l’enfant semble perturber et lui posent de nombreuses questions, mais l’enfant se mure dans le silence.

Le week-end arrive et l’enfant est autorisé à utiliser le net. Fébrilement, il lance des recherches. Il veut absolument savoir qui était son ami. Des images défilent, mais rien de ressemblant ne lui apparaît. Sa maman lui propose de l’aider. Que cherches-tu mon petit ? L’enfant décrit son ami, ainsi que la créature qu’il a vue. Eh bien, lançons une recherche sur les animaux imaginaires, lui indique sa maman. Et là, l’enfant désigne à sa mère, l’animal dont il a parlé.

Mais c’est un yéti, lui apprend sa maman. Tu as rêvé d’un yéti ? Sans doute, lui répond l’enfant !
67

Un petit mot pour l'auteur ? 4 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Armelle Fakirian
Armelle Fakirian · il y a
Très très joli ! 💜
Image de Jeanne Pica-Borruto
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
J'ai beaucoup aimé la fin quand on apprend qui est son ami imaginaire. Original
Image de Jeanne Pica-Borruto