L'odyssée du lieutenant de Rudio

il y a
2 min
163
lectures
15
Ils sont cachés dans les buissons qui bordent la
rivière. La nuit tombe, ils vont pouvoir se glisser
jusqu'au cours d'eau et boire enfin. Ça fait des
heures qu'ils attendent. Ils sont quatre rescapés
du bataillon que Reno commandait, et qui s'est
lancé à l'assaut du camp indien. Un assaut qui
avait pourtant bien commencé, mais qui a tourné
à la débandade en moins d'une demi-heure.
Qu'est-ce qui lui a pris, au major? Les soldats
s'étaient repliés dans les bois avec un minimum
de pertes, et les Indiens se faisaient faucher en
attaquant à découvert. Pourquoi n'avoir pas tenu
cette position? Quitter les bois, quelle folie!...
Ils sont là, quatre, qui ont échappé au massacre.
Il y a le soldat O'Neil, les interprètes Gérard et
Jackson. Et lui. De Rudio. L'homme qui revenait
déjà de loin. Celui-là , sa vie est un roman.
Charles de Rudio. Né Carlo Camillo di Rudio, fils
du comte Aquila di Rudio. Il vint au monde il y a
quarante-quatre ans, à Belluno, en Vénétie. L'Italie
vit alors sous domination autrichienne. Ce fils
d'aristocrate est promis à la carrière militaire, et
à l'âge de seize ans il entre à l'académie San Luca
de Milan. Or, cette année 1848, en Italie comme
en France, c'est l'embrasement. Carlo voit l'armée
autrichienne à l'oeuvre. Il règle son compte à un
soldat qui avait violé une Italienne et s'enfuit
à Rome pour se joindre aux patriotes. Mais la
République Romaine proclamée par Garibaldi et
Mazzini fait long feu : Napoléon lll, l'ami de la
Papauté, envoie ses troupes rétablir l'ordre, et
Pie lX, qui s'était envolé, peut se rasseoir sur le
saint-siège. De Rudio, la police aux trousses, file à
Venise, bientôt vaincue elle aussi. Commence alors
une longue équipée qui le mène en Angleterre
où il fait la connaissance d'Eliza Booth, quinze ans,
sa future épouse. Mais si Carlo rencontre l'amour,
il n'en perd pas pour autant l'envie de mettre le feu
aux poudres. Celles de la révolution.
Le 14 janvier 1858, à Paris, l'Empereur et Madame
sont de sortie. Le cortège roule vers l'Opéra lorsque
quatre bombes éclatent. Bilan : huit morts et plus de
cent blessés. Napoléon lll, ce veinard, s'en sort sans
une égratignure. Les auteurs de l'attentat sont arrêtés :
ils se nomment Orsini, Pieri et de Rudio. Vite jugés,
vite condamnés. À la peine capitale. Orsini et Pieri
sont exécutés, mais pas Carlo. Son épouse a des
relations et elle plaide sa cause auprès de l'impéra-
trice Eugénie. De Rudio voit sa peine commuée en
réclusion à perpétuité sur l'île du Diable.
La dure existence du bagnard, il ne la connaîtra pas
longtemps : quelques mois plus tard, ils sont une
douzaine à se faire la belle. De Rudio va gagner la
Guyane Anglaise et s'ensuit un nouveau périple qui
le ramène à Londres retrouver son épouse. Et tous
les deux, ils embarqueront pour les États-Unis où,
rebaptisé Charles, il va faire la carrière militaire qu'il
n'a pu faire en Italie.
Et le voilà ce soir, de Rudio, premier lieutenant de la
Compagnie A du Septième de Cavalerie, sur les bords
de la Little Big Horn. Les armes se sont tues. Reno et
le reste de son bataillon sont quelque part sur les
hauteurs, sans doute rejoints par le troisième bataillon,
celui de Benteen. Sioux et Cheyennes ont regagné le
campement. Les Indiens ne se battent pas la nuit.
Et Custer? Il devait attaquer l'autre côté du camp.
Où est-il, Custer? Vous le saurez bientôt, lieutenant.
Quand les Indiens seront partis.
Quand vous verrez deux cents cadavres sur une colline.


Charles de Rudio, Belluno 1832-Pasadena 1910.


15

Un petit mot pour l'auteur ? 31 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
1910 Donc il n'a pas été scalpé. Des pérégrinations en perspectives, dans le passé, ou dans le futur...
Cela dit, un récit passionnant. Grand plaisir à le lire. Le style permet pratiquement de le vivre... les flèches en moins. Quoi que. Damned, i'm hurted! Oh my God! My own blood 's goin'to the river, and after, by the river down Babylone ♫♪ Car tout finit par des chansons. Ou mal!

Image de JLK
JLK · il y a
"Little Big Horn, autopsie d'une bataille légendaire", de David Cornut, fait revivre
minute par minute les trois heures du combat, avec les témoignages des soldats
et des Indiens, c'est mieux qu'un roman, et très documenté...

Image de Robert-Haïtam Péaud
Robert-Haïtam Péaud · il y a
Une vie bien remplie. Un très bon texte. J'ai beaucoup apprécié.
Image de A. Gobu
A. Gobu · il y a
Je ne connaissais pas Rudio (à une voyelle près, il avait un patronyme prémonitoire) Surprenant crossover entre l'Europe des Carbonari et l'Amérique des tuniques bleues, où l'on dirait que, pour une fois, ce révolutionnaire avait changé de camp...
Image de JLK
JLK · il y a
Il y avait plusieurs Italiens sous les ordres de Custer, dont Giovanni Martini, le clairon,
devenu conducteur de tramway à New-York. Et des Français, comme Jean-Baptiste
Désiré Galenne, ancien étudiant à Lorient, et Stanislas Roy, qui reçu la médaille du
Congrès. Il faisait partie des quinze volontaires qui ont dévalé Reno Hill sous le feu ennemi,
au deuxième jour de la bataille, pour aller chercher de l'eau, avec quatre tireurs d'élite en couverture.

Image de Cali Mero
Cali Mero · il y a
Un saut dans l'histoire et la vie mouvementée de Charles de Rudio. J'attendrais pas demain pour savoir ce qu'était devenu le général Custer. Déjà je défends les indiens car les colons volaient leurs terres. Ils les ont affamés en tuant des millions de bisons. Pour faire court en 1876, le plus grand rassemblement réunissant les Apaches, Comanches, Navajos Cheyennes Mohicans et leurs chefs; Géronimo, Cochise, Crazy-Horse ont gagné la bataille contre le général Custer. Les représailles suivirent, ils furent vaincus en 1880.(Se reporter pour en savoir + à mon texte "Don Quichotte)
Image de JLK
JLK · il y a
Pas d'Apaches ni de Navajos, encore moins de Mohicans à Little Big Horn,
donc pas de Cochise ni de Geronimo, mais des Sioux et des Cheyennes.

Image de Cali Mero
Cali Mero · il y a
Je confirme ,j'avais vu une émission à la télé quad j'ai écrit ce texte. Je vais rechercher su Google demain.
Image de Cali Mero
Cali Mero · il y a
autant pour moi, vous avez raison.
Image de Alberto Trentinher
Alberto Trentinher · il y a
Belle histoire, très originelle, pour apprendre un peu d'Histoire.. en forme de poème libre bien conçu.. bravissimo/a JLK👏🥂😮
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Récit intéressant et instructif pour un personnage qui mériterait un roman ou, au moins, une Novella !
Image de JLK
JLK · il y a
Le récit de sa vie a été publié à l'époque.☺
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Ben... 🤔s'il n'est accessible que dans un style démodé, il mérite un petit rafraîchissement stylistique 😉😘
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Ce texte, resserré et instructif aurait mériterait d'être développé sous la forme d'une nouvelle bien plus longue ou carrément d'un roman, car j'associe en partie cette histoire à celle de Lucile Bradsock, racontée par Franz-Olivier Giesbert dans " L' Arracheuse de dents", Gallimard , 2016, Folio, 2018, première femme dentiste pendant la Révolution Française, qui prétendait avoir tué Custer lors de la bataille de Little Big Horn : " Que les historiens veuillent bien prendre note : c'est moi, Lucile Bradsock, qui ai tué le boucher des Blacks Hills. Je l'ai fait avec fierté et préméditation, je le jure sur la tête de mon fils unique qui est fâché avec moi."
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Une sacrée destinée, jusqu'à la folie d'un général
Image de JLK
JLK · il y a
Aucune folie chez Custer. Mais beaucoup de whisky chez Reno,
et beaucoup de rancune chez Benteen.
Reno a donné l'assaut d'un côté du camp, Custer de l'autre, mais
Benteen, qui devait attaquer au centre, n'est pas venu. Il a traîné
à l'arrière et ignoré l'ordre de Custer de presser l'allure et de lui
faire parvenir des packs de munitions. Et quant il a rejoint Reno, soûl
et qui avait battu en retraite ( les Indiens n'ont jamais compris pourquoi
il avait fait sortir son bataillon des bois où il était retranché) les deux
officiers sont restés sur une colline, loin de la bataille. 400 soldats avec
un convoi de munitions, tandis que Custer et 210 hommes se battaient
contre mille indiens. Ils n'ont rien tenté pour venir en aide à leurs
camarades. Custer, lui, n'aurait jamais laissé tomber ses soldats.

Image de JLK
JLK · il y a
Chiffre édifiant : seul 33% des effectifs du 7e de cavalerie ont pris part à 88% des combats.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Pour cette fois peut-être, mais sa folie meurtrière est bien un fait.
Image de JLK
JLK · il y a
"Little Big man" a donné de Custer une image totalement fausse.
C'est une caricature, ce film. Si Custer avait été un tueur de femmes
et d'enfants, les Indiens ne l'auraient pas épargné à Little Big Horn.
Tous les soldats, ce qu'on ne dit jamais, ont été mutilés, souvent par
les squaws, sauf deux : Custer et le capitaine Keogh dont la compagne
était Indienne. Commentaire de Sitting Bull : " Custer était un brave
guerrier, un grand chef. Les Indiens l'ont honoré et ne l'ont pas scalpé."

Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
On en apprend, des choses grâce à toi !
Image de Gilles Pascual
Gilles Pascual · il y a
En cherchant des infos sur les évasions de l'Île du Diable, je suis tombé sur l'histoire épouvantable du bagnard multi-évadé René Belbenoît (meurtres, anthropophagie...)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Belbeno%C3%AEt

Image de Gilles Pascual
Gilles Pascual · il y a
Excellent texte, instructif, évocateur, distrayant, passionnant, bien raconté. Le format TTC est très adapté.
Tu as bien fait de renoncer au cadrage : sans fonctionnalités de traitement de texte ce n'est pas compliqué, c'est impossible.

Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Très intéressant ce texte ! Une vie comme une épopée...
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Je m'instruis ! Merci, JLK. Belle soirée.
Image de Ninn' A
Ninn' A · il y a
ah ben mince, jamais entendu parler de ce Di Rudio, né à deux pas de chez ma grand-mère ! et pourtant j'ai traîné mes guêtres plus d'une fois à Belluno quand j'avais une vingtaine... bref, il n'est jamais trop tard pour apprendre :-) surprise par la découpe du texte, j'ai commencé à compter les syllabes par ligne en me disant... il a fait un retour chariot à chaque douze pieds ? mais j'ai vite abandonné pour me plonger dans cette histoire. bonne soirée !
Image de JLK
JLK · il y a
Voir sa fiche sur Wikipedia.
Image de Ninn' A
Ninn' A · il y a
oui c'est fait :-)
Image de JLK
JLK · il y a
J'ai renoncé au cadrage du texte. Trop compliqué.
Image de Ninn' A
Ninn' A · il y a
pourquoi cadrer ? j'ai l'impression que ça ne facilite pas la lecture
Image de JLK
JLK · il y a
Avec ma tablette, même en MP, si je tape trop large,
quand je valide, le texte est désarticulé.

Image de Ninn' A
Ninn' A · il y a
La tablette farceuse :-)

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Dernière demeure

Claudel

L'atmosphère était détendue. S'ils ne parlaient pas, ils communiquaient. Le bruit des couverts sur le grès des assiettes racontait le plaisir qu'ils prenaient. Leurs sourires, leurs regards ... [+]