Les Mamies et les Papis

il y a
5 min
129
lectures
17
Qualifié
Toutes les feuilles sont marron et le ciel est gris. Mamie Jeanette quitte son cours d'aquagym. Elle adore l'automne. L'ambiance. La pluie. Le vent frais. La grisaille. En plus, il y a moins de monde à l'aquagym et ça, c'est bien ! En été, c'est à peine si elle a suffisamment de place pour faire tous les mouvements que dicte le moniteur. Elle marche vite. Elle a très faim. Il ne faut pas qu'elle rate le début du conseil. Ce soir, il se tiendra chez Papi Luc. Ils ont pris l'habitude de s'appeler Papi Untel, Mamie Unetelle. Ça les fait rire. Et puis, ils assument leur grand âge !
Tout est prêt chez Papi Luc. Lui aussi a super faim. Il a préparé sa spécialité : sa tarte au fromage de chèvre. Tout le monde en raffole ! Enfin, à part Mamie Gemma, la réservée, mais elle n'aime rien celle-là. Il l'a croisée ce matin au marché. C'est à peine si elle lui a dit bonjour. Papi Luc voit de plus en plus de jeunes au village. De jeunes couples avec leurs enfants. Ça le ravit. Il se dit que parmi eux, il y a peut-être son prochain apprenti. Il ne se fait pas trop d'espoir. Il sait que ce n'est pas si simple.
 
Voilà tout le monde qui arrive : Papi André qui a emmené sa liqueur de châtaigne, à consommer avec modération, Mamie Gemma, Mamie Émilie. C'est sur cette dernière que Papi Luc crushe depuis plusieurs années. C'est la plus expérimentée de leur groupe. Et voici Papi Armand, qui se plaint que la pluie a commencé à tomber. Tout le monde l'appelle Schtroumpf grincheux, dans son dos. Enfin, Mamie Jeanette arrive la dernière. Elle s'excuse :
— Pardon, j'avais piscine ce soir.
— Ne t'en fais pas, la rassure Mamie Émilie. Nous n'avons pas commencé.
Tout le monde prend place autour de la grande table en chêne de Papi Luc. Ce dernier y a déposé sa grosse tarte au fromage au chèvre et tout un tas de trucs à grignoter, des bonbons, des chips, des pistaches, de petits biscuits. Il y a aussi du vin, de la bière et des sodas en tout genre. Chaque membre du conseil prend une assiette et s'applique à la remplir. Une vraie bande de morfales ! Ils commencent à s'empiffrer comme s'ils n'avaient pas mangé depuis des jours. Au bout d'un moment, Mamie Émilie prend la parole.
— Mes amis, chers Mamies et Papis, si vous le voulez bien, nous allons commencer ce conseil de sorcellerie.
Papi André rote bruyamment. Il a visiblement déjà bien entamé sa liqueur de châtaigne.
— Mais on a faim, dit-il d'une voix pâteuse, en continuant à se gaver.
— Oui, tout le monde a très faim, André. Mais notre ordre du jour est bien rempli.
Tout le monde grogne et poursuit ses bruits de bouche. Mamie Émilie soupire.
— Bon, pour commencer, j'aimerais aborder le thème des apprentis. Quelqu'un a-t-il eu une révélation ?
Papi Armand lève un doigt plein de gras.
— Oui, Armand.
Il s'empresse d'avaler ce qu'il a en bouche.
— On est d'accord que la révélation c'est quand on rêve d'un p'tit qui nous dit qu'il est notre apprenti ?
— Oui, c'est bien cela.
— Ah bah, j'ai eu une révélation alors.
Il n'a pas vraiment l'air ravi. Tout le monde arrête de manger et l'interroge du regard. C'est pas courant une révélation. Une tous les 100 ans pas plus.
— Et bien, montre-nous, l'encourage Papi Luc.
Papi Armand souffle comme un gros bœuf pas content. Il s'essuie la main droite sur sa serviette. Ensuite, il la lève et claque des doigts. Une bulle de brume argentée apparaît au-dessus de lui. La brume se dissipe et laisse apparaître l'image d'un jeune homme. Il doit avoir quatorze, quinze ans. Il s'amuse à balancer des cailloux sur des canards. On reconnaît l'endroit, c'est le petit parc près de l'église. Les mamies et les papis semblent fascinés.
— Alors ? Tu l'as contacté ? s'enquit Mamie Jeanette, envieuse.
— Bof, c'est un abruti total, réplique Papi Armand.
Mamie Émilie ne semble pas apprécier son commentaire et le réprimande.
— Peu importe. La révélation ne ment jamais. Tu t'occuperas de son instruction magique. C'est un sorcier. Vu que c'est ton premier apprenti, tu viendras me voir demain soir, chez moi, pour que je te donne quelques conseils basiques.
Papi Armand souffle encore. Il aurait préféré continuer à ne rien faire dans la vie. Enfin, rien à part juste un petit sort par-ci par-là, pour piquer un truc sympa, ou se payer un séjour chanmax dans les îles. Papi Luc, lui, est jaloux parce qu'il n'est jamais allé chez Mamie Émilie.
— Bon, deuxième point à l'ordre du jour.
Soudain, on entend un gros bruit sur la table. C'est Papi André qui s'est effondré raide bourré ! Les autres explosent de rire. Hilare, Mamie Jeanette, qui avait du soda dans la bouche, n'a pas pu s'empêcher de le cracher sur Papi Armand, en face d'elle ! Mamie Gemma fait beurk. Y a pas à dire : on s'amuse bien au conseil de sorcellerie !
Mamie Emilie hausse la voix pour couvrir les ronflements du poivrot. Elle dissimule mal son agacement.
— Je disais donc : deuxième point à l'ordre du jour. Je pense avoir trouvé la solution pour soigner notre faim insatiable.
— Ouaw bravo ! acclame Papi Luc, le fayot.
Elle sort une flasque de sous sa robe.
— J'ai concocté un antidote-test et je souhaiterais que nous l'essayions tous. Cela vous convient-il ?
Tout le monde marmonne un accord. Ils font tous confiance à Mamie Émilie, de toute façon. Elle reprend d'une voix grave.
— Comme vous le savez, cette faim incontrôlable est un effet indésirable causé par la potion Saint-Germain que nous prenons chaque année et, à ce sujet, j'ai une information de la plus haute importance à vous communiquer.
La bande s'est plus ou moins calmée et décide de faire silence. On réveille même Papi André, le soûlard, d'un coup de coude dans les côtes. Mamie Gemma s'excite :
— Crache le morceau Émilie ! J'aime pas quand tu mets le suspense comme ça ! J'ai passé l'âge !
Papi André la raille :
— Ah ouais ? Et t'as quel âge mémère ?
— Comme toi, crétin, cinq-cent-soixante !
— S'il vous plait ! Ceci est un conseil régional de sorcellerie ! Regardez-vous ! Vous vous comportez comme une bande de gamins attardés !
Mamie Émilie est énervée, pour de bon. Le calme revient. Les mamies et les papis ont arrêté de manger et de boire.
— Bien. Comme vous le savez, je suis allée en conseil national la semaine dernière. Les informations nous concernant ont été très claires. Nous recevrons notre dernière dose de potion Saint-Germain l'année prochaine.
Tout le monde est sous le choc. C'est Mamie Jeannette qui brise le silence.
— Mais alors, il nous reste combien de temps ? demande-t-elle d'une voix tremblante.
— Une centaine d'années à peu près, répond Mamie Émilie catégorique.
Papi Armand cligne des yeux. Il commence à être passablement imbibé. Ça l'agace. Il questionne :
— Mais alors ? On va mourir ?
— Bah oui idiot ! Comment t'es censé faire sans potion d'immortalité ? réplique Mamie Gemma du tac au tac.
Incrédule, Papi Luc se tourne vers Mamie Emilie, son crush.
— C'est vrai Émilie, on va mourir ?
Mamie Émilie prend une voix émue en s'adressant à toute la bande.
— Oui, mes chères Mamies et mes chers Papis, nous allons tous mourir. J'aimerais que vous sachiez qu'il nous reste beaucoup de travail pour ces dernières années. Ne perdons pas de vue notre...
Mais personne ne l'écoute. C'est l'explosion de joie ! Ils vont enfin mourir ! Ils se lèvent et se prennent par les mains pour danser autour de la table, sauf Papi André qui est retombé raide bourré, sur le sol cette fois. Même Papi Armand, le grincheux, et Mamie Gemma, qui n'est jamais satisfaite, sautent de joie. On met de l'électro à donf ! Vitalic, leur artiste préféré du moment. La liqueur de châtaigne coule à flots. Ils scandent en cœur « On va mourir ! On va mourir ! »
C'est le bonheur total ! Papi Luc pose un baiser baveux sur la joue de Mamie Émilie qui va s'asseoir plus loin dans un fauteuil du salon, dépitée.
Quand elle était jeune, elle pensait que la sagesse venait avec l'âge. Elle se souvient que les mamies et les papis avaient été de grands sages quand ils avaient entre cent et deux cents ans. Force est de constater que, passé cet âge, la sagesse s'en va en courant.
17

Un petit mot pour l'auteur ? 14 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ben du Pouyau
Ben du Pouyau · il y a
Papi Ben a bien aimé votre humour, il a même un petit crush ! :-)
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Toute la saveur d'une succession séculaire sans passer par "Pôle-Emploi" ...
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
Frôler l'immortalité devient donc indigeste ? Manifestement au vu des pratiques de ces vieux sorciers. Amusant second degré.
Image de Nadine TRIVIDIC
Nadine TRIVIDIC · il y a
Un récit bien mené avec une fin originale tendant vers une appréhension de la mort tout à fait autre.
Image de Mary Benoist
Mary Benoist · il y a
Histoire plus profonde qu'elle n'en a l'air. J'aime beaucoup la fin.
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Partir, c'est mourir un peu
Mourir, c'est pourrir beaucoup...
Mourir, la belle affaire!
https://www.youtube.com/watch?v=qKggl6AGXJs

Image de Pat Vermelho
Pat Vermelho · il y a
C'est pas sorcier d'être vieux, ou justement si, si on en croit ce petit récit fort attrayant. L'humour en fil rouge, mais par derrière deux des plus grand défis de l'humanité, la quête de l'immortalité et le besoin de mourir lorsque la vie devient trop oppressante. A voté.
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Une ambiance fort sympathique mais est-on vraiment entre sorciers ou en EHPAD ?♫
Image de Cécile Emmeau
Cécile Emmeau · il y a
Haha ! Bonne question !
Image de Marie Van Marle
Marie Van Marle · il y a
Des super sorciers et sorcières dans une histoire complétement réjouissante et originale. Bravo !
Image de Alain Derenne
Alain Derenne · il y a
Merci pour mes Untel, Unetelle Cécile, oui j'aime.

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Charlie One-Leg

Hermann Sboniek

Le capitaine Charlie One-Leg se tenait sur le gaillard d'arrière de La Boudeuse, un trois-mâts carré naviguant entre Saint-Vincent et Grenade. La main droite posée sur une écoute tandis que le ... [+]